• Kursley Favory, 43 ans, commet un autre viol après quatre ans - Ginette*, 80 ans : «Monn res fer lapriyer pou ki sa kosmar-la arete...»
  • Décès de Pankaj Udhas : cette voix d’or qui a marqué les Mauriciens
  • Manchester City vs Manchester United : règlement de comptes entre voisins
  • Quand Bruno Raya raconte Morgan Heritage et son chanteur décédé
  • Serge Moorjee : l’homme qui respirait le foot
  • Taekwondo : Sheldon Yan Too Sang aux Jeux d’Afrique
  • Huawei Matebook D16 : tout du bon côté
  • Mouvement pour le Progrès de Roche-Bois : l’agroécologie, un levier pour une meilleure intégration sociale
  • François Lindemann et sa rencontre musicale où «Tou korek»
  • Ishfaaq Mudhawo : politique, social et... chevaux

Un homme de 70 ans succombe à ses blessures après une collision mortelle - Marianne, la fille de France Toulouse : «Ena boukou version lor lamor mo papa»

France Toulouse est décédé d’un «shock due to multiples injuries».

France Toulouse, un habitant de Camp Fanny, à Chemin-Grenier, travaillait comme «contracteur» pour le compte de la Central Water Authority. Cet homme de 70 ans effectuait des fouilles dans un morcellement de sa localité lorsqu’il a été victime d’un tragique accident de la route. Les circonstances entourant ce drame sont toutefois encore floues pour sa famille. Sa benjamine témoigne.

Il était le pilier de sa famille. Malgré son âge avancé, il travaillait toujours pour faire bouillir la marmite. Et il était fier de gagner sa vie à la sueur de son front. C’est d’ailleurs en allant gagner son pain quotidien qu’il a connu une fin tragique. Lui, c’est France Toulouse, un habitant de Camp Fanny, à Chemin-Grenier, qui travaillait comme «contrateur» pour le compte de la Central Water Authority.

 

Selon la police, le 22 janvier, cet homme de 70 ans effectuait des fouilles non loin de chez lui, au morcellement Dunputh, à Belle-Vue, lorsqu’il a été fauché, aux alentours de 11h30, par une Chevrolet grise conduite par un jeune homme de 21 ans, habitant ce quartier. À son arrivée sur place, le personnel du Samu n’a pu que constater son décès. Le rapport d’autopsie indique que France Toulouse est décédé d’un «shock due to multiples injuries». Il laisse derrière lui son épouse Marie-Claude – âgé de 67 ans, celle-ci est alitée depuis plus de 10 ans suivant un accident cardio-vasculaire – et quatre enfants – trois filles et un fils –, tous plongés dans une profonde tristesse. Ils sont également dans le flou total quant aux circonstances de l’accident.

 

«Nou pena okenn linformasion lor sirkonstans sa aksidan-la. Ena boukou version lor lamor mo papa. Ena dimounn pe dir ki li ti pe travers sime kan loto-la inn tap ek li. Lezot pe dir aksidan inn arive parski sofer-la pann trouv li ek inn tap ek li», souligne Marianne, la benjamine de France Toulouse, âgée de 36 ans. Sa famille et elle attendent les conclusions de l’enquête policière pour être fixées : «Nou nepli kone ki pou krwar. Se pou sa ki nou kont boukou lor lanket la polis pou kone kouma linn mor vremem.»

 

Le conducteur, un étudiant fréquentant un établissement privé, a été soumis à un alcotest après l’accident. Les résultats sont négatifs. Il a toutefois passé une nuit en cellule au poste de police de sa localité. Il fait l’objet d’une accusation provisoire d’homicide involontaire. L’enquête policière se poursuit pour faire toute la lumière sur cet accident.

 


 

La route fait une autre victime

 

Alain Georges César, plus connu sous le nom de Rico, n’a pas survécu à ses blessures. Cet homme de 58 ans, habitant Camp Levieux, a succombé à une infection le 23 janvier, après 16 jours d’hospitalisation. Il avait été admis à l’hôpital Bruno Cheong suite à un accident de la route le 7 janvier. Ce jour-là, un membre de sa famille et lui voyageaient à bord d’une voiture conduite par un habitant de Curepipe quand celle-ci est entrée en collision avec un contract van. Un homme de 47 ans, habitant Melrose, était au volant de la fourgonnette et une dame de 35 ans, habitant cette localité, était avec lui.

 

Les deux chauffeurs ainsi que leurs passagers, tous blessés, ont été transportés d’urgence à l’hôpital de Flacq. Seul Alain Georges César avait été admis car ses blessures étaient plus graves. Il a, hélas, fini par rendre l’âme d’une septicémie. La police a ouvert une enquête pour déterminer les circonstances exactes de ce tragique accident de la route.