• La Croix Rouge : S’engager, symbole de solidarité et d’humanité
  • JIOI 2019 : Les entraîneurs boostés par leur cash prize
  • Gaia Succulents | Ektah Maha : une succulente... passion
  • Basco Raphael et son amour de «Lamizik»
  • Jin Fei : À la découverte de l’Eden Garden Square
  • Sufyaan Aubeeluck : De juriste à fabricant de bijoux
  • Hippisme 22e journée | Wall Tag persiste et signe !
  • Consommateurs, à vos «eco-bags» !
  • Oliver Thomas : «Les Mauriciens sont fatigués de retrouver les mêmes visages, les mêmes personnes sur l’échiquier politique»
  • MBC : la chaise musicale se poursuit

Attention chiens méchants

ROTT1.jpg

Le rottweiler qui a attaqué les enfants en compagnie du berger allemand.

ROTT3.jpg

Yashdeo Choonucksing a présenté ses excuses aux parents des victimes.

L’agression de trois enfants à Calodyne est la preuve que des chiens peuvent être très dangereux lorsqu’ils s’en prennent aux humains. Gros plan sur ce problème avec un éclairage de certains experts.

Ils ne sont de mauvais compagnons lorsqu’ils s’attaquent à l’homme. Ce n’est pas les Vallet et les Brière qui nous diront le contraire. Ronand et Oscar Vallet, des jumeaux âgés de cinq ans et Alexandre Brière, un ressortissant français de 12 ans vivant à Maurice, ont été sauvagement attaqués par un rottweiler et un berger allemand. (Voir hors-texte plus loin).

Depuis ce tragique événement du 19 mai, les réactions pleuvent. «Ce qui s’est produit est catastrophique. C’est la faute du propriétaire qui a fait preuve d’irresponsabilité. Quand on a un chien de ce genre, il est important de prendre des mesures de précaution pour éviter les agressions. Il est primordial de bien clôturer son espace. Si on emmène l’animal en public, un adulte surtout pas un enfant devrait le promener avec une laisse et si le chien est féroce, il faut une muselière», explique le Dr Teckraj Mohadeb, Senior Veterinary Officer au ministère de l’Agro-industrie.

Ce haut cadre précise que le rottweiler est un molosse et qu’il est agressif : «Il ne fait pas dans la douceur. Le dressage de cette race de chien est important. Celui-ci est dressé pour obéir mais il peut aussi être dressé pour attaquer. Selon mes informations, le chien en question a été entraîné pour attaquer. Il est totalement féroce. Le vendredi 21 mai, des collègues ont essayé de lui prélever du sang mais il était impossible de le maîtriser.»

Le Dr Sam Narainapoullé, vétérinaire et membre de PAWS, est également très remonté : «Cette histoire est choquante. Cela ne m’étonne pas et cela risque d’arriver encore. Pour moi, le propriétaire est fautif. Les chiens de race sont au centre d’un trafic très commercial et dangereux. Aujourd’hui, on achète les chiens à des prix exorbitants pour se mettre en valeur. Mon voisin a un berger allemand, alors moi j’achète un rottweiler. Cet animal est devenu un objet alors qu’il devrait être le compagnon de l’homme. Il est important de sensibiliser le propriétaire et de mettre en avant sa responsabilité.»

«Classés dangereux»

Le Dr Krishna Veerapa, président du conseil de l’Ordre des vétérinaires de Maurice, tire également à boulets rouges sur le propriétaire des deux chiens : «Ce n’est pas la faute des chiens mais celle du propriétaire. Ces animaux n’avaient pas demandé à être adoptés et élevés comme ils l’ont été. C’est au propriétaire d’assumer ses responsabilités car s’il n’avait pas donné de liberté à ses chiens, ce malheureux accident n’aurait pas eu lieu. On parle d’euthanasie, mais je suis totalement contre sauf si c’est à la demande du propriétaire qui m’assure qu’il ne peut plus contrôler sa bête.»

Le rottweiler et  le pit-bull sont mondialement connus, dit-il. Ces chiens sont classés comme des animaux imprévisibles et dangereux. «Il ne faut absolument pas autoriser l’accès de ces races à Maurice», martèle le Dr Veerapa. Il précise toutefois que «tous les chiens peuvent mordre, même ce qu’on appelle le chien ordinaire».

Tous les experts ont le même avis lorsqu’on leur demande les raisons qui pousseraient un chien à attaquer un humain et à être agressif. Cela peut arriver dans un moment de surexcitation pendant le jeu alors même que le chien ne fait pas preuve d’agressivité. Dans ce cas, sans le vouloir, il peut mordre et faire mal. Il faut savoir aussi que le seul moyen pour un chien d’attraper quelque chose est sa gueule, c’est sa seule arme. Il peut aussi attaquer par instinct, parce qu’on lui a fait mal, ou encore s’en prendre aux intrus pour protéger son espace privé.

Les spécialistes des quadrupèdes soutiennent que c’est regrettable de voir qu’à Maurice, il y a actuellement des dressages pour l’attaque. Ils font valoir qu’il est important de mettre un terme à l’importation des chiens dangereux. Par ailleurs, selon le Dr Veerapa, l’éducation d’un chien ne passe pas forcément par un dressage. Il est d’avis qu’un propriétaire peut très bien faire l’éducation de son chien, dépendant de la relation qu’il entretient avec lui.

Le Dr Veerapa souligne qu’il est important que «toutes les parties concernées se concertent et viennent de l’avant avec des solutions. Il faut des amendes sévères. On devrait exiger un enregistrement spécial pour les chiens identifiés comme potentiellement dangereux. Il faut aussi mettre sur pied une assurance, pas pour la santé du chien mais qui sera utilisée si jamais une personne est victime de cette bête». Il recommande un contrôle accru et la stérilisation de ces chiens, qu’ils soient mâles ou femelles.

«Sous contrôle»

La MSPCA a, pour sa part, déjà commencé une campagne de sensibilisation. Farook Koodaruth, secrétaire de cet organisme, explique que le but est de sensibiliser les propriétaires de chiens à leurs rôles : «Les chiens doivent être sous contrôle de leur maître – un adulte et non un mineur. D’autre part, nous insistons auprès du ministère de l’Agro-industrie pour avoir une réunion cette semaine afin de revoir les lois. Depuis l’année dernière nous avons soumis des propositions en ce sens mais rien n’a été fait. Il faut activer les choses.»

Selon lui, un chien, quelle que soit sa race, doit toujours être sous le contrôle de son maître. L’agression des enfants est à déplorer, dit-il, car elle aurait pu être évitée. D’après la loi, c’est le propriétaire qui est responsable dans ce cas et c’est lui qui doit répondre aux accusations. Il fait ressortir que les chiens doivent être enregistrés à la MSPCA par leurs maîtres.

Del Ghurburrun, président de la Fédération canine de l’île Maurice et comportementaliste canin, souligne que des décisions avaient déjà été entreprises il y a deux ans, mais rien n’a été fait de la part des autorités concernées : «Une dizaine de correspondances ont été envoyées au ministère de l’Agro-industrie pour tirer la sonnette d’alarme sur les attaques de chiens et amender les lois. Si ce qui avait été préconisé il y a deux ans avait été appliqué, on n’en serait pas là. Il faut agir vite et j’espère qu’une réunion aura lieu cette semaine avec ceux concernés afin de faire avancer les choses. D’autant plus que ce sont les enfants qui font souvent l’objet des attaques.»

Pour lui, ce n’est pas le chien qu’il faut mettre en cause, mais plutôt celui qui l’élève : «Dans bien des cas, un chien agressif ne reçoit pas l’encadrement qu’il lui faut. Il souffrira certainement d’un déséquilibre nerveux et d’un débalancement de comportement et sera instable psychologiquement. Il est donc important de faire dresser ses chiens par des professionnels. Mais lors du dressage, il est impératif que le maître aussi soit là car c’est lui qui aura la garde de son chien.»

D’où l’appel lancé par le Dr Teckraj Mohadeb : «Il est urgent de lancer une campagne de sensibilisation du public face au danger que représente ce type de chien. Un propriétaire doit être responsable et faire son devoir comme il le faut. Le contrôle est important et les lois doivent être plus sévères. La sécurité de l’homme passe avant tout.»

Le Dr Sam Narainapoullé est également de cet avis : «Les lois doivent être plus sévères, allant jusqu’à l’emprisonnement dans les cas les plus graves car c’est la responsabilité du propriétaire de maîtriser son animal. De plus, un chien se comporte de la manière dont il a été élevé. Actuellement à Maurice, il y a des entraînements de chiens pour attaquer et c’est très dangereux. Le rottweiler est un molosse qui est agressif de par son anatomie, dont la mâchoire, et son caractère. On n’a pas besoin de ce genre de chien. Le danger est là. Le gouvernement doit amender la loi.»

Les autorités y comptent bien, apparemment. La réaction de Satish Faugoo, ministre de l’Agro-industrie et celle du Premier ministre, le Dr Navin Ramgoolam (Voir hors-texte plus loin) vont dans ce sens.

La tragédie

Une véritable scène d’horreur où trois enfants frôlent la mort. Les jumeaux Ronand et Oscar Vallet et Alexandre Brière sont sauvagement attaqués par un rottweiler et un berger allemand, à Calodyne, vers 17h45, à quelques mètres de leurs maisons respectives. Les enfants Vallet et leur petite sœur, âgée de deux ans, dans les bras de sa baby-sitter, revenaient d’une promenade. Ils empruntaient un sentier accidenté et rocailleux lorsque le drame s’est produit. Ils ont été admis à l’hôpital Apollo-Bramwell. Si Oscar Vallet est rentré chez lui le lendemain du terrible drame, ça n’a pas été le cas pour son frère Ronand. Sollicitée pour une réaction, hier après-midi, la mère des jumeaux nous a fait la déclaration suivante : «Mon fils va mieux et à l’heure où je vous parle, il s’apprête à quitter l’hôpital.»

L’état de santé d’Alexandre Brière, un ressortissant français qui fréquente l’École du Nord, est plus préoccupant. Il précédait de peu les jumeaux sur le sentier lorsque l’attaque a eu lieu. Grièvement blessé à la tête, à la jambe et au postérieur, il est aux soins intensifs à la clinique Darné-Fortis où au moins quarante points de suture lui ont été posés au crâne.

Les deux chiens de race se jettent d’abord sur Alexandre avant de s’en prendre aux jumeaux et de les mordre sauvagement à la tête. Ces quadrupèdes, censés être les amis de l’homme qui les a apprivoisés, retrouvent leur instinct primitif. La baby-sitter ne peut rien faire pour repousser ces deux bêtes devenues littéralement l’incarnation de la furie. Les trois enfants sont grièvement blessés et complètement ensanglantés. Les chiens les abandonnent suite à l’intervention du père de leur maître, Yashdeo Choonucksing, qui les a rappelés à l’ordre. Toutefois, il n’a pas pu expliquer à la police comment les deux chiens étaient en liberté.

Quant au propriétaire des deux chiens, il déclare qu’il n’était pas sur les lieux. Il fait valoir qu’il a appris l’agression bien plus tard. Il précise qu’il a personnellement demandé à la Mauritius Society for the Protection against Cruelty to Animals (MSPCA) d’embarquer ses chiens. Ces derniers seront examinés par plusieurs vétérinaires et par les encadreurs de la Dog Training School de la MSPCA. Les experts vont soumettre un rapport. Ce n’est qu’après cet exercice qu’on saura si les deux chiens vont demeurer sous la responsabilité de la MSPCA ou si on va les rendre à leur maître ou les abattre.

Le propriétaire des chiens «stressé»

Nous n’avons pu obtenir une déclaration du propriétaire des chiens, Yashdeo Choonucksing, et ce n’est pas faute d’avoir essayé, pour tenter de recouper sa déclaration avec celles des personnes qui ont réagi. À deux reprises nous nous sommes rendus chez lui, à cet égard.

Toutefois, selon son frère, il serait très affligé par cette tragédie. «So latet fatigue. Li stresse. Li pa pe kapav res la. Li cot so belmer.» Yashdeo Choonucksing dirige un supermarché et une guest house qui sont très fréquentés à Calodyne. Il a comparu devant le tribunal de Mapou le vendredi 21 mai, deux jours après le terrible événement. Il a présenté des excuses aux parents des blessés. Une charge provisoire de wounds and blows with aggravating circumstances pèse sur lui. Cet homme de 34 ans a retrouvé la liberté après avoir fourni une caution de Rs 5 000 et signé une reconnaissance de dette de Rs 50 000.

Les lois seront revues

Le gouvernement semble prendre cette abominable tragédie au sérieux. Après le Conseil des ministres, vendredi 21 mai, Satish Faugoo, ministre de l’Agro-industrie, a déclaré que les autorités ont la ferme intention de revoir la loi actuelle sur les chiens. Le Premier ministre, Navin Ramgoolam, tiendra des propos semblables dans une déclaration à la presse lors d’une fonction nocturne.

Tout laisse croire que dans l’éventualité d’une nouvelle loi, tous ceux qui ont des chiens devront les enregistrer. En outre, davantage de conditions seront imposées à ceux qui font de l’élevage et aux passionnés de ces animaux également. Les éleveurs devraient détenir un permis spécifique. On envisage également d’implanter des puces électroniques aux chiens de race pour mieux les retracer en cas de problème comme c’est le cas, par exemple, en France.

Dans ce pays, la loi du 6 janvier 1999 sur les chiens dits dangereux, les classe dans la catégorie n° 2. Leurs maîtres sont obligés de les faire porter une puce électronique ou de les faire tatouer. Ces bêtes doivent aussi être vaccinées contre la rage. Elles doivent obligatoirement porter une muselière et être tenues en laisse par une personne majeure en public. Leurs propriétaires doivent également avoir une attestation d’assurance de responsabilité civile, une déclaration à la mairie et le permis de détention..

Rottweiler, pit-bulls, Boer-bulls, et les autres

Il existe trois catégories de chiens : ceux d’attaque ou dits dangereux, ceux de défense ou de garde et les autres chiens. Dans la première, on retrouve le American Staffordshire plus connu comme le pit-bull, le mastiff plus connu comme le Boer-bull, le Tosa et le Staffordshire terrier. On retrouve aussi l’American Staffordshire et le Staffordshire terrier dans la seconde de même que le Tosa et le rottweiler une race originaire d’Allemagne.

C’est un redoutable chien de garde. Sûr de sa force, il n’est pas d’un naturel méfiant et se montre d’un abord bienveillant envers les étrangers mais il détecte très vite les individus aux intentions suspectes et réagit de manière foudroyante. Dans le présent cas, le rottweiler s’est manifestement trompé.

Archive: