• Association pour les handicapés de Malherbes : Le bonheur pour tous
  • FMSC : en mode «kaser ranzer»
  • Docks Lounge : vers de nouvelles aventures
  • Ashish Bissoondial, Theatre Manager du Caudan Arts Centre : «Nous sommes booked en week-end jusqu’à la fin de l’année !»
  • Homophobie et agression : le calvaire de quatre jeunes femmes
  • Agression au cutter | Akshay et Urvesh : «Nous craignons des représailles»
  • Eddy Balancy : «Après avoir été un “juge à cœur ouvert”, je me vois encore plus à l’aise dans le rôle d’un “chef juge à cœur ouvert”»
  • Hippisme 5e journée | Confirmation pour Cool At Heart
  • Le beau roman-photo d’Eshika
  • Il porte plainte contre un policier de la Traffic Branch | Oliver Fanfan : «J’ai été victime de discrimination à cause de mes cheveux»

Extinction : Des titans pas très titanesques

L’humanité va mal. Elle s’est réfugiée dans le royaume de Dolorum, menacée par ses ennemis, les Ravenii, des sortes d’orques avec des chefs grands comme des immeubles. Vous êtes Avil et vous avez pour mission de terrasser le maximum de monstres.

C’est cette situation désespérée qui est décrite dans Extinction, jeu qui vient des studios d’Iron Galaxy et qui est récemment sorti sur PC, XBOX One et PS4. Ce jeu marche sur les traces d’Attack on Titan et Shadow of the Colossus, où le joueur devra grimper sur de gigantesques êtres pour atteindre leur point faible. Sympa sur papier mais beaucoup moins à l’arrivée.

 

Bon, l’histoire n’est, bien sûr, pas le point fort de ce jeu d’action qui emprunte beaucoup aux deux univers cités plus haut. Le point faible des immenses Ravenii est en plus le même que celui des créatures d’Attack on Titan : la nuque. Avec sa narration en film d’animation, Extinction réserve quelques rebondissements mais c’est surtout au niveau du gameplay qu’il veut se démarquer, sans rien inventer. Vous aurez donc plusieurs objectifs à atteindre lors des différents chapitres, comme sauver des civils, éliminer un nombre d’ennemis spécifiques ou résister à une grosse attaque pendant un bon moment.

 

Ce n’est pas très compliqué tout ça, à l’image des combats contre les plus petits ennemis, où vous presserez frénétiquement sur les boutons d’attaque et d’esquive à la Dynasty Warriors. Des moments colorés et agressifs qui risquent de vite devenir ennuyeux, même si tous ces pauvres ennemis sont là pour faire monter votre niveau et que le temps compté vaut son petit penchant d’adrénaline.

 

Il reste les combats épiques contre les chefs Ravenii. Il faudra donc d’abord les affaiblir en terrassant et décapitant plusieurs parties de leur corps (bras, genoux, entre autres)… Les choses vont se corser avec des Ravenii plus puissants qui vont venir en armure. Tous ont donc leur point faible à l’arrière du cou et il faudra grimper pour y arriver…

 

Ce qui nous amène aux défauts d’Extinction. Tout d’abord, vous allez beaucoup pester avec une caméra qui fait des caprices, rendant souvent l’ascension des Ravenii illisible. Ensuite, déjà que la répétitivité est de mise avec les objectifs à remplir, Extinction donne l’image d’un galimatias, avec cette impression que tout a déjà été fait mais en mieux avant. Dommage, mais là, nous vous conseillerons de prendre une PS4 avec le remaster de Shadow of the Colossus pour une expérience plus mémorable.