• Kursley Favory, 43 ans, commet un autre viol après quatre ans - Ginette*, 80 ans : «Monn res fer lapriyer pou ki sa kosmar-la arete...»
  • Décès de Pankaj Udhas : cette voix d’or qui a marqué les Mauriciens
  • Manchester City vs Manchester United : règlement de comptes entre voisins
  • Quand Bruno Raya raconte Morgan Heritage et son chanteur décédé
  • Serge Moorjee : l’homme qui respirait le foot
  • Taekwondo : Sheldon Yan Too Sang aux Jeux d’Afrique
  • Huawei Matebook D16 : tout du bon côté
  • Mouvement pour le Progrès de Roche-Bois : l’agroécologie, un levier pour une meilleure intégration sociale
  • François Lindemann et sa rencontre musicale où «Tou korek»
  • Ishfaaq Mudhawo : politique, social et... chevaux

Un homme de 48 ans succombe à ses blessures après une agression : Eloïse, la fille d’Endy Godin : «Linn perdi lavi akoz Rs 100»

Eloïse explique que son père (photo en médaillon) a toujours été un homme sans histoires.

Cet homme de 48 ans est décédé à l’hôpital de Rose-Belle après avoir été victime d’une agression une semaine plus tôt. Son agresseur présumé est un habitant de la localité. Ce maçon de 34 ans avait initialement été arrêté pour «assault with aggravating circumstances». Il fait désormais l’objet d’une accusation provisoire de «murder». La fille aînée du défunt revient sur ce terrible drame. 

Une pluie fine arrose la Cité EDC Balance en ce début d’après-midi du mardi 30 janvier. Malgré cela, de nombreux enfants sont en train de jouer dans la rue car il n’y a pas d’école ce jour-là en raison de l’alerte de fortes pluies émise par la station météo de Vacoas. Nous approchons d’une maison de ce quartier de Plaine-Magnien où règne une ambiance particulière. De nombreuses personnes y sont présentes pour soutenir la famille d’Endy Godin après les funérailles de celui-ci qui ont eu lieu un peu plus tôt ce jour-là. Ce peintre et carrossier automobile de 48 ans est mort alors qu’il était admis à l’hôpital de Rose-Belle depuis le 25 janvier après avoir été agressé. Le rapport d’autopsie indique qu’il a rendu l’âme suite à un «acquired respiratory distress syndrome».

 

Eloïse, la fille aînée d’Endy Godin, âgée de 21 ans, raconte que ce dernier a été agressé le 22 janvier. «Li ti gagn bate dan enn restoran dan landrwa mem. Mo papa ti tousel lakaz sa zour-la. So konpagn ti al kot so garson Rose-Belle. Li pa ti dir person ki linn gagn bate. Mo ti vinn rann li vizit so zedi. Monn trouv li feb feb. Ti ena plin mark lor so lekor. Linn dir mwa apre ki enn dimounn inn bat li. Lerla, monn amenn li lopital Rose-Belle. Li ti dir dokter ousi ki enn dimounn inn bat li. Inn fer x-ray ek li. Inn trouve ki so poumon ti kraze. Li ti pe gagn problem pou respire. Inn admet li dan ICU lerla», explique la jeune fille.

 

La police a initié une enquête lorsque le personnel médical a donné l’alerte. Et l’agresseur présumé d’Endy Godin a été arrêté pour «assault with aggravating circumstances» peu après. Il s’agit d’un dénommé Jean-Pierre, plus connu sous le nom de Rudy. Ce maçon de 34 ans, habitant également à Plaine-Magnien, est passé aux aveux. Il a expliqué aux enquêteurs qu’il a roué Endy Godin de coups pour une histoire d’argent. Il raconte, dans sa déposition, qu’il avait remis au quadragénaire Rs 500 pour «aste manze ek bwar» lors d’une partie de beuverie, mais que celui-ci ne lui a pas remis la somme restante. L’agresseur présumé fait désormais l’objet d’une accusation provisoire de «murder». Le tribunal de Mahébourg a refusé de lui accorder la liberté conditionnelle.

 

«Mo papa inn perdi lavi akoz Rs 100», regrette Eloïse. La jeune femme souligne que c’est «par labouss dimounn» que les membres de sa famille ont appris que son père «inn gagn move bate» pour une histoire d’argent. «Nou pena plis detay lor la selma. Li pann resi rakont mwa seki finn ariv li. Li ti ankor ena konesans dan lopital kan li ti fer apel mwa pou koze. Mo pann gagn letan koz ek li. Sa zour-la mem linn al tomb dan koma. Dokter ti fer admet li dan ICU lerla. Linn mor zis apre.»

 

Les proches de la victimes sont toujours sous le choc des récits qu’ils ont entendus entourant l’agression. «Mo pa konn sa misie kinn bat mo papa-la. Dimounn inn dir nou ki li travay mason. Nou tann dir ki li sorti koul dal sa zour-la. Linn bat mo papa enn premye fwa akoz sa zistwar larzan-la. Dimounn inn rakont nou ki linn bat mo papa enn deziem fwa kout bogi dan vant kan linn trouv li pe asize lor sime. Bann pasan ti ed li pou leve ek marse ziska lakaz. Li pann preske sorti ditou apre. Kan monn gagn nouvel ki li pa tro bien, lerla monn vinn get li. Mo pa res ek li. Kan mo papa inn mor ki bann dimounn inn koumans koze pou rakonte ki ti arive sa swar-la. Li pa ti kontan rod problem ek dimounn. Li ti kontan rann servis. Li pa merit enn lamor parey», précise Eloïse.

 

Endy Gobin a deux autres filles. Son épouse et lui étaient séparés depuis 18 ans. Il vivait en concubinage avec une autre femme depuis 11 ans. Son entourage avance qu’il était toujours tranquille dans son coin. Le seul problème qu’il avait était son addiction à la bouteille. «Li ti pe bwar impe», reconnaît sa fille aînée désemparée par la fin tragique de son père.