• Consommation : les petits business en mal… d’œufs
  • Women Entrepreneur Awards 2024 : le défi de Kirti Sheonarain
  • Jeux olympiques & paralympiques : la France dans les starting-blocks
  • Il a joué dans «Indiana Jones», «The Walking Dead», «Fiasco» et «La Recrue» : les vacances mauriciennes de l’acteur Ethann Isidore
  • Deadpool & Wolverine : les super-héros Marvel s’amusent
  • Il a été jugé coupable du meurtre de Vanessa Lagesse après 23 ans : débats chargés d’émotion autour de la sentence de Bernard Maigrot
  • Jeux olympiques 2024 : nos athlètes en mode conquérant
  • Elle crée une cagnotte en ligne et a recours à l’expertise étrangère pour soigner son enfant gravement malade - Isabel Alves : «Je vais défoncer toutes les portes pour sauver mon fils»
  • La Mauricienne Kamla Beechouk, 62 ans, tuée chez elle à La Réunion - Sa meilleure amie Françoise Virama : «Elle était tout pour moi»
  • Adrien Duval nommé Speaker : analyses autour d’une «stratégie digne d'un jeu d'échec»

Le Budget ou le prochain rendez-vous du gouvernement

Jamais une présentation budgétaire n’aura été autant attendue ! Désormais tous les yeux sont rivés sur Padayachy et son grand oral ! Si l’opposition a choisi le 1er Mai pour faire état de ses propositions en cas de victoire, le gouvernement n’a pipé mot sur ses projets d’avenir, se contentant de rappeler son bilan et d’attaquer ses adversaires ! 

Un positionnement qui laisse penser que l’équipe MSM révélera ses cartes lors du Budget qui pourrait être présenté  le 7 juin (même date que 2022) à en croire quelques bruits de couloir ! La stratégie du gouvernement n’échappe à personne : profiter de ce dernier Budget pour donner la réplique à une opposition qui a réussi à marquer des points avec ses annonces du 1er Mai, créer un feel-good factor à travers des mesures budgétaires et profiter ensuite de cette ambiance pour dissoudre le Parlement en annonçant la date des élections !

 

À quels grands coups Padayachy aura-t-il recours pour marquer les esprits et créer un impact psychologique positif à la veille des législatives ? Il faut dire que les Budgets du MSM ne nous ont pas habitués à des idées audacieuses pouvant transformer notre pays sur le plan social ou économique ! En revanche, chaque grand oral comportait sa dose de mesures populistes censées déboucher sur des dividendes politiques !

 

C’est ainsi qu’une opération séduction a été faite l’an dernier avec un chèque-cadeau de Rs 20 000 remis aux jeunes ayant atteint leur majorité et qui voteront pour la première fois aux prochaines législatives. C’est également lors de la présentation du Budget 2023-2024 qu’on devait apprendre la baisse du prix de l'essence, décision qui revient habituellement au Petroleum Pricing Committee. Alors que l’opposition a déjà suggéré une baisse du prix des carburants s’il revient éventuellement au pouvoir, le gouvernement MSM sera-t-il tenté d’appliquer cette mesure hautement populaire une nouvelle fois ?

 

Les mêmes interrogations demeurent – à chaque présentation du Budget – sur l’application des propositions qui, souvent, ne dépassent pas le stade d’effet d’annonces et ne comportent pas de délais d’exécution. À quelques mois du grand rendez-vous des Mauriciens avec les urnes – date demeurant toujours immoralement secrète pour favoriser une avance de l’équipe du MSM et de ses partenaires –, la tâche du gouvernement est encore plus challenging ! Comment va-t-il convaincre du bien-fondé de ses propositions et de la réalisation des projets qui seront annoncés alors que nous sommes en pleine campagne électorale ?

 

L’autre défi de Padayachy sera de faire oublier la mare de scandales dans laquelle le  gouvernement patauge et peine à se dépêtrer ! Ce mardi encore, à l’Assemblée nationale, le Premier ministre a évité certaines questions précises du nouveau percutant leader de l’opposition Shakeel Mohamed (qui montre déjà la maîtrise de ses dossiers) concernant les enquêtes initiées autour des contrats liés à l’achat des produits pharmaceutiques pendant la période de Covid ! Si pendant des années, Jugnauth et les siens ont brandi les enquêtes en cours de l’ICAC comme bouclier pour ne pas répondre aux questions parlementaires de l'opposition, cette fois, c'est la nouvelle Financial Crimes Commission (FCC)  qui leur sert de protection !

 

Le Premier ministre a invoqué une clause de confidentialité de la FCC l’empêchant de fournir ces informations ! Doit-on croire que la création de la FCC a aussi pour mission de protéger le gouvernement, celui-ci qui, malgré tous les rapports de l’Audit dénonçant le gaspillage des fonds publics, tente de justifier des achats douteux dont les contrats faramineux ont profité aux proches du pouvoir ? Comment Padayachy compte-t-il s’y prendre pour dévier l’attention sur la série de scandales qui colle à la peau de l'équipe gouvernementale ? Jamais une présentation budgétaire n’aura été autant attendue !