• United Colors : Zulu annonce la couleur
  • Shotokan Martial Arts Federation (SMAF) : Couvre-feu sur les compétitions à l’étranger
  • Meurtre de Ritesh Gobin, 11 ans, en 2018 : le meurtrier présumé Sachin Tetree sur le banc des Assises
  • Kesweena Tacoorpersand et Uzma Peeroo : des femmes au cœur des chantiers
  • Manan Fakoo tué par balles : la terrible fin d’un homme au passé tumultueux
  • Zones d'ombre autour de la mort de Kanakiah et Kistnen : deux veuves à la recherche de la vérité sur la mort de leur mari
  • Décès du triathlète Jayrajsing Hazareesing au Morne | Son épouse : «C’était un homme exemplaire»
  • FA Cup | Man Utd vs Liverpool : dans l’oeil du cyclone
  • Lupin sur Netflix : Omar, voleur aimé et mal-aimé
  • Des mots et des manigances…

Mortal Shell : esprit combattant

Encore des histoires de cadavres, de monstres et de moments très difficiles. Après un Hellpoint qui nous avait convaincus à moitié, voici Mortal Shell, un nouveau Souls-like disponible depuis peu sur PC, PS4 et Xbox One.

Un jeu au visuel plutôt réussi mais qui vaudra surtout, comme n’importe quel Souls-like, pour son gameplay exigeant et sa difficulté qui testera bien souvent votre patience, comme avec Dark Souls, Bloodborne et Sekiro, des jeux très acclamés de From Software. Une expérience imparfaite mais au final bien sympa, avec en plus des petites nouveautés dans le genre. 

 

Dans Mortal Shell, on est une sorte d’âme errante qui atterrit, sans trop le savoir, dans un monde tout noir et chaotique. Et un peu comme dans les jeux de From Software, la narration se fera au compte-gouttes, avec quelques infos à glaner ici et là sur le terrain, donnant un caractère encore plus mystérieux à l’ensemble.

 

Mais vous devinez bien que c’est dans son gameplay que Mortal Shell veut marquer des points. Les développeurs des studios Cold Symmetry, une quinzaine au total, copient beaucoup les Souls, avec une interface quasi-similaire. Toutefois, ils veulent aussi se démarquer avec un caractère plus ou moins dirigiste dans la gestion de votre personnage.

 

Si au début du jeu, vous êtes tout nu et très fragile, vous verrez qu’un peu plus tard, vous pourrez ramasser quatre types de carcasses d’ennemis, qui sont en fait quatre types d’armure venant avec quatre types d’armes. Un peu limité au premier abord mais ce sera à vous de voir quel type vous convient et ensuite, en tuant des ennemis et en accumulant des points d’expérience, vous pourrez upgrade ces types d’armure et d’armes pour être plus rapide, plus lourd ou plus résistant.

 

Un peu plus facile… mais juste un peu

 

Heureusement, les développeurs veulent aussi pimenter les combats. Trois capacités sont donc à votre disposition pour rendre votre parcours moins pénible. On a donc l’endurcissement, où pendant un court instant, vous pourrez vous «recouvrir» d’une couche protectrice et avoir moins de dégâts. Pour la défense, toujours, vous pourrez vous équiper d’un sceau, situé dans votre dos. Quand celui-ci scintille en rouge, cela veut dire que l’ennemi vient avec un coup imparable. Or, si vous avez le temps de prendre le sceau pour stagger l’ennemi, vous pourrez contre-attaquer violemment ! Puis, il y a le contre parfait qui, comme son nom l’indique, va faire appel à un bon sens du timing. C’est là qu’entre aussi la jauge de détermination, qui se remplit petit à petit. Si vous faites un contre parfait avec la jauge remplie, vous aurez des points de vie ! Du coup, Mortal Shell vous pardonne vos erreurs plus que dans d’autres jeux, même si la difficulté est toujours dans le coin.

 

Notez aussi que, sur le terrain, vous tomberez sur plusieurs objets et items à ramasser. Pour ajouter encore du piment à l’ensemble, vous ne connaîtrez leurs capacités qu’après les avoir consommés ! De quoi faire plus de stress, même si l’on sait que les items en eux-mêmes ne vont pas vous pénaliser. 

 

Finalement, il y a aussi un aspect visuel plutôt travaillé. Mortal Shell a ainsi des environnements qui oscillent entre le médiéval classique (des marécages lugubres, des forêts ténébreuses) et des endroits plus particuliers, faits d’obélisques et de structures limite extraterrestres. De quoi donner un aspect sombre à l’ensemble, avec une ambiance pas très bucolique. Les apparences de vos ennemis ne sont pas trop bucoliques non plus, entre des chevaliers torturés et des êtres qui semblent sortis tout droit d’un Silent Hill ou de la franchise Hellraiser.

 

Aucun doute que les fans de fantastique aimeront. Par contre, à la sortie du jeu, des bugs graphiques subsistaient : personnages et ennemis qui n’arrivaient pas à bouger ou coincés dans des éléments du décor, ou encore une caméra qui avait du mal à rester stable… On notera aussi un level design pas toujours inspiré, avec souvent des allers-retours incessants, dans des lieux malfamés.

 

Avec la vingtaine d’heures de Mortal Shell, aucun doute que les fans de Souls-like y trouveront leur compte, avec ce jeu qui se penche sur des bases de gameplay déjà très acclamées, en apportant quelques nouveautés. À coup sûr, beaucoup plus sympa que Hellpoint, jeu du même genre mais moins abouti dans l’ensemble.