• Kendo – Formation et passage de grade : Rishi Bundhoo décroche son premier dan
  • Callisto Protocol : prisonniers de l’horreur
  • Future Hope Maurice : quand les enfants chantent l’espoir
  • Collision entre une voiture et un camion : vacances meurtrières pour Dayaneebye Ganoo
  • Match de gala Maurice-Réunion : du football inclusif pour malentendants
  • Huawei Nova Y61 : de l’entrée de gamme sympa
  • Le diabète, un danger pour le cœur
  • Qatar : dans l’ambiance d’un pays en fête
  • FoodWise : des recettes gastronomiques, zéro gaspi et économiques
  • Le PM répond à leur lettre : les membres de la communauté rastafari «déçus» mais «le combat continue»

Vishal Shibchurn : «Li pa normal ki ena curfew order lor mwa depi 7 an»

 L’habitant de St-Humbert allègue  qu’il subit d’énormes préjudices à cause du Curfew Order.

Il fait encore parler de lui. Vishal Shibchurn a porté plainte contre des policiers du poste de police de Cent Gaulettes durant la semaine écoulée. 

Cette affaire a pour toile de fond une enquête dont il fait l’objet actuellement pour «Breach of Curfew Order». Un sergent a consigné une déposition contre lui, affirmant qu’il a reconnu le pompier suspendu de ses fonctions dans une vidéo qui a fait le buzz sur les réseaux sociaux, où on voit un homme au crâne rasé se faire tabasser par plusieurs personnes, à Grand-Bassin.

 

Vishal Shibchurn parle, lui, d’un autre coup monté. «Li pa normal ki ena curfew order lor mwa depi 7 an. Eski li lozik ? Mwa ousi mo enn imin. Mo ena fami. Mo fer sosial. Mo ena mo liberte. Se enn mari prezidis sa. Li kont mo bann drwa», s’insurge-t-il. À ce jour, Vishal Shibchurn dit avoir «ankor 5 case pending» en cours.

 

Il raconte avoir eu des ennuis avec des policiers du poste de police de sa région le lundi 12 septembre, alors qu’il s’y était rendu pour «met (mo) call». Ce membre du Hindu Shakti Sena explique qu’il n’y aurait eu aucun policier dans le charged room lorsqu’il se serait pointé vers 13h40. Il aurait alors fait appel à un Sub Inspector qui, raconte-t-il, se trouvait dans son bureau mais il ne lui aurait pas prêté attention. Vishal Shibchurn aurait attendu plusieurs minutes avant d’avoir une réponse du Sub Inspector qui lui aurait brièvement parlé, avant d’aller à l’arrière du poste de police.

 

Peu après, un policier serait venu faire le nécessaire. Mais Vishal Shibchurn aurait, par la suite, expliqué au Sub Inspector qu’il voulait donner deux «further statements» en lien avec deux «premeasures». Il aurait également demandé à voir ses déclarations faites le samedi 10 septembre. «Mo ti donn enn premeasure kont komiser la polis. Mo ena informasyon ki la polis pe rod piez mwa ek kidnap mwa», allègue-t-il.

 

Selon lui, c’est un ancien officier de l’Anti-Robbery Squad qui lui aurait donné cette information. «Linn deza dir mwa sa an 2021. Li repet mwa sa ankor fek-la. Lerla mem monn desid al la polis pou met enn plint. Mo ti sipoze al Independant Police Complaints Commission pou sa me monn fer li dan stasyon mo landrwa mem. Monn touzour asim mo responsabilite», affirme Vishal Shibchurn.

 

Le constable présent lui aurait alors fait comprendre, sur consigne de son supérieur, qu’il devait adresser une lettre au Divisional Headquarters, à Rose-Belle, pour avoir les copies demandées. «Ou ti fonktioner. Ou kone ou. Li pran boukou letan», lui aurait, par la suite, lancé le Sub Inspector. Vishal Shibchurn soutient qu’il lui aurait donc expliqué que cela allait à l’encontre de ses droits constitutionnels : «Je n’allais pas pouvoir faire d’autres déclarations sans les précédentes.» Bien qu’il aurait insisté, dit-il, le Sub Inspector aurait, encore une fois, refusé.

 

«Mo fer li kompran ki mo pou fer plint kont la polis parski mo bann drwa konstitusionel pe bafwe. Lerla la mem li dir enn polisie vinn pran enn further statement ek mwa. Monn gagn problem ankor ek sa madam-la. Li pa finn fer seki so sef inn dir li. Se kan monn al dan biro so sef ki li dir mwa : ‘‘Mo pa pran bann deklarasyon ki non sense’’», affirme le pompier. Il poursuit : «Sub Inspector-la inn dir mwa ki enn serzan ki pou fer sa me bizin atann li vini. Monn res atann mem selma. Se sa serzan-la mem ki ti fer depozisyon kont mwa pou sa case Breach of Curfew Order. Monn bizin retourn stasyon apre pou donn depozisyon parski sa bann la polis-la pann azir kouma profesionel.»

 

Vishal Shibchurn compte bientôt porter plainte au civil contre le sergent de police qui aurait menti à son égard. Il envisage également d’entamer des poursuites contre un autre haut gradé de la police. De leur côté, les Casernes centrales n’ont pas souhaité faire de commentaire sur tout cela pour ne pas pervertir l’enquête en cours.