• Kursley Favory, 43 ans, commet un autre viol après quatre ans - Ginette*, 80 ans : «Monn res fer lapriyer pou ki sa kosmar-la arete...»
  • Décès de Pankaj Udhas : cette voix d’or qui a marqué les Mauriciens
  • Manchester City vs Manchester United : règlement de comptes entre voisins
  • Quand Bruno Raya raconte Morgan Heritage et son chanteur décédé
  • Serge Moorjee : l’homme qui respirait le foot
  • Taekwondo : Sheldon Yan Too Sang aux Jeux d’Afrique
  • Huawei Matebook D16 : tout du bon côté
  • Mouvement pour le Progrès de Roche-Bois : l’agroécologie, un levier pour une meilleure intégration sociale
  • François Lindemann et sa rencontre musicale où «Tou korek»
  • Ishfaaq Mudhawo : politique, social et... chevaux

Sortie de route meurtrière pour Abhay Choolye, 24 ans et Sadeer Bakey, 17 ans : le village de Souillac pleure deux jeunes populaires et appréciés

Encore une tragédie que doivent traverser les membres de la famille Choolye en ce mois de décembre. Il y a seulement deux semaines, l’un des leurs a quitté ce monde de manière brusque et tragique à l’âge de 23 ans. Ils avaient alors choisi de ne pas célébrer Noël et le Nouvel an, n’ayant pas le coeur à la fête. Souhaitant se changer les idées après le décès inattendu de son cousin, Ourveshsingh Choolye, 24 ans, plus connu sous le nom d’Abhay, avait été retrouver ses camarades à la plage de Pointe-aux-Roches dans la soirée du lundi 25 décembre. Nul ne s’imaginait que cet agréable moment entre amis prendrait une tournure dramatique. Aux petites heures du matin, il a pris la voiture de son ami, sans la permission de celui-ci. Et quelques minutes après avoir quitté la plage, il a perdu le contrôle du véhicule et fait une sortie de route. Son passager – son ami Sadeer Bakey, 17 ans – et lui n’ont pas survécu. 

Cette tragédie plonge les habitants de Morcellement VRS, à Souillac, dans le choc et la tristesse, tant les deux jeunes, qui habitaient la localité, étaient populaires et appréciés. Dans la soirée du lundi 25 aux mardi 26 décembre, la police de Souillac a été informée de leur accident, survenu sur la route principale de Pomponette. Lorsque les forces de l’ordre sont arrivées sur les lieux, les deux jeunes gisaient inertes sur l’asphalte à côté d’une Toyota Corolla blanche en feu. D’après des témoins, leur véhicule aurait fait une sortie de route et percuté un arbre. Ils ont pu être extirpés de la voiture par des passants juste avant que celle-ci ne prenne feu. Le décès d’Abhay a été constaté plus tard à l’hôpital de Souillac. Quant à son ami Sadeer, il a poussé son dernier soupir lors de son transfert à l’hôpital Jawaharlal Nehru, à Rose-Belle, par le SAMU.

 

Meurtri et pouvant à peine contenir ses larmes, Parmessur Singh Choolye, le père d’Abhay revient difficilement sur cette soirée fatidique. Assurant le transport du personnel d’un hôtel, il ramenait des employés chez eux lorsqu’il a reçu cet appel téléphonique qui a bouleversé sa vie à jamais. «Mo ti ariv parti Rivière-des-Galets kan enn dimoun inn sonn mwa pou demann mwa si Abhay mo garson sa. Monn dir li wi. Lerla linn dir mwa ki linn fer enn aksidan ek linn desede», lâche-t-il d’une voix cassée par l’émotion. Bien que sous le choc, il a poursuivi sa route jusqu’à Pomponette, où il y avait un embouteillage monstre après cet accident. «Lorsque je suis arrivé sur place, les pompiers avaient déjà circonscrit le feu. J’y ai rencontré un ami de mon fils sur place qui m’a dit que la police avait déjà déplacé le corps d’Abhay.» L’un de ses collègues est ensuite venu récupérer ses clients pour qu’il puisse se rendre à l’hôpital pour les premières démarches. Sollicités, les proches de Sadeer Bakey n’ont, pour leur part, pas souhaité faire de témoignage. L’un d’eux a simplement avancé que «zot ti bann bon kamarad».

 

D’après les renseignements de la police, la voiture à bord de laquelle se trouvaient Abhay Choolye et Sadeer Bakey appartient à l’un de leurs amis, habitant la même localité. Questionné par les enquêteurs, ce jeune homme de 24 ans leur a expliqué qu’il se trouvait également à la plage de Pointe-aux-Roches avec d’autres amis lorsque Abhay a pris ses clés de voiture sans sa permission. «Monn panse li pou retourne me linn swiv enn lot loto linn ale meme. Monn rod sonn li ek Sadeer apre kinz minit me zot telefonn pa ti ek zot. Monn pran loto Abhay, lerla monn trouv sime bloke pli devan. Letan monn desann, mo trouv dife pe pran dan mo loto ek mo trouv zot anba», relate-t-il, encore sous le choc. Le 26 décembre, une autopsie a été pratiquée par le Dr Sudesh Kumar Gungadin, chef du département médicolégal de la police, et a attribué le décès d’Abhay au choc de ses multiples blessures. Son ami Sadeer a, pour sa part, succombé à une hémorragie intracrânienne. Leurs funérailles ont eu lieu plus tard le même jour.

 

Abhay Choolye travaillait à Ebony Forest, à Chamarel, depuis environ un an. Son ami Sadeer Bakey suivait, lui, des cours de mécanique au Mauritius Institute of Training and Development. Se passionnant pour le domaine de la restauration, Abhay avait confié à sa famille qu’il comptait entamer des démarches pour décrocher du travail à Dubaï. «Il n’a malheureusement pas pu réaliser son rêve», se désole son père.

 

Accident à Pailles : un camion fou provoque un carambolage et fait plusieurs blessés

 

Cet accident spectaculaire aurait pu faire de nombreuses victimes mais n’a, miraculeusement, fait que des blessés. Dans la journée du mardi 26 décembre, un poids lourd transportant un conteneur et allant en direction de Port-Louis à vive allure a percuté plusieurs véhicules avant de terminer sa course contre un pylône électrique à Pailles et de prendre feu. Ce grave incident, impliquant cinq autres voitures, a fait plusieurs blessés et provoqué un embouteillage monstre sur cette route très fréquentée à cette heure de la journée. Lors d’une conférence de presse par la suite, le DCP Mukhtar Din Taujoo a expliqué que le chauffeur du camion fou aurait perdu le contrôle de son véhicule parce que ses freins étaient défectueux. D’ailleurs, celui-ci était dépourvu d’un certificat de fitness. Au total, cinq personnes ont subi des blessures, mais leur état de santé est jugé stable. Les images de cet accident, qui aurait pu prendre une tournure des plus dramatiques, ont grandement circulé sur les réseaux sociaux.

 

Quatre victimes de plus cette semaine

 

Durant la semaine écoulée, quatre autres personnes ont perdu la vie dans des accidents. Les deux dernières victimes sont Abdoola Ammantoolah, 90 ans, et Safeea Toorabally, 72 ans, respectivement conducteur et passagère d'une voiture ayant percuté un pylône électrique à la rue Ollier, à Belle-Rose, ce samedi 30 décembre. Le conducteur a fait un malaise et perdu le contrôle de son véhicule. La veille, vendredi 29 décembre, c'est Rambawtee Peertun – une habitante de Cassis de 72 ans – qui a perdu la vie tragiquement. Elle a été renversée par une voiture à Bain-des-Dames. D'après les enquêteurs, la conductrice était au téléphone au moment des faits. Une accusation provisoire d'homicide involontaire a été logée contre elle. L'autre victime est Divyam Gowreah, un habitant de Providence de 31 ans. Il est décédé à l'hôpital de Flacq ce jeudi 28 décembre, soit deux mois après son accident. Le 27 octobre, la police l’avait retrouvé avec des blessures à côté de sa moto, non loin de son domicile. Ce tailleur de pierre aurait perdu le contrôle de son engin avant de percuter les parapets.