Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Premier League : Manchester City règne sur l’Angleterre
  • Déconfinement et déconfiture
  • Coup d’envoi de la saison hippique hier : chutes en série… et décès du jockey Nooresh Juglall
  • Les trois frères Gurroby arrêtés après la saisie record de Rs 3,7 milliards de drogue - Anna, leur mère : «C’est dur de voir mes enfants accusés à tort»
  • Aidons à sauver le Musée de la Petite Collection
  • Se divertir malgré les restrictions : comme une envie de prendre l’air
  • Autonomisation des personnes en situation de handicap : Vibhesh Santoo, 22 ans, s’engage
  • Crime à Grand-Gaube : la version de Michelle Ropa intrigue les enquêteurs
  • Covid-19 : plusieurs personnes coincées à l'étranger depuis plus d’un an - La Mauricienne Ranini Cundasawmy, en Thaïlande avec son époux : «Comment nous nous sommes retrouvés bloqués là-bas»
  • Mon expérience de la quarantaine

Ghost of Tsushima : des samouraïs sous le vent

Voici la dernière exclu PS4, avant que l’on passe à la PS5 à la fin de l’année, si tout se passe bien. Une plongée dans les années 1200 au Japon, avec sabres et autres katanas, pour un jeu imparfait mais avec aussi de beaux atouts.

Contexte d’invasion

 

Vous êtes plongé dans un conflit sur l’île de Tsushima. Dans le Japon du XIIIe siècle, le pays est menacé par l’invasion mongole. Et pendant que ce conflit gronde, vous voici ! Vous êtes, en fait, le neveu d’un grand dirigeant fait prisonnier. Tout au long du jeu, après avoir été fait prisonnier vous aussi et ayant parvenu à vous échapper, vous allez devoir libérer le tonton, tout en essayant de rallier des personnes à votre cause pour contrer l’invasion.

 

Tranchez et écoutez le vent

 

Arme tranchante en main, c’est parti pour le nouveau jeu des studios Sucker Punch, responsables des franchises Sly Cooper et Infamous. Pour commencer, le contexte historique est une première dans le monde du jeu vidéo. Du coup, le jeu a une allure fraîche, d’autant que Ghost of Tsushima fait la part belle à l’exploration, surtout dans de beaux panoramas (voir plus bas). Sauf que les développeurs ont bousculé les choses. Tout d’abord, ils ont voulu un HUD épuré (très peu d’infos et de jauges à l’écran), où vous allez devoir vous repérer grâce au… vent ! Tout un concept, heureusement aidé par une carte consultable. Si le tout n’est pas parfait (le vent ne vous donnera pas clairement un path spécifique à prendre), on saluera l’audace des développeurs. Par la suite, c’est un peu plus classique, avec des points d’intérêt à découvrir et des quêtes annexes de qualité plutôt inégale.

 

Dans les combats, on retrouve du très classique aussi. Attaques, parades, contre-attaques, etc. On se retrouve avec quelque chose qui est un peu entre les jeux Batman Arkham et le plus récent Sekiro, la difficulté en moins. Heureusement, là aussi, les développeurs veulent essayer des choses, avec l’apport de postures de combat qui donneront donc du piment à l’ensemble, avec quatre postures qu’il faudra changer en fonction de vos ennemis, bien décidés à vous découper eux aussi. Heureusement encore, le jeu trouve un bon équilibre entre l’action et l’infiltration, ce qui rend les choses moins répétitives, même si les quêtes annexes ne varient pas énormément.

 

Du côté du système, ce n’est pas toujours parfait, avec une caméra parfois capricieuse et l’impossibilité de vous verrouiller sur un ennemi. On notera tout de même un arbre de compétence complet, qui assure côté nouveaux mouvements et upgrades. 

 

C’est beau…

 

Ah, ces mouvements d’herbes et de fleurs ! C’est clair que le jeu est très beau, avec des panoramas qui viennent tout de même de régions considérées comme faisant partie des plus belles au monde. Des fleurs, du vent, des hautes herbes, des forêts… Il y a de l’ambiance et de la nature dans Ghost of Tsushima. Par contre, on repassera pour l’animation faciale, assez sommaire. Et c’est dommage, vu que le doublage en japonais est plutôt sympa. N’empêche, rien qui devrait vous empêcher de vivre l’expérience samouraï bien comme il faut. N’oubliez pas aussi l’environnement sonore, avec le son du vent mais surtout des bruitages criants de vérité.

 

En tout cas, malgré de petites imperfections techniques, vous allez en prendre plein la vue avec Ghost of Tsushima.