• Consommation : les petits business en mal… d’œufs
  • Women Entrepreneur Awards 2024 : le défi de Kirti Sheonarain
  • Jeux olympiques & paralympiques : la France dans les starting-blocks
  • Il a joué dans «Indiana Jones», «The Walking Dead», «Fiasco» et «La Recrue» : les vacances mauriciennes de l’acteur Ethann Isidore
  • Deadpool & Wolverine : les super-héros Marvel s’amusent
  • Il a été jugé coupable du meurtre de Vanessa Lagesse après 23 ans : débats chargés d’émotion autour de la sentence de Bernard Maigrot
  • Jeux olympiques 2024 : nos athlètes en mode conquérant
  • Elle crée une cagnotte en ligne et a recours à l’expertise étrangère pour soigner son enfant gravement malade - Isabel Alves : «Je vais défoncer toutes les portes pour sauver mon fils»
  • La Mauricienne Kamla Beechouk, 62 ans, tuée chez elle à La Réunion - Sa meilleure amie Françoise Virama : «Elle était tout pour moi»
  • Adrien Duval nommé Speaker : analyses autour d’une «stratégie digne d'un jeu d'échec»

En attendant le Père Noël de juin

Est-Ce que le feel-good factor sera au rendez-vous le 8 juin, au lendemain de la présentation du Budget ? Tous les regards sont désormais tournés vers Padayachy, les spéculations vont bon train et une grande majorité s’attend à des cadeaux de l’État ! Serait-ce un ultime exercice de labous dou, permettant au MSM de s’improviser en Père Noël avant les prochaines législatives ? Quel gouvernement prendrait le risque d’un Budget sévère à quelques mois du rendez-vous avec les urnes ? C’est le Grand Argentier lui-même qui a donné une indication de sa philosophie de main tendue : «Ena pou apel sa labous dou, nou apel sa rezilians sosial. (…) L’objectif sera de diminuer les inégalités, de valoriser le capital humain, d’apporter un soutien aux plus vulnérables ainsi qu’à la classe moyenne !»

 

On l’aura compris : le MSM poursuit sa politique généreuse de choyer les couches populaires et le Budget demeure le dernier rendez-vous permettant une opération séduction envers les électeurs ! Si on peut s’attendre  à certaines largesses ici et là après quelques indicateurs économiques positifs, la question est de savoir si ce modèle-là portera ses fruits sur le long terme ou si les cadeaux consentis ne déboucheront pas sur des dettes publiques insoutenables mettant à l’épreuve notre économie ?

 

Pour l’heure, c’est la victoire à la prochaine échéance électorale qui reste dans la ligne de mire. Tout est orchestré pour donner un maximum de latitude au ministre des Finances qui doit plaire à l’ensemble de la population. Le timing du récent prêt de 240 millions de dollars approuvé par la Banque africaine de développement visant à booster plusieurs secteurs (pêche, agro-industrie, PME…), tout en accompagnant quelques mesures sociales, va dans ce sens ! 

 

On le sait tous : ce dernier Budget a pour objectif d’avoir un impact psychologique sur les citoyens. L’an dernier, le Grand Argentier frappait un coup avec les Rs 20 000 offertes à ceux ayant atteint leur majorité ! Quelle mesure Padayachy mettra-t-il en place cette fois pour plaire aux jeunes, freiner une émigration massive de nos cerveaux ainsi que d’autres catégories de travailleurs dont les départs obligent à recourir à la main-d’oeuvre étrangère dans plusieurs secteurs ?

 

Alors qu'en 2023, le ministre des Finances s'était substitué au Petroleum Pricing Committee en faisant de la baisse du prix de l’essence une décision politique, sera-t-il tenté de faire un copié-collé, d’autant que la réduction des prix des carburants figure en bonne place dans la liste des 20 mesures annoncée par l’opposition ? Car l’objectif de l’abattage de cette dernière carte sera aussi de de faire oublier les propositions de l'opposition tout en démontrant que la vision gouvernementale porte sur le long terme  et qu’un nouveau mandat lui permettrait de réaliser concrètement les engagements de ce dernier Budget !

 

Est-ce que la PNQ de Mohamed (qui lui a valu une expulsion et plusieurs suspensions) sur la hausse des prix des médicaments forcera le gouvernement à imposer une baisse des prix des produits pharmaceutiques ? S’il y a des attentes à ce niveau, les Mauriciens espèrent également une réduction sur le prix des denrées alimentaires dont la hausse vertigineuse crée un fossé entre ceux qui peuvent se permettre de continuer à maintenir leur train de vie et les autres qui triment et cumulent parfois deux jobs mais n’arrivent toujours pas à nourrir leur famille de manière décente ! Parmi les diverses attentes, il y a celle de la classe des travailleurs qui pense que les ajustements autour de la relativité salariale – dont le rapport a été déposé au ministère du Travail il y a quelques semaines – seront annoncés dans le Budget !

 

C’est sur toile de fond d’un vent favorable au gouvernement – après l’acquittement de Sawmynaden – que le Budget sera prononcé. Dès l’annonce du verdict de la cour, le Premier ministre est monté au créneau en faisant de Madame Kistnen une victime entre les mains de l’opposition. Mieux ! Comme toutes les questions mènent à Ramgoolam, Jugnauth a trouvé le moyen (alors qu’il était interrogé sur l’affaire Kistnen) de faire référence au leader des Rouges, le qualifiant de tonton cigare et affirmant que celui-ci ne veut en aucun cas sauver le pays, mais sauver sa personne !

 

Loin de ces bagarres politiques, les citoyens attendent le jour J. Est-ce que le feel-good factor sera au rendez-vous le 8 juin ?