• Boxe : la préparation se poursuit en Inde
  • La vie de fashionista de Mishma
  • Rachel Magon : De vive voix
  • Strabisme chez l’enfant : un trouble des yeux fréquent mais pas anodin
  • JIOI 2019 - Badminton | Stage en Chine : la présélection reste à quai
  • Rage 2 : apocalyptique et frénétique !
  • Joyeux «Joyeuses Pâques»
  • Krishna Sadasing, 19 ans, meurt dans une voiture conduite par son frère
  • Veer Lochun, 15 ans, meurt noyé | Son père : «J’étais sûr que je n’allais pas le retrouver vivant»
  • Agro-écologie | Claude et Lydia Bourguignon : pour l’amour du sol

Un sexagénaire agressé au canif pour une histoire d’argent : La victime et son entourage craignent pour leur sécurité

L’homme sur son lit d’hôpital.

Le jeudi 28 février, Gérard* a été agressé au canif par un habitant de sa localité. Il a dû subir une délicate intervention chirurgicale et est désormais hors de danger. Mais il craint pour sa sécurité et celle de son entourage ; son agresseur n’ayant toujours pas été arrêté. Récit.…

Cet incident aurait pu être beaucoup plus grave s’il n’avait pas été secouru à temps. Le jeudi 28 février restera gravée dans la mémoire de Gérard*, un habitant de Goodlands de 62 ans, car après une prise de bec avec un habitant de sa localité ce soir-là, il a failli y laisser la vie. Dans un accès de colère, son agresseur l’a poignardé au ventre et a pris la fuite, l’abandonnant à son sort dans une mare de sang. Mais il a eu de la chance que Gilbert*, son frère, était dans les parages et a pu alerter les services de police pour qu’ils le conduisent à l’hôpital SSRN. Admis au département des soins intensifs, le sexagénaire a subi une délicate intervention chirurgicale dès le lendemain avant d’être transféré en salle. D’après les médecins, il serait désormais hors de danger mais il éprouve toujours des difficultés à parler.

 

Aujourd’hui, Gérard et Gilbert craignent pour leur sécurité ainsi que celle de leur entourage. Car ce ne serait pas la première fois que cet individu, qui détiendrait un casier judiciaire chargé, s’en prend à l’un des leurs. «Il y a moins d’un an, il s’en était pris au fils de Gérard. Il l’avait agressé au sabre pour une histoire d’argent. Nous avions consigné une déposition mais il a fini par être libéré. Et cette fois, après nous avoir longtemps menacé, il a fini par s’en prendre à Gérard lui-même», raconte Gilbert. Aux dires des proches du blessé, «son agresseur s’en prend à tous ceux qui sont plus faibles que lui. Il réclame de l’argent aux habitants de la localité pour pouvoir se procurer sa dose. Li kontan fer dominer». D’ajouter que le suspect serait «toujours armé. Li pa gagn traka person, mem pa lapolis».

 

Une opération d’envergure avait été montée par le personnel de la brigade criminelle de Goodlands le jour où avait eu lieu l’agression. Avec l’aide des limiers de l’Anti Robbery Squad, de la Field Intelligence Office, des chiens renifleurs de la police, de l’Emergency Response Service, de la Divisional Support Unit et du Groupe d’Intervention de la Police Mauricienne, les forces de l’ordre ont tenté de mettre la main sur l’agresseur du sexagénaire. Mais à l’heure où nous mettions sous presse, il n’avait toujours pas été arrêté.

 

*prénoms modifiés