• Radha, victime de la folie meurtrière de son fils | Raaksha : «Je ne comprends pas comment mon frère a pu tuer notre mère»
  • Priscilla, 20 ans, accouche dans les toilettes de l’hôpital Victoria : «Mo ti kapav perdi mo zanfan»
  • Anne Murielle Ravina & Marie Anoushka Ah Keng : Rodrigues power !
  • Primary School Achievement Certificate : Ils récoltent le fruit de leur travail
  • Inondations : Le cauchemar des habitants de Cottage
  • À nos actes manqués
  • Akbar Patel vs Colin Bell : Duel au sommet du Club M
  • Yaaseen Edoo (Man Utd) : «L’enjeu est énorme»
  • Antish Rupear (Liverpool) : «Le match à ne pas perdre»
  • Liverpool vs Manchester Utd : Le match de la peur

Des «kolams» pour le 80e anniversaire de la Tamil League

Une profusion de couleurs, de la précision et beaucoup d’imagination. Dans le cadre du 80e anniversaire du club Tamil League, une compétition de kolam a été organisée, avec pour thème Les 50 ans de l’Indépendance de l’île Maurice. Le kolam ou le raangolee, ce dessin préparé avec la farine de riz colorée et la craie, est une décoration d’inspiration géométrique faite sur le sol et qui est généralement tracée devant l’entrée de la maison pour souhaiter la bienvenue.

 

Au bout de plusieurs heures de travail, c’est l’équipe de Bel-Air-Rivière-Sèche, composée de Soundera Narayana Goundan et de sa fille Souriana, qui a obtenu les faveurs du jury, séduit par l’originalité de leur œuvre. «Je dessine le kolamdepuis l’âge de dix ans pour la fête de Divaliet dans les kovils», souligne Soundera Narayana qui a remporté un chèque de Rs 10 000. L’œuvre raconte l’histoire de notre île avec la canne à sucre, le dodo et le quadricolore.

 

Au Tamil Nadu, plusieurs femmes se réveillent tous les jours avant le lever du soleil pour dessiner le kolam sur le seuil de la porte de leur maison. C’est une coutume de longue date pour accueillir le bonheur, la prospérité et la déesse Lakhmi dans une profusion de couleurs.