• Grand-Gaube : Les proches de Wesley Marimootoo crient à la négligence médicale
  • Ashfaq Allgoo & Dubjoy : Un duo au cœur de l'événementiel
  • Gully Boy : Sur les traces d’un rappeur
  • MTC – Assemblée Générale Élective | Paul France Tennant vise un deuxième mandat consécutif
  • Richard Fricot : Nou Baz, son aventure des saveurs
  • Chagos | Olivier Bancoult : «Nous ne baisserons pas les bras»
  • Double noyade à Flacq | Franky Veerasamy : «Comment j’ai perdu deux de mes frères scouts»
  • Violence chez les jeunes : Des parents angoissés racontent le calvaire de leurs enfants victimes
  • Première défaite de Manchester Utd : Le métier rentre pour Solksjaer
  • 5-Plus dimanche lance et projette ce 21 février

Rajesh Ramlogun décédé en détention| Son épouse Bindu : «Nous attendons toujours que les coupables soient jugés»

Cela fait 13 ans qu’elle réclame justice.

À mesure que les années passent, l’attente devient de plus en plus pénible. Bindu Ramlogun voudrait que justice soit enfin rendue à son époux Rajesh, décédé en cellule policière suite à des brutalités policières alléguées. Et à chaque anniversaire de sa mort le 14 janvier, l’attente et la douleur se font davantage ressentir.

 

Cette année, le jour où les hindous fêtaient le Makar Sankranti, les Ramlogun, eux, n’avaient pas la tête à la fête car cela faisait 13 ans que Rajesh Ramlogun est mort alors qu’il était sous responsabilité policière. Il avait été arrêté en janvier 2006, après le double assassinat de ses voisines, les belles-sœurs Indira et Asha Jhurry.

 

Aujourd’hui, la veuve Ramlogun ne souhaite qu’une chose : que les coupables soient punis. Ce, bien que l’État ait déjà reconnu ses torts et dédommagé la famille. «On ne sait pas combien de temps on va tenir le coup. Nous attendons que justice soit faite depuis 13 ans», martèle Bindu Ramlogun.

 

La famille Jhurry a obtenu justice car le suspect Avinash Ramguttee a été condamné à 37 ans de prison, le 31 mai 2013, pour ce double assassinat. Les Ramlogun veulent, eux aussi, vivre ce moment de libération. Pour enfin faire leur deuil.