• Le Cirque Social de Cité la Chaux : pour aider les enfants à construire leur avenir
  • «Goulous» de Stanley Harmon : dessine-moi l’esclavage 
  • Sortie de route mortelle à Clemencia - Les proches de Ram Appadoo : «Deziem frer nou perdi dan enn aksidan»
  • Jeffrey Epstein et TOUS les autres
  • Projet Métier de Beachcomber : des pépites de l’hôtellerie sacrées
  • Sylvio Isidore sombre dans le coma et meurt après une injection - Sa fille Stéphanie : «A-t-il été victime d’une négligence médicale ?»
  • Allégations de maltraitance infantile : l'enfance saccagée de *Géraldine, 5 ans
  • Nouveau décès lié à la Dengue : face à l’inquiétude, les autorités rassurent
  • Bob Marley : One Love - Ce film qui enchante les Mauriciens
  • VIKRAM HURDOYAL OUT ! - Quand l’opposition surfe sur la vague de la révocation

Resikle pou Grandi : un projet communautaire pour avancer ensemble

Jusqu'ici plusieurs enfants et jeunes du village de La Valette ont participé aux activités de We-Recycle.

L’objectif se veut être à la fois social et environnemental. Avec le programme Resikle pour Grandi, l’ONG We-Recycle espère sensibiliser et responsabiliser les communautés afin que celles-ci puissent s’impliquer activement dans la gestion des déchets et le recyclage.

Un projet communautaire et environnemental

 

Comment sensibiliser les personnes vulnérables à la question environnementale ? C’est la question que s’est posée We-Recycle, une ONG qui a pour mission d’éduquer, de collecter les déchets recyclables, et de promouvoir un environnement propre et vert pour tous. C’est en juillet de l’année dernière, explique la chargée de projets et des opérations de l’association, Stéphanie Jacquin, que l’idée de lancer Resikle pou Grandi est née. Ce projet a été officiellement lancé le 5 juin 2023, à l’occasion de la Journée Mondiale de l’Environnement.

 

«En juillet 2022, l'Assemblée générale des Nations Unies a proclamé le “droit à un environnement propre, sain et durable” comme un droit humain fondamental. L'île Maurice, un pays insulaire, est particulièrement vulnérable aux changements climatiques et fait face à des défis environnementaux sans précédent qui ont un impact direct sur les populations les plus vulnérables. Parmi ces défis, la gestion des déchets s’est révélée être un des facteurs clés qui affectent non seulement l'environnement, mais aussi la santé et le bien-être des communautés.» Ainsi, à travers Resikle pou Grandi, We-Recycle a voulu développer une approche communautaire inclusive qui bénéficie directement aux personnes les plus vulnérables afin d’avoir un impact positif et de transformer le défi du recyclage en une opportunité pour améliorer leur quotidien.

 

A long terme, l’ONG espère autonomiser les bénéficiaires afin que ces derniers puissent pratiquer le tri des déchets à la maison et utiliser les éco-bacs publics pour éliminer les déchets plastiques recyclables. La quantité de déchets qui finissent dans les décharges sera considerablement reduite. Il est, aussi, question d’éduquer les familles sur les produits en plastique à usage unique qui sont une source majeure de pollution.  Leur apprendre à trouver une option réutilisable pour les sacs, les bouteilles d’eau, la vaisselle ou les emballages, leur permettra aussi de réduire la quantité de déchets produits. Ce transformation des habitudes permettra d’encourager l’économie circulaire et contribuera à la protection de l’environnement.

 

La Valette, le premier village à l’œuvre

 

Le coup d’envoi du projet a été donné en mai dernier en collaboration avec l’ONG Quartier de Lumière. Grâce à cette collaboration, une plate-forme environnementale qui rassemble plusieurs acteurs clés du village de La Valette, Bambous, a pu voir le jour. Celle-ci comprend des représentants de We-Recycle, de Quartier de Lumière, du Groupement Civique de La Valette, de la National Empowerment Foundation, et du groupe Médine. «We-Recycle a choisi le village de La Valette comme première communauté à bénéficier de son projet 'Resikle Pou Grandi'. La Valette, qui abrite certaines des familles les plus démunies de l’île Maurice, a vu sa situation économique se détériorer avec la pandémie de Covid-19. Environ 1 000 personnes, dont un tiers sont des mineurs, vivent dans de petites maisons d’une seule pièce, parfois jusqu’à 19 dans une maison. La pandémie a exacerbé les difficultés économiques et sociales de ces familles», explique notre interlocutrice.

 

Depuis, de nombreuses activités ont eu lieu. Parmi, plusieurs ateliers interactifs pour sensibiliser les enfants et les adolescents au problème de la pollution et aux solutions environnementales. Ces ateliers ont eu lieu au centre d’éducation et de formation «La Ruche», gérée par Quartier de Lumière, situé au cœur du village. Après une première campagne de nettoyage et de sensibilisation dans les rues de La Valette, à laquelle une vingtaine d’habitants a participé, l’ONG a organisé le 19 juillet dernier une nouvelle activité de collecte de déchets recyclables et des ateliers de création avec du matériel recyclable pour les enfants de «La Ruche», en collaboration avec les volontaires de la société EcoVadis. «Les prochaines activités de We-Recycle comprendront des programmes d’éducation et de sensibilisation intensifs pour les jeunes (à partir de 16 ans) et les adultes. De plus, afin de garantir une approche participative, We-Recycle prévoit de former un comité composé d’habitants du village pour réfléchir, discuter et planifier des initiatives de recyclage spécifiques à leur communauté.»

 

Et, il faut dire que les premiers retours, poursuit Stéphanie Jacquin, sont positifs. «Jusqu'à présent, la réaction des enfants a été très positive. Ils sont enthousiastes à l'idée de participer à davantage d'activités de ce genre dans leur communauté, et sont devenus plus conscients de l'importance du tri des déchets. We-Recycle est encouragée par la réaction des enfants, et est impatiente de travailler avec, cette fois-ci, les plus grands.»

 

Un objectif clair et précis

 

Il ne s’agit pas d’une aide momentanée. Avec Resikle pou Grandi, We-Recycle entend aller plus loin et avoir un impact positif et durable sur les bénéficiaires de ce projet en incitant un changement de fond. Sensibiliser et mobiliser 1 000 personnes grâce à des campagnes de sensibilisation et d’activation, atteindre 20 personnes grâce à un programme d’éducation et de soutien, initier 2 actions communautaires menées par les habitants locaux, collecter une tonne de déchets recyclables et mettre en place un nouveau point de collecte de recyclage. Voici les objectifs de ce programme.

 

Pour y arriver, les outils nécessaires pour adopter des pratiques de gestion des déchets plus respectueuses de l’environnement sont mis à leur disposition. «Nos objectifs vont bien au-delà de la simple fourniture d'aide immédiate. Le but principal est d'émanciper et d'améliorer la vie des familles en instaurant une culture de réduction des déchets, de recyclage, et de responsabilité environnementale au sein de la communauté. L’ambition de l’ONG est de poser les fondations d'un avenir prospère et écologique, en reconnaissant l'interdépendance des enjeux environnementaux, sociaux et économiques.» Ainsi, l’idée est, non seulement, d’aider les familles à gérer leurs déchets de manière plus efficace au quotidien, mais aussi leur permettre de comprendre l’importance de leurs actions pour l’environnement et pour la société dans son ensemble. «Nous croyons fermement que chaque petit geste compte et peut contribuer à un avenir plus vert et plus durable.»

 

Des familles précaires ciblées

 

S’il y a bien une chose en quoi les membres de l’équipe de We-Recycle croient dur comme fer, c’est que chaque membre d’une famille a un rôle à jouer dans la promotion de la durabilité et de la responsabilité environnementale. «Ce projet cible principalement les familles en situation de précarité, confrontées à des défis tels que le chômage, les faibles revenus et l’accès limité aux commodités de base. Nous avons conçu une multitude d’activités adaptées aux besoins spécifiques de chaque groupe d’âge au sein de la famille, des enfants aux adolescents, en passant par les jeunes adultes et les parents. Cette approche est holistique et vise à impliquer tous les membres de la famille dans nos activités», souligne Stéphanie Jacquin. De cette façon, l’association espère non seulement améliorer leur qualité de vie, mais aussi les aider à devenir des acteurs du changement dans leur communauté.