• Heathy lunch box : cinq idées de repas à apporter à l’école et au boulot
  • L’enquête sur l’assassinat de Manand Fakhoo non-résolu deux ans plus tard : ses proches entre révolte et incompréhension
  • Boost Your English : la trouvaille linguistique du Dr Wedsha Appadoo-Ramsamy
  • Otite : aïe, pas touche aux oreilles !
  • Résultats du School Certificate : entre réjouissances et tristesse
  • Ilia’s Nails’, une belle adresse trendy dans le paysage de Curepipe
  • Linzy Bacbotte : L’apothéose mauricienne de ses 35 ans de carrière
  • Arianda Desmarais, 11 ans, se fracture le crâne en tombant d’un autobus - Ses parents : «Nous espérons qu’elle s’en sortira sans séquelles graves»
  • Stephan Steward Toussaint, 29 ans, tué pour «une affaire de moeurs» - Stephanie, sa compagne : «On le blâme injustement sans qu’il soit là pour se défendre»
  • Alertes météo : un vent nouveau souffle…

Stevy, 36 ans, fauché mortellement par une fourgonnette - Vanessa, sa concubine : «J’ai l’impression de vivre un cauchemar»

Le trentenaire laisse derrière lui une compagne et deux enfants effondrés.

Il était un compagnon et un père exemplaire, aux petits soins pour ceux qui lui sont chers. Malheureusement, Stevy Wonder, 36 ans, a trouvé la mort dans de tragiques circonstances le dimanche 27 novembre. Il se dirigeait vers Grand-Gaube lorsque son deux-roues est entré en collision avec une fourgonnette. Il est mort sur le coup. Vanessa, sa concubine, est éffondrée. Elle se confie.

Dans de nombreux foyers, l’on attend avec impatience les célébrations de fin d’année. Néanmoins, pour la première fois de sa vie, c’est avec beaucoup d’appréhension que Vanessa s’apprête à vivre la période festive car elle sait que Noël et le Nouvel An ne feront qu’accentuer sa tristesse. Car celui qui partageait sa vie depuis maintenant 20 ans ne sera pas de la partie.

 

Le dimanche 27 novembre, dans la soirée, Ivon Vencen Stevy Wonder, 36 ans, circulait à moto aux abords de la route principale de Mapou lorsqu’il a été percuté de plein fouet par une fourgonnette se dirigeant vers Roche-Terre. Il est mort sur le coup.

 

Pour les fêtes, le trentenaire avait déjà tout prévu. Il avait fait part à sa compagne de son intention d’offrir un vélo à leur benjamin, âgé de 4 ans. Comment expliquer à ce dernier que son père ne sera pas à ses côtés pendant qu’il déballera ses cadeaux ? En effet, si cela fait plusieurs jours que son papa s’en est allé, confie Vanessa, le petit garçon le réclame toujours : «Il pense qu’il ne rentre pas à la maison parce qu’il travaille ou qu’il loge actuellement dans son appartement, à Grand-Gaube.» Une histoire qu’elle lui a racontée parce qu’elle n’arrive pas à lui dire la douloureuse vérité. «Il est bien trop jeune, je ne peux pas encore lui parler de la mort. Je le lui dirai lorsqu’il sera en âge de comprendre.»

 

Après avoir longtemps travaillé comme Crane Operator, Stevy Wonder a cumulé plusieurs petits boulots pour joindre les deux bouts. Il y a quelques mois, il avait décroché un nouvel emploi dans les environs de Grand-Baie. Depuis, «son ami et lui louaient un appartement à Grand-Gaube à cause de leurs horaires de travail. Il ne voulait pas effectuer de longs trajets avant et après le boulot, jusqu'à Sainte-Croix ou Barkly chez sa famille», explique notre interlocutrice.

 

Le dimanche 27 novembre, le trentenaire a passé du temps avec sa petite famille avant de prendre la route pour Grand-Gaube. Mais il a été victime d’un terrible drame en chemin. Il était environ 22 heures lorsque Vanessa a appris la mauvaise nouvelle. «Sa soeur m’a appelée pour m’informer de son accident. Elle l’avait, à son tour, appris de la police de Barkly.» En une fraction de seconde, son monde s’est écroulé…

 

Selon Vanessa, Stevy Wonder n’en était pas à son premier accident. Le dernier remontait à trois ans de cela et lui avait causé de graves blessures. Néanmoins, «piloter une moto à nouveau ne lui a jamais fait peur. Les deux-roues le passionnaient depuis son plus jeune âge et c’était un bon pilote. Li pa ti pe kapav sanpas motosiklet». Le trentenaire, très pieux, était également passionné de musique, particulièrement des cantiques. «Il venait d’acheter un haut-parleur et passait en boucle ces chansons qu’il chantait à tue-tête», se souvient-elle, en laissant échapper un sourire. Sa plus grande qualité, poursuit Vanessa, «était sa générosité. Il rendait toujours service et faisait toujours passer les besoins des autres avant les siens ; il disait que Dieu le lui rendrait».

 

Des projets, Stevy Wonder en avait plein. Il espérait notamment réunir suffisamment d’argent pour pouvoir offrir une maison à sa famille. «Notre aîné aura 18 ans l’an prochain ; il voulait absolument qu’il puisse avoir sa chambre à lui seul. Stevy faisait tout pour ses enfants. Li ti pe get zot bien, ti pe donn zot tou.» Son départ tragique laisse un grand vide au sein de sa famille. «C’est dur de se dire qu’il ne reviendra pas, qu’il nous a quittés. J’ai l’impression de vivre un cauchemar. Je tiens le coup grâce à mes enfants, je me tiens occupée pour ne pas avoir à penser à la tragédie que nous vivons en ce moment», lâche Vanessa, de la tristesse dans la voix. Les funérailles de Stevy Wonder ont eu lieu le mardi 29 novembre.

 

Par ailleurs, le conducteur de la fourgonnette impliquée dans l’accident ne s’est pas arrêté mais s’est livré à la police juste après la collision. Il a subi un alcootest qui s’est révélé négatif. Questionné sur les circonstances du drame, cet habitant de Grand-Gaube, âgé de 44 ans, a déclaré aux enquêteurs que le motocycliste aurait brusquement changé de voie et qu’il n’aurait pas été en mesure de l’éviter. Il a été placé en détention policière et fait l’objet d’une accusation provisoire d’homicide involontaire. L’enquête suit son cours.