• Boxe thaï : première édition de «La Nuit des Nak Muay»
  • Badminton : les Internationaux de Maurice à Côte-d’Or
  • Trois univers artistiques à découvrir
  • Handicap et vie professionnelle : un pas de plus vers l’inclusion
  • Mayotte au rythme des crises
  • Une rare éclipse totale traverse l’Amérique du Nord : des Mauriciens au coeur d’un événement céleste spectaculaire 
  • World Thinking Day : les guides et la santé mentale
  • Mama Jaz - Sumrrà : prendre des risques musicaux avec le jazz
  • Karine Delaitre-Korimbocus : Kodel, une nouvelle adresse dans le paysage de Belle-Rose
  • Oodesh Gokool, le taximan attaqué au couteau : «Mo remersie piblik»

Un habitant de Bambous meurt dans un incendie à Argy - Sa mère : «Mo sagrin mo pann resi get figir mo piti enn dernie fwa»

Cette habitante de Bambous doit rester alitée car elle souffre d’un cancer des os. Ci-contre, son défunt fils Patrick.

Perdre un enfant est une douleur indescriptible pour une maman. Mais la souffrance est d’autant plus grande quand celle-ci doit faire le deuil de son enfant alors qu’elle est elle-même atteinte d’une maladie incurable. C’est le cas de Marie-Mai Landon. Cette habitante de Bambous, âgée de 71 ans et qui souffre d’un cancer des os, vient de perdre tragiquement son fils aîné, Louis Patrick, plus connu sous le nom de Patrick Longue. Ce maçon de 53 ans a péri dans un incendie à Argy, Flacq.

Le drame s’est déroulé dans la soirée du 3 avril. Un jeune homme de 31 ans, habitant la localité, a expliqué à la police qu’il rentrait chez lui vers 21 heures, ce jour-là, lorsqu’il a vu un tricycle abandonné en feu. Il aurait essayé, dit-il, de maîtriser l’incendie avec l’aide de ses voisins. C’est alors que, peu après, il aurait remarqué que Patrick Landon se trouvait à l’intérieur. Le jeune homme raconte avoir tout suite appelé le Samu, les pompiers et la police.

 

Mandés sur place, les pompiers ont pu maîtriser le feu. La victime a été transportée à l’hôpital Dr Bruno Cheong par le Samu où il est décédé peu après. Le rapport d’autopsie indique qu’il est mort suite à une «inhalation of fumes». Les funérailles de Patrick Landon ont eu lieu le lendemain.

 

Depuis cette tragédie, la mère de Patrick Landon, Marie-Mai, est complètement abasourdie. «Mo sagrin mo pann resi get figir mo piti enn dernie fwa», confie la septuagénaire, alitée depuis six mois à cause de sa maladie et qui ne sort, dit-elle, que pour aller faire sa séance de chimiothérapie à l’hôpital Jeetoo. C’est par le biais de l’ex-campagne de son défunt fils que ses proches et elle ont appris l’horrible nouvelle. «Madam-la res dan Argy li ousi. So garson inn ed lapolis pou idantifye Patrick ki ti bien okip li kan li ti tipti», souligne Mari-Mai. Toutefois, poursuit-elle, les circonstances entourant l’incendie sont floues. «Patrick ti enn bon garson. So sel defo, se ki li kontan bwar ek fim so sigaret. Zame li pann gagn problem ek personn. Ziska ler, nou pa kone kouma dife-la inn pran. Zis so linz inn pran dife. Impe bizar matla ki li ti pe dormi pann brile», observe-t-elle.

 

La police a d’ailleurs ouvert une enquête à cet effet. À ce stade, la thèse de foul play est écartée. Marie-Mai, elle, compte sur la police pour connaître les circonstances exactes de la mort de son fils, qu’elle a vu pour la dernière fois, il y a trois semaines. «Mo garson pa ti SDF. Li res ek mwa», soutient-elle. «Li ti pe ale-vini Argy depi 5 mwa. Li mason. Li ti pe fer enn travay laba. Enn dimounn ti get li pou enn lakaz. Dimounn-la so garson pou marye dan zyin. Patron-la pa ti donn li kas transpor. Li ti dir li res laba mem. Li ti sipoze res dan enn lasam dan lakaz dimounn-la so mama. Monn gagn sok kan monn aprann ki mo garson ti pe dormi dan enn trisik ek dan pikan», allègue Marie-Mai dont la souffrance d’avoir perdu son enfant est indescriptible…