• United Colors : Zulu annonce la couleur
  • Shotokan Martial Arts Federation (SMAF) : Couvre-feu sur les compétitions à l’étranger
  • Meurtre de Ritesh Gobin, 11 ans, en 2018 : le meurtrier présumé Sachin Tetree sur le banc des Assises
  • Kesweena Tacoorpersand et Uzma Peeroo : des femmes au cœur des chantiers
  • Manan Fakoo tué par balles : la terrible fin d’un homme au passé tumultueux
  • Zones d'ombre autour de la mort de Kanakiah et Kistnen : deux veuves à la recherche de la vérité sur la mort de leur mari
  • Décès du triathlète Jayrajsing Hazareesing au Morne | Son épouse : «C’était un homme exemplaire»
  • FA Cup | Man Utd vs Liverpool : dans l’oeil du cyclone
  • Lupin sur Netflix : Omar, voleur aimé et mal-aimé
  • Des mots et des manigances…

Sortie de route meurtrière pour Howard Seedoo, 41 ans : des adieux déchirants à «un homme exemplaire»

La Journée mondiale du souvenir des victimes des accidents de la route a été observée le dimanche 15 novembre. Une façon de leur rendre hommage mais aussi de sensibiliser aux drames routiers. Pourtant, cette semaine encore, deux autres personnes ont perdu la vie dans des drames routiers. La dernière en date est Howard Seedoo, un habitant de Flic-en-Flac, tué sur le coup lorsque sa voiture a heurté un pylône électrique à quelques mètres de son domicile. Son frère Jason témoigne.

Le vendredi 20 novembre, tout a basculé pour les Seedoo. En une fraction de seconde, leur monde s’est écroulé à l’annonce du décès de l’un des leurs, Howard Seedoo, aussi connu sous le nom d’Ishraq. Une nouvelle qui les a plongés dans un état de choc et une profonde souffrance.

 

Cet habitant de Flic-en-Flac, âgé de 41 ans, n’a pas survécu quand sa voiture a fait une sortie de route, puis plusieurs tonneaux avant de heurter un pylône électrique à moins d’une centaine de mètres de chez lui. D’après la police, la vitesse serait à l’origine du drame.

 

Pour Jason, le frère de la victime, son départ aussi tragique qu’inattendu est dur à encaisser. «Lorsqu’on me l’a appris, je n’ai pas tout de suite assimilé le mot "décédé". Je pensais me rendre à l’hôpital ; je l’imaginais en salle de réanimation, alors qu’on m’avait bien dit qu’il nous avait déjà quittés. Je ne voulais pas y croire», lâche-t-il. «Lorsque l’accident s’est produit, Howard sortait de la gym. Il voulait probablement rentrer chez lui rapidement avant d’attaquer sa journée de travail.» Toutefois, sa famille et lui insistent sur le fait que le quadragénaire était un excellent conducteur. «C’est son premier accident. On se sentait toujours en sécurité avec lui au volant», soutient Jason qui ne tarit pas d’éloges au sujet de son frère.

 

Selon lui, Howard Seedoo a toujours été quelqu’un d’ambitieux. «Nous sommes issus d’une cité ouvrière mais cela n’a pas été un prétexte pour ne pas avancer», explique Jason. Leur mère, qui les a quittés l’an dernier à l’âge de 63 ans, les encourageait toujours à se surpasser, poursuit-il. «Elle nous a bien motivés. Elle était une femme cheffe d’entreprise, qui a commencé ses activités dans notre petite maison à Cité Barkly.» Un exemple pour le quadragénaire. «Howard était déterminé et faisait les sacrifices nécessaires pour progresser. Durant les années 2000, pendant qu’il étudiait, il travaillait le soir, rentrait après minuit, faisait ses devoirs, révisait et allait à ses cours à 8 heures le matin. Je l’admirais pour son courage.»

 

Sa persévérance lui a ainsi valu le poste de Contact Centre Manager à la Mauritius Commercial Bank. «Il travaillait avec toutes les succursales. Il bougeait beaucoup entre la banque de Port-Louis et celle de Trianon. Il disait ce qu’il pensait, était honnête et a toujours su mettre ses idées en avant ; c’est ce qui lui a permis de réussir.» D’ailleurs, ajoute Jason, ses collègues disaient qu’il était très charismatique, qu’il était un leader. «Il avait l’art de motiver les siens et à l’écrit, il était excellent. Il savait écrire de manière captivante, inspirante. Il voulait toujours bien faire.»

 

Howard Seedoo était également très connu dans le milieu des centres d’appels, notamment chez Euro CRM, Outremer Telecom et Mediacall, où il a travaillé dans le passé. Nombre de ses anciens collègues lui ont rendu hommage sur les réseaux sociaux.

 

Marié et père de trois fils âgés de 2, 12 et 18 ans, Howard Seedoo menait une vie personnelle tout aussi exemplaire, à en croire son frère Jason. Marqué par le divorce de ses parents plus jeune, il faisait de son mieux pour que ses enfants ne connaissent pas l’absence d’un père. «Son rêve était de réussir sa vie familiale. Passer du temps avec sa famille est ce qui importait le plus à ses yeux. Même si son aîné vit en France, il faisait de son mieux pour qu’il ne manque de rien et lui parlait très régulièrement. Il venait même de lui offrir sa première voiture.»

 

En parallèle à sa vie personnelle et professionnelle, Howard Seedoo s’adonnait à ses activités préférées. «Il aimait le football et jouait pour le club de la MCB. Il était également un passionné de voitures. Malheureusement, sa dernière sortie en voiture a pris une tournure tragique.»