• Désir de maternité, problème de fertilité : comment faire face au mois de mai
  • Ebony Forest : protecteur de la nature
  • Un trentenaire agresse son épouse et leur fille de 4 ans au couteau - Ses beaux-parents : «Nou tifi inn pas boukou mizer depi linn marye»
  • Jasodah Boodhun, une centenaire bien dans sa peau
  • La flamme olympique en France : effervescence autour du feu sacré
  • Thyroïde : une petite glande, de grandes implications…
  • «Furiosa : une Saga Mad Max»  : encore de la fureur et de la ferraille
  • Enquête judiciaire au tribunal de Souillac - Rama Valayden : «Lapolis inn kwi vide ek lanket lor lamor Kanakiah»
  • Aurally Handicapped Persons Sports Federation : ne pas confondre athlètes sourds et para-athlètes
  • Journée internationale du thé : la Chartreuse, entre célébration et engagement pour une industrie équitable et durable

Les Anges du Soleil : le Trail des Anges, une course pour la bonne cause

Ils ont été nombreux à soutenir l'association en participant au Trail des Anges.

Il deviendra un rendez-vous annuel qui se tiendra le troisième dimanche du mois de mai. En effet, après une première édition, le Trail des Anges sera de retour afin de récolter des fonds et de faire connaître le travail de l’association. 

L’événement a été un franc succès, à tel point que l’ONG Les Anges du Soleil compte en faire un rendez-vous annuel le troisième dimanche de mai. Eh oui ! Le dimanche 21 mai, l’association a organisé son premier trail afin de récolter des fonds pour soutenir ses projets. Une première qui a rassemblé 261 participants.

 

Le top départ du Trail des Anges, comme il a été surnommé, a été donné à Walinzi, Yémen, Rivière-Noire. «L’événement s’est déroulé dans le chassé de la famille Maingard, qui nous a généreusement soutenus, tant pour le lieu que pour les parcours. Nous avons eu trois départs de parcours, sur deux lieux différents. Les deux premiers étant le 10 km et le 15 km au Super U de Cap Tamarin, qui nous a aussi généreusement sponsorisés. Puis, le départ du 5 km s’est tenu au chassé Walinzi, à Yémen», explique Marie Gaëlle Ramalingum Rabeau, coordinatrice des Anges du Soleil.

 

Pourquoi un trail ? «Nous sommes sensibilisés à l'importance d'une bonne hygiène de vie pour la santé, le bien-être et le respect de l'environnement, donc pour nous le sport, l'activité physique en pleine nature, fait sens. Nous encourageons nos familles à une philosophie de vie globale, comme un tout, qui a une raison d'être, dans le respect de chacun, dont la nature d'où nous venons en tant qu'êtres humains. À l'occasion de notre kermesse qui a suivi le trail, nous avons aussi pu aider les mamans qui font partie de notre coopérative ANSAM à présenter, faire connaître et vendre leurs produits de fabrications locales et artisanales, tant pour la nourriture que pour les objets», souligne la fondatrice et directrice de l’ONG Anges du Soleil, Sylvie Morgillo Gravil.

 

Si l’événement a suscité de bons retours de la part de ceux qui ont participé, elle ne peut s’empêcher de regarder les choses en face. «Nous avons eu de très bons retours de nos participants, malgré un manque de professionnalisme de notre part et notre inexpérience incontestable dans ce domaine. Pour autant, les gens ont été adorables et très indulgents, avec le sourire et la bonne humeur. Car notre marquage, que nous croyions pourtant réussi, s’est révélé confus le jour J. Par manque de temps et de personnes pour ce marquage, nous avons rencontré des cafouillages sur les parcours qui se regroupaient. Toutefois, 99 %  des personnes présentes ont compris et ont su apprécier le lieu, le moment et l’ambiance. Nous sommes bien conscients que c’était une première fois et que nous avons un certain nombre de points d’amélioration à apporter pour les autres années.»

 

Renouveler l’expérience

 

En effet, malgré quelques loupés ici et là, l’ONG compte bien renouveler l’expérience car, somme toute, la journée de dimanche dernier reste mémorable sur bien des points et l’équipe de l’association en tire une fière satisfaction, confie Marie Gaëlle Ramalingum Rabeau. «Nous sommes très satisfaits de cette première expérience, tant humaine que financière, car les fonds récoltés nous permettront de pérenniser le financement de la scolarisation de nos enfants bénéficiaires afin de leur donner une vraie chance d’avoir des rêves et de pouvoir les réaliser. Il est aussi important pour nous de nous faire connaître pour que les Anges du Soleil soient présents et visibles dans l’esprit de chacun afin de toucher un plus grand nombre, et à ce titre, ce fut aussi une réussite.» Car oui, l’objectif derrière le Trail des Anges est non seulement de récolter des fonds, mais aussi de faire connaître le travail de l’association qui existe depuis 2014 déjà et qui opère auprès des familles en situation de précarité de la région de Tamarin et de Rivière-Noire.

 

En effet, depuis sa création, l’ONG les Anges du Soleil permet la scolarisation de plusieurs enfants qui bénéficient aussi de divers ateliers et activités sportives grâce aux partenariats que l’association a su établir au fil du temps. Les Anges du Soleil, c’est aussi la création d’une coopérative ANSAM pour les mamans bénéficiaires. «À ce jour, nous scolarisons 21 enfants dans des établissements scolaires auxquels ils n'auraient pas accès sans notre soutien. Nous sommes partenaires de différents clubs sportifs, comme le Riverland, RM Club, Cavalia, où nous avons un grand nombre d’enfants qui bénéficient gratuitement des activités sportives et des lieux, dans la mixité. Nous faisons, chaque semaine, un grand nombre d’ateliers, sportifs, ludiques, éducatifs, pour les enfants comme pour les adultes. Cela inclut le yoga, la mosaïque, les cours d’anglais, de français, de comptabilité, de développement personnel. Il y a aussi des ateliers de cuisine, de coiffure, de couture, de créativité, entre autres. Quand nous en avons l’opportunité, nous organisons ponctuellement des sorties éducatives et ludiques dans différents lieux pour l’instruction générale de nos enfants», souligne Sylvie Morgillo Gravil.

 

Pour elle, les Anges du Soleil sont avant tout une magnifique aventure qui est basée sur l’humain. «En tant qu’ONG, nous devons nous adapter, essayer, changer, modifier, corriger, rebondir et nous réinventer au quotidien, afin d’œuvrer avec les familles et d’être au plus près de leurs envies, de leurs motivations, de leurs besoins et non des nôtres. C’est une merveilleuse aventure qui dure depuis neuf ans maintenant, malgré les périodes Covid qui ont été bien difficiles et éprouvantes pour tous, nous gardons le cap et avons toujours de grandes ambitions», lance Sylvie Morgillo Gravil... Afin de travailler à un avenir meilleur pour tous.