Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Adilla Diouman-Mosafeer : «Pour avancer positivement, nous devons sortir de notre zone de confort et être créatifs»
  • Décès tragique de Bhoomi, 14 ans, neuf ans après l’assassinat de sa mère : l’horrible destin des sœurs Ramotar
  • Evénement : visite d’une sommité de l’athlétisme
  • Un arbitre mauricien à la CAN 2021 - Shabneez Heeralall : «Mon époux, ma fierté»
  • Thaipoosam Cavadee : quand ferveur rime avec restrictions sanitaires
  • Le couple Persand dédommagé de Rs 1,5 M après une négligence médicale - Ganeshan, père du nourrisson décédé : «Nous aurions préféré que notre enfant soit là»
  • Élections régionales : les Rodriguais en quête de progrès
  • Législatives 2019 - Vers un «recount» au n° 19 : les chiffres du rebondissement
  • Une énième «unité» pour affronter le pouvoir !
  • Campagne de vaccination contre la Covid-19 : entre sursis et accélération

«Omar Bongo, mon gendre, ce grand homme»

BONGO1.jpg

Rabia Peeroo (à dr.) avec ses filles Zainab - celle qui était mariée au président gabonais - et Habeeba et ses petits-enfants, Yusuf et Ahmed.

De Maurice, son cœur est tourné vers le Gabon. Depuis l’annonce du décès de son gendre, Omar Bongo, président du Gabon, Rabia Peeroo est attentive à toutes les informations relatives à cette «triste disparition qui touche ma famille de très près». «Ma fille, Zainab, était mariée à ce grand homme. Le nikka a eu lieu le 27 mars 1987. Elle avait été remarquée par Omar Bongo alors qu’elle était en voyage chez sa sœur aînée qui travaillait au Gabon.»

Le président gabonais est décédé, lundi dernier, dans une clinique espagnole. Il était le doyen des chefs d’État africains en exercice. Sa dépouille a été transférée, jeudi matin, à Libreville où, après une cérémonie militaire, elle a été exposée au palais présidentiel. Son inhumation est prévue le 18 juin. De l’union de sa fille avec Omar Bongo, indique Rabia, deux enfants sont nés : Ahmed, 21 ans et Yusuf Ali, 18 ans.

«Mon gendre était quelqu’un de très droit, un homme très puissant et très occupé. Bien que ma fille ait décidé de rentrer à Maurice pour élever ses fils, ils entretenaient de bons rapports. D’ailleurs, mes petits-enfants se rendaient au moins deux fois l’an au Gabon pour rendre visite à leur père. Même de loin, il avait leur bien-être à cœur.» Selon Rabia Peeroo, ses petits-enfants lui confiaient qu’ils étaient bien accueillis à chacune de leurs visites. «Ahmed et Yusuf Ali m’ont raconté que leur père ne manquait de rien et qu’ils étaient, à chaque fois, séduits par les grands banquets organisés au palais présidentiel.»

La dernière visite des frères Bongo remonte à décembre dernier pour les 73 ans de leur père. «Les garçons m’ont dit qu’il n’y avait pas eu de festivités car l’état de santé de leur papa n’était pas très bon. Il n’y avait eu qu’un dîner familial.»

Sur le point humain, Rabia décrit son défunt gendre comme «quelqu’un de généreux». Zainab et ses fils ont mis le cap sur le Gabon où ils vont assister aux funérailles ce jeudi. «Ahmed et Yusuf Ali seront avec leurs autres frères et sœurs dans ces moments difficiles.» Rabia ajoute qu’elle sera, bien sûr, de tout cœur avec eux en pensée.

Archive: