• Championnats d'Afrique : l'athlétisme mauricien en quête de rachat
  • Vidushi Haulooman et sa poésie dans «Afflatus» 
  • Modigadu Govinden, 59 ans, renversé mortellement par une voiture - Ses proches : «Lalwa bizin pli sever»
  • Luchmeeparsad Bhowaneedin, 43 ans, décède après avoir été percuté par le métro - Son entourage : «Il voulait changer de vie et se stabiliser financièrement»
  • Mystère autour du décès de Kevin Sreeneebus, 33 ans, après une sortie de route - Ses proches et amis pleurent «un homme jovial et plein d'ambition»
  • Acquitté dans l’affaire du double drame de Sept-Cascades en 2012 - L’inspecteur Sookur : «Mo pli gran regre se ki mo pann resi sap lavi Nanon ek Binda»
  • Nula Groove et l’après «Mama mo tresor»
  • La lecture partisane et l’indestructible culture politique !
  • Post-Budget : ces espoirs tombés à l’eau
  • Dévoilement d’une statue de sir Anerood Jugnauth : hommage à «enn gran dimounn»

Zenfan Camp-Diable Social Association : pour des jeunes qui prennent leur avenir en main

L'équipe de ZCD aimerait désormais pouvoir recevoir ses bénéficiaires deux fois par semaine.

Au cœur de la cité EDC, à Camp-Diable, le nouveau local de la Zenfan Camp-Diable Social Association resplendit telle une lueur d’espoir pour les enfants et les jeunes qui ne demandent qu’un coup de pouce afin de pouvoir réussir. 

Parce qu’il aime sa localité, son pays. Parce qu’il croit en une jeunesse debout et forte. C’est pour ces raisons et bien plus encore qu’Ivan Rose s’est lancé dans le social en créant Zenfan Camp-Diable Social Association, une ONG qui, comme son nom l’indique, se consacre aux enfants et aux jeunes de la région de Camp-Diable, plus précisément de la cité EDC. Lui-même originaire de cette localité, il a voulu agir et apporter sa contribution au développement et à l’avancement social et éducatif de la communauté de Camp-Diable. Après sept ans de travail, à essayer malgré les difficultés à amener leur mission à bon port, les membres de l’association ont récemment réussi à compléter les travaux de rénovation de leur local qu’ils appellent le club. 

 

Grâce à un travail acharné et à des sponsors qui ont cru en leur projet, ce qui était une petite maison en tôle a pu finalement être transformée en un centre flambant neuf qui pourra accueillir la soixantaine de bénéficiaires de Zenfan Camp-Diable Social Association (ZCD) dans un environnement spacieux, agréable et approprié pour leur développement. Ce projet qui aboutit enfin est une grande fierté pour toute l’équipe de ZCD qui a toujours travaillé avec passion et détermination, confie Ivan Rose. «L’année dernière, grâce à une collecte sur crowdfund.mu, nous avons pu récolter une partie du financement pour la rénovation de notre local. C’est quelque chose qui nous tenait vraiment à cœur car nous voulions offrir un bon environnement aux enfants de la cité où ils pourraient lire, écrire, jouer, se divertir. Nous sommes fiers d’avoir réussi car c’est le premier centre de ce genre à ouvrir ses portes dans la cité EDC de Camp-Diable.»

 

Lorsqu’il a fondé ZCD en 2016 avec un groupe de jeunes habitants du quartier, Ivan Rose avait une idée bien précise en tête : changer l’image de la cité à travers la réussite scolaire des enfants. «J’ai toujours vu que la cité, qui existe depuis 1960, était en manque d’infrastructures sociales et récréatives car nous avons toujours été tenus à l’écart du développement et du progrès. Avec les fléaux qui sévissent partout ailleurs, les familles n’ont pas été épargnées, surtout avec la pauvreté. Le manque d’encadrement a fait que de nombreux enfants avaient d’importantes lacunes, certains ne sachant ni lire ni écrire. Les jeunes ayant réussi académiquement ne sont pas nombreux. Je voulais partager ce que j’avais reçu, aider les autres à réussir. Du coup, j’ai proposé à des amis de se regrouper pour aider les petits afin qu’ils puissent eux aussi réussir. C’est comme ça que ZCD est née.»

 

Réussite académique

 

Leurs objectifs ? Aider les enfants de la communauté à mettre toutes les chances de leur côté afin de réussir académiquement, tout en s’assurant
qu’ils puissent s’épanouir et se développer de façon adéquate. «Pendant longtemps, la cité a eu une étiquette d’endroit dangereux où les enfants ont un niveau académique faible. Nous avons travaillé pour changer cela. Tous les dimanches, de 14 à 16 heures, nous accueillons nos bénéficiaires pour des cours d’alphabétisation et de rattrapage scolaire primaire et secondaire. Nous suivons le programme de la MIE avec les enfants. Nous utilisons leurs livres d’école. Les sujets principaux sont l’anglais, les mathématiques et le français. Il y a un gros retard scolaire chez beaucoup de nos enfants et nous faisons de notre mieux pour qu’ils rattrapent cela.»

 

Pour soutenir ses bénéficiaires au mieux, ZCD offre également du matériel scolaire avant chaque rentrée. Un moyen d’offrir aux enfants ce dont ils ont besoin pour apprendre mais aussi d’apporter un certain soulagement aux parents. «Toutes les années, nous offrons aux enfants leur matériel scolaire avec l’aide des sponsors et depuis que nous avons fondé l’association, nous n’avons jamais manqué une distribution avant la rentrée scolaire. Aussi, pendant la crise de Covid-19, nous avons pu fournir plus d’une centaine de food packs grâce à FoodWise Mauritius et plusieurs autres ONG», ajoute notre interlocuteur.

 

Au fil de leur engagement, le résultat de leur travail a commencé à se voir, leur donnant la force, la motivation et le courage nécessaires pour poursuivre leur engagement. «Notre fierté, c’est que nous avons beaucoup de bons résultats pour le PSAC chaque année et en 2022, nous avons même eu une des nôtres, Noemy Boncoeur, qui a eu 12 unités aux examens du School Certificate.» Si l’éducation reste leur priorité, ZCD prône également la réussite et le développement des jeunes dans d’autres domaines que l’éducation académique. Le sport, par exemple, est également une part importante de leur travail. «Au niveau sportif aussi nous avons beaucoup de réussites. Certains de nos jeunes sont à la Liverpool Academy et d’autres jouent pour la sélection de Maurice. Au niveau de l’athlétisme, nous avons Ashley Bru, exécutif au sein de ZCD, qui s’occupe des enfants. Certains ont participé à des compétitions au niveau régional et même national.» Outre l’éducation et le sport, ZCD, souligne Ivan Rose, veut aussi avoir un impact sur la communauté de Camp-Diable. C’est pour cela qu’ils ont travaillé, dit-il, sur la construction d’un jardin d’enfants et l’aménagement du nouveau club pour les activités dédiées au bon développement des enfants.

 

S’ils ont fait du chemin et accompli de belles choses en route, il reste encore du travail, avance Ivan Rose, «Nous avons besoin de professeurs qualifiés qui seront prêts à venir nous aider deux fois par semaine et de l’aide des grosses compagnies et de leur CSR pour pouvoir payer ces professeurs et offrir un repas chaud à chaque enfant après les classes de rattrapage. C’est notre rêve et notre objectif pour 2023.»

 

L’appel est lancé !