• Championnats d'Afrique : l'athlétisme mauricien en quête de rachat
  • Vidushi Haulooman et sa poésie dans «Afflatus» 
  • Modigadu Govinden, 59 ans, renversé mortellement par une voiture - Ses proches : «Lalwa bizin pli sever»
  • Luchmeeparsad Bhowaneedin, 43 ans, décède après avoir été percuté par le métro - Son entourage : «Il voulait changer de vie et se stabiliser financièrement»
  • Mystère autour du décès de Kevin Sreeneebus, 33 ans, après une sortie de route - Ses proches et amis pleurent «un homme jovial et plein d'ambition»
  • Acquitté dans l’affaire du double drame de Sept-Cascades en 2012 - L’inspecteur Sookur : «Mo pli gran regre se ki mo pann resi sap lavi Nanon ek Binda»
  • Nula Groove et l’après «Mama mo tresor»
  • La lecture partisane et l’indestructible culture politique !
  • Post-Budget : ces espoirs tombés à l’eau
  • Dévoilement d’une statue de sir Anerood Jugnauth : hommage à «enn gran dimounn»

Sortie de route mortelle pour Wazeer Korimbaccus, 18 ans : douloureux adieux à un grand passionné de football

Le jeune homme a pris part à de nombreuses compétitions de futsal avec son équipe, Santos.

Il espérait aller loin dans le monde du football, sa grande passion. Toutefois, le destin en a décidé autrement pour Wazeer Korimbaccus, 18 ans. Le lundi 8 mai, il rentrait chez lui après une partie de foot avec ses amis lorsqu’il a fait une sortie de route mortelle à moto, à Résidence Vallijee. Ses proches témoignent. 

Son entourage lui prédisait un brillant avenir dans le monde footballistique. Passionné par ce sport depuis l’âge de 7 ans, Wazeer Korimbaccus, affectueusement appelé Ti Korim, âgé de 18 ans, devait participer, en août, à des sessions de détection organisées par le club de Barcelone à Maurice. «Li ti enn bon zwer. Li ti pou al lwin dan sa spor-la», lâche Akhmez, son cousin. Malheureusement, le destin avait d’autres plans pour lui. Dans la soirée du lundi 8 mai, il a été victime d’un accident de la route dans les parages de Montée Husnard, à Résidence Vallijee. Il n’a pas survécu.

 

Akhmez raconte que, plus tôt ce jour-là, Wazeer était allé faire un tour au centre commercial de Bagatelle. En rentrant, il s’était rendu à Cité Martial pour jouer au foot, puis avait appelé son cousin. «Je lui avais dit que j’étais à La Tour Koenig avec d’autres amis et il a insisté pour venir nous rejoindre afin de jouer au football avec nous.» C’est sur le chemin du retour, après la partie, que le drame a eu lieu. «Mo ti pe swiv li dan mo loto ler nou pe retourn lakaz. Monn trouv li double plizir loto ek get deryer li. C’est quand il s’est retourné qu’il a perdu le contrôle de sa moto et a percuté un arbre.» Akhmez poursuit : «Je me suis arrêté aussitôt pour lui porter secours. Lorsque je l’ai rejoint, il était toujours conscient. Après quelques secondes, il a commencé à cracher du sang, puis s’est évanoui. Mo ti fini konpran ki so leta grav.»

 

Alertés, les premiers secours sont arrivés sur place rapidement mais n’ont pu que constater le décès du jeune homme ; ils ont ensuite conduit sa dépouille à la morgue. Lorsqu’il a appelé les parents de Wazeer, Akhmez n’a pu se résoudre à leur annoncer son décès. «Je leur ai simplement dit qu’il avait été victime d’un accident et de nous rejoindre à l’hôpital. Zot inn demann mwa si li korek, monn dir zot ki li impe grav.» Lorsque ses parents sont arrivés à l’hôpital Jeetoo, ce sont les médecins qui leur ont annoncé son décès.

 

Derniers moments

 

Benjamin d’une fratrie de quatre enfants, Wazeer vivait avec ses parents, à Cité-La-Cure. «Li tousel ti ankor pe res avek zot, vu ki so de frer ek so ser inn fini marye», confie Akhmez. C’est d’ailleurs ce qui rend les choses encore plus difficiles pour eux. «Bann-la bien sagrin. Zot mood bien down. Wazeer ti enn extra bon garson.» S’il travaillait avec ses proches dans le domaine du scrap metal, le jeune homme avait beaucoup de projets concernant sa passion : le foot. Il faisait partie du Port-Louis Autruches (Catalan) – une équipe de football régionale – mais aussi de l’équipe de futsal Santos. Ses coéquipiers de l’équipe Catalan lui ont, d’ailleurs, rendu hommage lors du match qu’il ont disputé ce samedi 13 mai.

 

Également très affligé, c’est avec beaucoup de peine que son frère Jamil revient sur leurs derniers moments ensemble. «Li ti vinn lakaz dimans. Nou finn get football ansam. Nounn bien koze, riye, badine. Il avait profité de l’occasion pour passer un peu de temps avec mon fils qui vient de naître. Il a passé la nuit chez moi et il est parti le lendemain. Mo pa ti kone li pe al enn sel ale.» Ses funérailles ont eu lieu le mardi 9 mai. Les policiers de Line Barracks prévoient de visionner les images des caméras de Safe City pour déterminer les circonstances exactes du drame.

 

Quatre autres victimes sur nos routes

 

La série noire des accidents de la route s’est poursuivie cette semaine encore. La dernière victime en date est un autre jeune, Bhavesh Seeram, un habitant de Dubreuil, âgé de 19 ans. Aux petites heures du matin du mercredi 10 mai, la moto sur laquelle son ami et lui se trouvaient est entrée en collision avec une fourgonnette aux abords de la route de Bambous, à Pierrefonds. Lorsque les premiers secours sont arrivés sur les lieux, Bhavesh Seeram avait déjà rendu l’âme, tandis que son ami, grièvement blessé et inconscient, a été conduit à l’hôpital. Appréhendé après l’accident, le conducteur de la fourgonnette impliquée a été interrogé sur les circonstances du drame avant de comparaître en cour sous une accusation provisoire d’homicide involontaire. Il a aussi été soumis à un alcootest qui s’est révélé négatif.

 

Un autre accident fatal est survenu en début de soirée du lundi 8 mai, sur la Nationale, à Bois-Marchand. Un piéton a été renversé par un 4x4 conduit par un habitant de Cité-La-Cure de 56 ans. Son décès a été constaté par le personnel du SAMU arrivé sur place peu après. D’après les forces de l’ordre, la victime, dont l’identité n’a pas été établie, serait un ressortissant indien. Le conducteur du 4x4 impliqué a été soumis à un alcootest qui s’est révélé négatif. Il fait l’objet d’une accusation provisoire d’homicide involontaire. La police a initié une enquête afin de déterminer les circonstances exactes du drame.

 

Le samedi 6 mai, c’est Raymond Daniel Kowandy – un Français établi à Maurice – qui a succombé à ses blessures suite à un accident. Cet habitant de Flic-en-Flac, âgé de 67 ans, avait été hospitalisé le 26 avril après avoir été victime d’un hit and run. Il circulait sur son scooter lorsqu’il avait été percuté par une fourgonnette qui ne s’est pas arrêtée. Le conducteur du véhicule impliqué s’est, par la suite, livré à la police. Il a été appréhendé après le décès du sexagénaire et a comparu devant la Bail and Remand Court le dimanche 7 mai, sous une accusation provisoire d’homicide involontaire.

 

Toujours le samedi 6 mai, une autre victime de nos routes est décédée à l’hôpital. Il s’agit d’Halima Beegun, une ressortissante du Bangladesh âgée de 40 ans. Elle avait été renversée par une moto sur la route principale de Gokhoola, le 23 avril, alors qu’elle marchait. Grièvement blessée, elle avait été admise aux soins intensifs.