• Championnats d'Afrique : l'athlétisme mauricien en quête de rachat
  • Vidushi Haulooman et sa poésie dans «Afflatus» 
  • Modigadu Govinden, 59 ans, renversé mortellement par une voiture - Ses proches : «Lalwa bizin pli sever»
  • Luchmeeparsad Bhowaneedin, 43 ans, décède après avoir été percuté par le métro - Son entourage : «Il voulait changer de vie et se stabiliser financièrement»
  • Mystère autour du décès de Kevin Sreeneebus, 33 ans, après une sortie de route - Ses proches et amis pleurent «un homme jovial et plein d'ambition»
  • Acquitté dans l’affaire du double drame de Sept-Cascades en 2012 - L’inspecteur Sookur : «Mo pli gran regre se ki mo pann resi sap lavi Nanon ek Binda»
  • Nula Groove et l’après «Mama mo tresor»
  • La lecture partisane et l’indestructible culture politique !
  • Post-Budget : ces espoirs tombés à l’eau
  • Dévoilement d’une statue de sir Anerood Jugnauth : hommage à «enn gran dimounn»

Mo Volonter : être au service de la bonne cause

Selon Menon Munien, des campagnes de communication seront régulièrement organisées pour faciliter les échanges entre volontaires et ONG.

Devenir bénévole, accomplir une bonne action et avoir un impact positif sur la vie de ceux qui sont dans le besoin. C’est toute la philosophie derrière MO VOLONTER, une plateforme nationale dont la mission est de promouvoir le volontariat à Maurice. 

Donner un peu de son temps. Faire preuve de bienveillance. Se mettre au service des autres pour servir une cause juste et noble. Plus qu’un passe-temps, le bénévolat est un choix, un pas que de nombreuses personnes décident de franchir. Pour réunir ces personnes de bonne volonté, MO VOLONTER, un mouvement qui fait suite à une mesure annoncée dans le Budget 2023-2024, la campagne nationale un million d’heures «Volontariat pou Moris», pilotée par la National Social Inclusion Foundation (NSIF).

 

Cette plateforme, qui regroupe les Mauriciens souhaitant servir leurs communautés et apporter le changement dans la vie des autres ainsi que les organisations qui recherchent du soutien en termes de volontariat, enchaîne les actions afin de mobiliser et regrouper le maximum de personnes. Après le lancement, en décembre dernier, de ce réseau de bénévoles et d’organisations qui travaillent ensemble pour construire une île Maurice meilleure, la plateforme a récemment lancé une application mobile qui porte le nom de MO VOLONTER. Afin de faciliter la mise en relation entre les bénévoles et les organisations sociales, la NSIF a lancé officiellement, le samedi 1er juin dernier, au Port-Louis Waterfront, l’application mobile MO VOLONTER, qui a été conçue, en collaboration avec Mauritius Telecom. À cette occasion, la NSIF a organisé une journée d’activités avec la participation des ONG et du ministère de la Santé et du Bien-être. Au programme : un don de sang organisé par le ministère de la Santé, en collaboration avec la Blood Donors Association, des tests médicaux et des consultations médicales gratuits, toujours par le ministère de la Santé, une démonstration de premiers soins par les représentants du Fellowship First Aiders et de St-John Ambulance, et le Groupe ABAIM pour assurer l’animation.

 

La fondation a également procédé au dévoilement de l’habillage d’un train aux couleurs de la NSIF et MO VOLONTER. L’application, qui peut être téléchargée depuis Appstore, Google Play et App Gallery, regroupe déjà une quarantaine d’associations, quelque 660 volontaires et comptabilise plus de 60 000 heures de volontariat, récoltées depuis décembre dernier. Parmi les fonctionnalités proposées : l’enregistrement des volontaires et des ONG ainsi que les activités offertes par celles-ci. L’application permet également de capturer le nombre d’heures consacrées aux travaux de volontariat par volontaire et aussi le nombre d’heures totales pour l’ensemble des volontaires enregistrés. Elle est destinée à la fois aux particuliers et aux entreprises qui veulent donner de leur temps pour soutenir une ONG ou une bonne cause.

 

Une nation plus forte et solidaire

 

La NSIF a lancé en parallèle une campagne de communication dans le but de mobiliser le plus de Mauriciens possibles et de les encourager à se joindre au mouvement. Pour Menon Munien, président du Conseil d’administration de la NSIF, l’idée derrière est de créer une nation plus forte et plus solidaire.  Et parce que donner un peu de son temps, tout en faisant preuve de compassion et d’empathie envers ceux qui sont en difficulté, peut avoir un impact extrêmement positif sur la vie des autres, Menon Munien est convaincu que MO VOLONTER permettra d’améliorer la qualité de vie de ceux dans le besoin. «Prenons l’exemple d’un enfant en difficulté scolaire. Bien souvent, les enseignants ainsi que les parents ne savent pas comment réagir face à ce problème. Pourtant, il suffit qu’un adulte lui accorde un peu de quality time pour l’écouter et l’aider à comprendre la base dans un langage simple. Quitte à devoir lui expliquer la même chose plusieurs fois. Au niveau de la NSIF, nous avons créé la Fortified Learning Environment Unit (FLEU) pour accompagner les enfants en difficulté. Si chaque Mauricien pouvait consacrer deux heures de son temps par semaine, voire par mois, pour accompagner ces enfants, nous parviendrions à leur offrir un avenir meilleur.»

 

Outre les enfants qui ont besoin de soutien scolaire, il y a plusieurs domaines, poursuit-il, dans lesquels on a besoin de personnes bienveillantes. «Il y a beaucoup d’autres personnes qui ont besoin d’aide comme celles qui sont âgées ou malades. Bien souvent, le problème n’est pas financier mais un manque de temps, d’encadrement ou encore relationnel.»

 

Pour aller au bout de sa mission, MO VOLONTER ne se contente pas de regrouper via sa plateforme les bénévoles. Il est aussi question pour la NSIF de former les volontaires qui seront appelés à intervenir dans les six domaines identifiés à savoir le nation building, l’éducation, le bien-être des personnes âgées, l’environnement, la sécurité alimentaire et les catastrophes naturelles. «Nous allons nous concentrer sur trois actions prioritaires. Premièrement, la formation des volontaires afin qu’ils soient équipés de connaissances et de compétences nécessaires pour pouvoir apporter leur contribution, de manière plus efficace, dans les domaines identifiés. Deuxièmement, nous allons organiser, voire faciliter, l’organisation d’une panoplie d’activités pour que les volontaires puissent mettre en pratique leurs connaissances et compétences acquises. Troisièmement, nous allons consolider le travail abattu par les ONG pour combattre la pauvreté et la vulnérabilité» précise Menon Munien.

 

Pour y arriver, la NSIF compte mettre sur pied prochainement une structure dédiée au projet MO VOLONTER au sein de la fondation. «Des campagnes de communication régulières seront aussi organisées pour faciliter la mise en relation des volontaires avec les organisations.» Pour rappel, la NSIF propose aux potentiels volontaires, classifiés en trois catégories d’âge (15 à 25 ans, 26 à 60 ans et 60 ans et plus), six domaines dans lesquels ils peuvent s’engager : l’éducation, les personnes âgées, l’environnement et le changement climatique, les catastrophes naturelles, la santé et la sécurité alimentaire. Pour toute demande d’information, vous pouvez prendre contact avec la NSIF sur le 203 9977 ou via le site web www.movolonter.mu.