• Radha, victime de la folie meurtrière de son fils | Raaksha : «Je ne comprends pas comment mon frère a pu tuer notre mère»
  • Priscilla, 20 ans, accouche dans les toilettes de l’hôpital Victoria : «Mo ti kapav perdi mo zanfan»
  • Anne Murielle Ravina & Marie Anoushka Ah Keng : Rodrigues power !
  • Primary School Achievement Certificate : Ils récoltent le fruit de leur travail
  • Inondations : Le cauchemar des habitants de Cottage
  • À nos actes manqués
  • Akbar Patel vs Colin Bell : Duel au sommet du Club M
  • Yaaseen Edoo (Man Utd) : «L’enjeu est énorme»
  • Antish Rupear (Liverpool) : «Le match à ne pas perdre»
  • Liverpool vs Manchester Utd : Le match de la peur

Un boutiquier grièvement blessé

Sadeck Aumeer a subi des blessures sur plusieurs parties du corps.

Le dimanche 4 février, Sadeck Aumeer, 64 ans, venait de fermer sa boutique, Bonanza, lorsqu’il a été surpris par deux individus à l’angle des rues La Reine et Labourdonnais, à Rose-Hill. Ces derniers l’auraient fait tomber de sa moto avant de l’agresser au cutter. Sadeck Aumeer a été grièvement blessé. Une somme de Rs 54 000 a été emportée par les malfrats qui étaient toujours recherchés par la police à l’heure où nous mettions sous presse.

 

Sadeck Aumeer revient sur les événements de dimanche dernier. «Je venais de fermer mon commerce et je rentrais chez moi avec l’argent récolté durant le week-end. D’habitude, je prends le van mais, pour la première fois, j’ai pris la moto. Je pense que les agresseurs connaissaient mes habitudes. Ils ne se sont même pas intéressés à l’argent que j’avais dans les poches ou à mon téléphone portable. Ils se sont uniquement emparés de ma sacoche. J’ai tenté de me défendre mais je n’ai rien pu faire parce qu’ils étaient armés.»

 

Lorsqu’il a été en mesure de se relever, Sadeck Aumeer a d’abord contacté son fils qui l’a conduit à l’hôpital. Le lendemain, le sexagénaire a consigné une déposition au poste de police de Rose-Hill. Même si ses agresseurs avaient le visage recouvert d’un mouchoir, Sadeck Aumeer pense pouvoir les reconnaître. L’enquête suit son cours.