• Football : Cercle de Joachim concerné par une autre affaire
  • Le bénéfice du doute accordé aux tortionnaires présumés d'Iqbal Toofanny ] Sa veuve : «Cela ne veut pas dire que ces policiers sont innocents»
  • Double explosion à Beyrouth ] Salem Beydoun, consul honoraire de Maurice au Liban : «C’est un cauchemar»
  • Naufrage du Wakashio : un océan de chagrin
  • Hippisme - Barbé 2020 : White River : The Classic Winner
  • L’image d’un échec !
  • Cérémonie pour ceux décédés pendant le confinement - Jeff Clark : hommage à mon père
  • PatKat Professional Hairstylist : avec Patricia Kathan, ça décoiffe !
  • Elle l’avait projetée à terre lors d’une dispute : Vanessa Curpen écope de cinq ans de prison pour le meurtre de son bébé
  • Douleurs de l’hiver : Comment y remédier ?

Un religieux et son présumé complice arrêtés pour trafic de drogue

Andish Drepaul (à gauche), dénoncé par Sankaran Nallan (à droite), nie être le propriétaire des drogues saisies.

Il soutient que la drogue saisie appartient à une autre personne qui nie également toute implication dans cette affaire. Sankaran Nallan, un religieux de 35 ans, et Andish Drepaul, son présumé complice, ont été arrêtés dans le cadre de la saisie d’une certaine quantité d’héroïne et de haschisch le dimanche 21 juin. Récit.

Les opérations fructueuses de l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU) se succèdent. Dans leur lutte sans merci contre le trafic de drogue, les limiers de la brigade antidrogue ont effectué un autre joli coup de filet le dimanche 21 juin. Des renseignements précis leur ont permis de mettre la main sur deux individus soupçonnés de s’adonner au trafic de haschisch et d’héroïne. Ces derniers ont été placés en détention. 

 

C’est dans l’après-midi qu’a débuté cette opération antidrogue, menée par le sergent Ragoonundun de la division nord de l’ADSU, sous la houlette de l’adjoint au commissaire de police (DCP) Choolun Bhojoo. Les enquêteurs avaient eu vent qu’une importante transaction de drogue allait se dérouler sur le by-pass de Goodlands et ont, de ce fait, surveillé les lieux.

 

Pendant qu’ils passaient l’endroit au peigne fin, leur attention s’est portée sur un homme qui patientait le long de la route et qui tenait un sac dans les mains. Il s’agit de Sankaran Nallan, un religieux de 35 ans habitant Cité CHA, Cottage. Les limiers de l’ADSU se sont approchés de lui, ont décliné leur identité et l’ont interrogé. Le trentenaire a alors commencé à paniquer et n’a pas été en mesure d’expliquer sa présence sur la route, ce qui a éveillé les soupçons des enquêteurs.

 

Une fouille corporelle a alors permis aux enquêteurs de mettre la main sur trois sachets d’héroïne dont la valeur marchande s’élève à Rs 1,6 million, et trois sachets de haschisch, estimés à environ Rs 762 000. Interrogé sur leur provenance, Sankaran Nallan a déclaré que les drogues appartiendraient à son ami, Andish Drepaul, et que ce dernier lui aurait demandé de garder la marchandise sur lui.

 

Le même jour, les limiers de la brigade antidrogue ont débarqué au domicile de celui-ci, à 8e Mile, Triolet, pour une fouille. Bien que rien de compromettant n’ait été découvert chez cet homme de 35 ans travaillant à son compte, il a été appréhendé. Questionné, il a nié toute implication dans cette affaire. Pour les besoins de l’enquête, le cellulaire des deux hommes a été saisi.

 

Le lendemain, Sankaran Nallan et Andish Drepaul ont comparu en cour sous une accusation provisoire de drug dealing with aggravating circumstances. Ils ont ensuite été reconduits en cellule à Alkatraz et au poste de police de Pope Hennessy respectivement, la police ayant objecté à leur remise en liberté.  D’après les enquêteurs, ils avaient un casier judiciaire vierge. Une enquête a été initiée afin de faire la lumière sur cette affaire.

 


 

Veeren Rungen, le père des quadruplés, à nouveau appréhendé

 

Il ne cesse de faire parler de lui mais pas que pour les bonnes raisons. La première fois, c’est lorsque son épouse a accouché de quadruplés, l’an dernier. En février 2019, l’appel à l’aide du couple Rungen, qui n’avait pas les moyens de subvenir aux besoins de leurs petits, avait suscité un grand élan de solidarité. Mais à peine un mois plus tard, Veeren, le père de famille, avait été appréhendé après qu’une certaine quantité de drogue synthétique avait été découverte à son domicile.

 

Voilà que cette semaine encore, soit le mercredi 24 juin, le maçon de 46 ans a à nouveau eu des démêlés avec la justice. Ce jour-là, il ignorait qu’il avait affaire à un officier de la brigade antidrogue lorsqu’il lui a vendu une certaine quantité de drogue synthétique pour Rs 3 600. Appréhendé par les hommes de l’inspecteur Appasamy, de la division sud de l’ADSU, il leur a indiqué l’endroit où il avait dissimulé le reste de la drogue. Lors de cette opération, la somme de Rs 41 550, soupçonnée de provenir de la vente de drogue, a aussi été saisie. Une accusation provisoire de trafic de drogue a été logée contre lui. Il a été placé en détention.