• Championnats d'Afrique : l'athlétisme mauricien en quête de rachat
  • Vidushi Haulooman et sa poésie dans «Afflatus» 
  • Modigadu Govinden, 59 ans, renversé mortellement par une voiture - Ses proches : «Lalwa bizin pli sever»
  • Luchmeeparsad Bhowaneedin, 43 ans, décède après avoir été percuté par le métro - Son entourage : «Il voulait changer de vie et se stabiliser financièrement»
  • Mystère autour du décès de Kevin Sreeneebus, 33 ans, après une sortie de route - Ses proches et amis pleurent «un homme jovial et plein d'ambition»
  • Acquitté dans l’affaire du double drame de Sept-Cascades en 2012 - L’inspecteur Sookur : «Mo pli gran regre se ki mo pann resi sap lavi Nanon ek Binda»
  • Nula Groove et l’après «Mama mo tresor»
  • La lecture partisane et l’indestructible culture politique !
  • Post-Budget : ces espoirs tombés à l’eau
  • Dévoilement d’une statue de sir Anerood Jugnauth : hommage à «enn gran dimounn»

Rejugé pour trafic de cannabis devant le tribunal de Saint-Denis : Franklin écope de six ans de prison ferme et d’une interdiction définitive du territoire

Extradé vers l’île sœur le 2 avril dernier, Jean Hubert Célerine, dit Franklin, était à la barre devant le tribunal judiciaire de Saint-Denis ce jeudi 6 mai dans le cadre de son implication dans un réseau de trafic de drogue, plus précisément du cannabis, sur l’axe Maurice-Réunion entre 2017 et 2018. S’il a continué de nier toute implication dans cette affaire, le tribunal l’a, à nouveau, reconnu coupable. Condamné par contumace à sept ans de prison le 12 septembre 2019, il a, cette fois, écopé de six ans de prison ferme, d’une amende de 50 000 euros (environ Rs 2,5 millions) et d’une interdiction définitive du territoire réunionnais. Il dispose d’un délai de 10 jours pour faire appel de ce jugement. 

Rappelons que Franklin s’est retrouvé mêlé à cette affaire lorsque que son nom a été balancé par ses complices réunionnais. Après que les mouvements suspects d’un hors-bord se dirigeant vers le port de Ste-Rose, à l’île de la Réunion, avaient été constatés le 24 décembre 2017, plusieurs mois d’investigations et de nombreuses perquisitions avaient permis aux gendarmes de mettre la main sur une totalité de 141 kilos de cannabis. Parmi les individus appréhendés, plusieurs ont évoqué le nom de Franklin.

 

À l’instar d’un dénommé Laurent Mariaye, qui avait reconnu avoir exporté du cannabis plusieurs fois vers Maurice pour son compte depuis 2017 alors que le transport était assuré par Jérémy Désiré Décidé, dit Nono, un skipper. Sur la base des témoignages reçus, les enquêteurs avaient donc conclu que Franklin était celui qui orchestrait le trafic de stupéfiants depuis l’île Maurice ; des faits mis en évidence à travers des écoutes téléphoniques.

 

Le 2 juillet 2021, Franklin n’était pas présent lorsque le tribunal judiciaire de Saint-Denis l’avait été condamné à une peine d’emprisonnement de sept ans, le déclarant coupable des faits suivants : «Complicité de transport non-autorisé de stupéfiants, complicité d’exportation en contrebande de marchandise dangereuse pour la santé publique (stupéfiants), complicité de détention non-autorisée de stupéfiants, complicité d’acquisition non-autorisée de stupéfiants et complicité de transport non-autorisé de stupéfiants - trafic ; faits commis courant janvier 2017 jusqu’au 30 avril 2018 à Ste-Rose, sur le département de la Réunion.» Une requête pour une commission rogatoire internationale avait été délivrée aux autorités mauriciennes depuis juillet 2021, indiquait ce jugement. Néanmoins, il semble qu’aucune démarche n’avait encore été entreprise par nos institutions en ce sens deux ans plus tard. D’ailleurs, ce n’est qu’après l’arrestation de Franklin à Maurice, en 2023, alors soupçonné de blanchiment d’argent, que sa condamnation à l’île sœur a éclaté au grand jour. Réagissant sur l’affaire, puisque cela avait suscité bon nombre d’interrogations, l’Attorney General Maneesh Gobin avait fini par confirmer une coopération entre son bureau et la République française.

 

Dans un jugement rendu devant le tribunal de Port-Louis le 12 janvier dernier, la magistrate Shavina Jugnauth avait ordonné l’extradition de Franklin vers la Réunion. Dans un premier temps, ce dernier s’était opposé à son jugement avant de jeter l’éponge. Il s’est envolé pour l’île sœur en business class le 2 avril. En détention provisoire à Domenjod depuis, c’est «sobrement vêtu d’un t-shirt blanc et d’un jogging noir», ce jeudi 6 mai, qu’il a répondu aux accusations de trafic de stupéfiants qui lui avaient valu d’être condamné, indiquent nos confrères du JIR (Journal de l’île de la Réunion). S’opposant à son jugement, il a déclaré, devant le tribunal de Saint-Denis : «Je suis bien Franklin, mais ce n’est pas moi qui suis derrière tout ça et je ne sais pas pourquoi on m’accuse (...) J’ai des crédits à rembourser, mais je travaille beaucoup, et ce depuis que je suis enfant. J’ai une société de location de voitures, une supérette, un snack-bar qui rapportent bien. Je fais aussi maçon, menuisier, parfois je vends un bœuf à Rs 90 000.» Plaidant la relaxe, son homme de loi à la Réunion, Me Fabian Gorce, a avancé que «rien ne prouve que ce Franklin du dossier est bien M. Célerine, dont le nom n’apparaît jamais, dans aucune audition, aucun document. Son argent, il l’a gagné à la sueur de son front, c’est un entrepreneur établi depuis plusieurs années».

 

Toutefois, pour le procureur Philippe Leonardo, «il ne fait aucun doute que M. Célerine est bien Franklin, celui qui était à la tête du réseau.» Toujours selon le JIR, le procureur a argué que «les mis en cause ont parlé sans se concerter, tous désignant un même commanditaire alors qu’ils auraient pu inventer une histoire». Le procureur a jugé que Franklin s’est défendu «avec le plus grand flou, incapable de justifier ses revenus par des pièces comptables». N’ayant pu convaincre l’assistance, notre compatriote a écopé de six ans de prison ferme, d’une amende de 50 000 euros et d’une interdiction définitive du territoire réunionnais. Le skipper Nono, qui avait également plaidé non-coupable des faits qui lui sont reprochés, avait pour sa part écopé de quatre ans de réclusion ferme par le tribunal de Saint-Denis en octobre 2023.

 

À noter que, selon le JIR, Me Yatin Varma a fait le déplacement vers l’île sœur pour assister au procès de Franklin.