• Adi Teelock : «Dans 30 ans, nous allons perdre environ 15 % des plages»
  • Comment garder la forme en été
  • Judo News : La bande à Baptiste Leroy au Sénégal
  • Wendi Madré ou les doigts de fée d’une créatrice
  • Shad, un an et demi, hospitalisé suite à une chute dans les escaliers | Ses parents : «Nous voulons des réponses…»
  • Anishta Seesurrun : au nom de ma sœur Kerina
  • Il est admis à l’hôpital de Candos depuis 16 mois : Le long calvaire du petit Shishaan à l’unité des grands brûlés
  • Metro Express : sur les rails du mécontentement
  • Et si on était Vincent Duvergé…
  • «Busy B» à Flacq : L’appel de l’Est de Béatrice Bijoux Bellepeau

Yannick Lincoln roi de la petite reine

cyclisme.jpg

Yannick Lincoln a su redonner
le sourire au cyclisme local

Un coup de reins parfait de Yannick Lincoln. Il entre dans les annales du cyclisme mauricien. Médaillé d’or lors des derniers Jeux des Îles de l’Océan Indien (JIOI) en 2003, il récidive et inscrit son nom aux cotés de ceux d’Éric Pitchem et de Patrick Haberland.

Yannick et Christophe Lincoln, 22 et 20 ans, sont deux frères qui ont terminé premier et deuxième respectivement du tour de l’île 2005. Nous avons encore à l’esprit l’image de ces deux frères s’embrassant sur le podium. Pas de doute ! Ces deux-là s’entendent à merveille dans la vie comme sur la route.

Yannick se dit agréablement surpris de voir l’enthousiasme des Mauriciens pour ce sport. « Le cyclisme mauricien est comme un brasier qui commence à s’enflammer dans le cœur des Mauriciens » confie-t-il en ajoutant : « Les gens pensent vélo, parlent vélo et achètent davantage de vélos ».

L’aîné entame sa quatrième et dernière année d’études de Science Technique en Activité Physique et Sportive (STAPS) à l’Unité de Formation et de Recherche (UFR) en France. Le cadet, lui, veut faire des études pour devenir architecte. Ils partagent tous deux la même passion pour le cyclisme. Ils se sont envolés jeudi dernier pour poursuivre leurs études en France.

Chez les Lincoln, le cyclisme est une affaire de famille. Le père a su transmettre sa grande passion - outre celle des chevaux - à ses deux fils. C’est vers l’âge de cinq ans que Yannick fut initié au vélo. Il fit son apprentissage sur la fameuse bicyclette ‘BMX’ de l’époque. Il devint très vite un passionné de ce sport et vers l’âge de 11 ans, il reçut son premier vélo de course.

« C’est avec les copains de mon père que j’ai commencé le cyclisme. Aujourd’hui encore, je fais toujours partie du ‘Vélo Club des Jeunes de Curepipe’ (VCJC) et c’est vers l’âge de 13 ans que j’ai remporté ma première médaille », confie Yannick Lincoln à 5-Plus dimanche.

Yannick est aussi un amoureux de la race équine, tout comme son père. Pour lui, le Champ-de-Mars n’a plus de secret. « Je me rappelle encore la brillante victoire de Free Offer lors de la 11e journée; j’avais ramené ce magnifique cheval au paddock en compagnie de mon père », dit-il les yeux brillants de passion. Il nous avoue aussi être un amateur du ballon rond et qu’il est un supporteur de Manchester United.

Aujourd’hui Yannick s’attaque

à la Coupe de France

À Maurice, il était encadré par Jean-François Raboude alors qu’en France, c’est David Escude qui le supervise. « Je m’entraîne vingt heures par semaine et je n’oublie jamais de prendre mes céréales le matin avant toute compétition. » Concernant le dopage, il lance : « J’ai horreur des gens qui trichent et je suis totalement contre le dopage. »

Aujourd’hui, Yannick s’attaquera à la coupe de France de cyclisme, compétition dans laquelle il s’était classé 23e la saison dernière. Pour lui, la saison prendra fin vers le début d’octobre. C’est alors qu’il pourra souffler et avoir plus de sessions d’entretien que d’entraînement.

Il sera peut-être de retour au bercail pour les fêtes de fin d’année. La compétition reprendra alors pour lui vers la mi-février.

Par Alexandre Esmyot

Archive: