• J SummerSoul : de la country à la musique mauricienne
  • AFED : Un rempart pour sortir de l’impasse
  • Tir à l’arc : 25 aspirants entraîneurs en formation
  • Bless Junior Huteau, 4 ans, compte sur votre générosité
  • Président de la New Chinatown Foundation : Jean-Paul Lam en cinq moments
  • L’arrestation d’une quarantaine de Bangladais provoque l’indignation !
  • Intervention chirurgicale sur les jumelles siamoises : La longue attente de toute une famille
  • Mike Mounawah : être parmi les meilleurs en Angleterre
  • The Club House : la nouvelle adresse qui vous veut du bien !
  • Drame de Mapou | Quatre amis unis dans la mort : la douleur de leurs proches

Chute fatale de Gérard Nayna : Le cyclone Berguitta fait un mort

Cet habitant de Tamarin laisse derrière lui une famille anéantie.

Il a perdu son combat contre ses blessures. Lui, c’est Gérard Nayna. Cet homme de 52 ans, habitant Tamarin, s’est pourtant battu pour rester en vie pendant six jours à l’unité des soins intensifs de l’hôpital de Candos avant de rendre l’âme. Le rapport d’autopsie indique que la victime est morte suite à une fracture du crâne.

 

Ce jour-là, Gérard Nayna était à son domicile à l’Avenue des Rougets lorsqu’il est tombé d’un escabeau alors qu’il démontait une antenne de télévision du toit de la maison pendant le passage du cyclone Berguitta. «Mon père serait peut-être toujours en vie s’il n’était pas monté sur le toit pour démonter cette antenne inutilisée. Il avait peur que ce bout de métal ne soit emporté par le vent vers la maison d’un voisin. Il est tombé lorsque l’escabeau a basculé. L’accident s’est produit vers 8h30. Un blindé de la Special Mobile Force l’a transporté à l’hôpital Candos après qu’il a reçu les premiers soins à l’hôpital Yves Cantin, Rivière-Noire», explique Damien, le fils du défunt.

 

C’était le mercredi 17 janvier. Mais il a toutefois rendu l’âme le mardi 23 janvier. Les funérailles de Gérard Nayna ont eu lieu le lendemain en l’église de St-Benoît. Cet habitant de Tamarin laisse dernière lui une famille anéantie. Mais pas que ! Il était très connu dans son village. Pour cause : il opérait un car wash et faisait aussi beaucoup de social. Le quinquagénaire était également très actif à la paroisse de St-Augustin, à Rivière-Noire.