• Désir de maternité, problème de fertilité : comment faire face au mois de mai
  • Ebony Forest : protecteur de la nature
  • Un trentenaire agresse son épouse et leur fille de 4 ans au couteau - Ses beaux-parents : «Nou tifi inn pas boukou mizer depi linn marye»
  • Jasodah Boodhun, une centenaire bien dans sa peau
  • La flamme olympique en France : effervescence autour du feu sacré
  • Thyroïde : une petite glande, de grandes implications…
  • «Furiosa : une Saga Mad Max»  : encore de la fureur et de la ferraille
  • Enquête judiciaire au tribunal de Souillac - Rama Valayden : «Lapolis inn kwi vide ek lanket lor lamor Kanakiah»
  • Aurally Handicapped Persons Sports Federation : ne pas confondre athlètes sourds et para-athlètes
  • Journée internationale du thé : la Chartreuse, entre célébration et engagement pour une industrie équitable et durable

Les Anges du Soleil : Ansam, une coopérative pour faire avancer les femmes

Les cinq cuisinières de la coopérative ont fort à faire avec la cantine.

L’association les Anges du Soleil a mis sur pied une coopérative afin d’aider les femmes à trouver un emploi durable et à devenir autonomes financièrement afin de sortir de la précarité. 

Soutenir financièrement les femmes, favoriser le développement local et encourager l’entrepreneuriat social et solidaire. Ce sont là les principaux objectifs de la coopérative Ansam, mise en place en 2022 par l’ONG Les Anges du Soleil. Cette association vient en aide et soutient les familles en difficulté de la région de Rivière-Noire. Aujourd’hui, l’ONG permet la scolarisation de plusieurs enfants qui bénéficient aussi de plusieurs ateliers et activités sportives grâce aux partenaires auxquels elle s'est associée au fil du temps, sans compter la coopérative pour les mamans bénéficiaires.

 

En effet, au cours de ces deux dernières années, plusieurs femmes, habitantes de Tamarin et des environs où l’association est active, sont passées par ce programme qui leur a permis d’acquérir de nouvelles connaissances grâce aux formations dispensées. L’objectif ultime est de les équiper au mieux afin qu’elles puissent décrocher un travail ou se lancer à leur propre compte en devenant entrepreneur, ce qui les permettra d’avoir une meilleure source de revenues et de mieux faire face à la précarité qui les entoure. L’idée de lancer ce projet, souligne Marie-Gaëlle Ramalingum Rabeau, coordinatrice et responsable administrative de l’ONG, a germé après le passage de la Covid-19 à Maurice. «Nous avons malheureusement eu beaucoup de bénéficiaires de l’ONG Anges du Soleil, les employés de maison, qui se sont retrouvés sans emploi du jour au lendemain. Donc, il y avait un désir de répondre à ce besoin spécifique tout en promouvant des valeurs telles que la démocratie économique, la solidarité et l’autonomie. Nous avons voulu mettre en avant les talents et les connaissances de nos bénéficiaires qui savent coudre, cuisiner, faire du crochet, de la pâtisserie, entre autres, afin de les aider.»

 

Atténuer les difficultés

 

En effet, le but, à travers Ansam, est d’offrir des formations pour parfaire ou développer les connaissances avant de pouvoir générer une activité économique qui viendra aider les femmes à mieux subvenir aux besoins de leurs familles. «Le but est d’organiser des activités génératrices d’emploi, de les solidifier, de mutualiser les forces et de créer une dynamique locale en institutionnalisant des activités économiques. Avec Ansam, notre objectif principal est de répondre aux besoins économiques et sociaux en permettant aux membres de la communauté de s’organiser pour fournir des biens ou services de manière autonome. En résumé, la création de la coopérative est une réponse à ces besoins, visant à soutenir financièrement les bénéficiaires et à promouvoir l’entrepreneuriat social et solidaire comme moyen de développement local», ajoute notre interlocutrice.

 

Si les Anges du Soleil s’occupent aujourd’hui de 200 bénéficiaires, enfants et parents compris, la coopérative comprend, elle, une quinzaine de femmes pour le moment. Elles bénéficient du soutien, de l’accompagnement et de l’encadrement d’une équipe passionnée et dévouée, lance Marie-Gaëlle Ramalingum Rabeau. «Nous proposons une gamme variée de formations pour les bénéficiaires, notamment sur le budgeting, l’entrepreneuriat, la pâtisserie, la couture, les mosaïques, la gestion des achats, la coiffure, la cuisine, la gestion en cuisine et l’hygiène. Actuellement, les membres travaillent à leur compte, prenant des commandes ou participant à des marchés de Noël et des brocantes.»

 

Encore au stade de démarrage, la coopérative ne peut pas, pour le moment, accueillir plus de bénéficiaires par manque d’un espace et d’un local adéquats. De plus, certaines bénéficiaires cumulent actuellement deux emplois, ce qui représente néanmoins une deuxième source de revenue non-négligeable.

 

Actuellement, un nouveau projet occupe les bénéficiaires d’Ansam. «Récemment, une école nous a approchées pour mettre en place une cantine pour leur établissement scolaire, comprenant une crèche, une maternelle et une école primaire. Pour ce projet, nous avons actuellement cinq mamans qui travaillent dans la cuisine. Chaque matin, elles préparent les repas pour les enfants.» Ce qui pousse Marie-Gaëlle Ramalingum Rabeau à dire qu’elles sont sur la bonne voie. «La coopérative joue un rôle dans la création d’emplois et de sources de revenus pour les bénéficiaires. Elle les aide à accéder à de nouveaux marchés en facilitant la promotion de leurs produits ou services. Cela se fait notamment par l’organisation de foires commerciales ou par l’établissement de partenariats avec des entreprises ou des organisations intéressées par leurs offres. En offrant ces opportunités, la coopérative contribue à atténuer les difficultés du quotidien en fournissant des moyens de subsistance durables et en favorisant l’autonomie financière.»

 

Fort de ces débuts plus que prometteurs, l’équipe de la coopérative travaille dur pour pouvoir mener sa mission à bon port. Le but, cette année, est de pouvoir acquérir un emplacement approprié pour mettre en place une cuisine afin de faciliter la préparation des repas pour les écoles, dans le but d’élargir le service de traiteur. «À plus long terme, nous envisageons d'avoir nos propres magasin, salon de coiffure et pâtisserie afin de créer davantage d'emplois et de services pour la communauté. Ces projets visent à renforcer l'autonomie financière de la coopérative et à offrir des opportunités d'emploi durables à ses membres», ajoute notre interlocutrice.

 

Pour trouver des fonds pour ses différents projets, dont la coopérative, l'ONG les Anges du Soleil organise bientôt un trail qui aura lieu le dimanche 19 mai prochain. Intitulé le Trail des Anges, l’événement comprendra deux courses : une de 5km et une de 12 km. Le public mauricien est ainsi invité à y participer afin de soutenir la bonne cause. Pour plus d’infos ou pour vous inscrire, rendez-vous sur le site angesdusoleil.org.