Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Covid-19, la récidive
  • New Children’s Act : ce qui change pour les enfants
  • Obituaire : France Jonas raconté par Tony François
  • Agression mortelle à Bambous : Nicolas Manooveloo meurt après un violent coup de couteau à la cuisse
  • Yushi Ramah, 17 ans, meurt à l’hôpital ENT - Son oncle Anil : «Nou res bet kouma linn gagn sa infeksion poumon-la alor ki so kat test Covid ti negatif !»
  • Décès de Rajah Madhewoo, Samuel Wong et Ismet Abdoolah : l’adieu à des citoyens engagés
  • IBA Act : amendements et mécontentements
  • Honte aux assassins de la démocratie !
  • Covid-19 : une nouvelle semaine sous haute tension
  • Suspension des vols avec l’Afrique du Sud : Incompréhension et affolement chez les Mauriciens de là-bas

Quatre ans après le meurtre de son fils Dilan - Elvis Eléonore : «Je me prépare à célébrer un autre triste anniversaire»

Elvis Éléonore souhaite rencontrer le Premier ministre pour évoquer l'assassinat de son fils Dilan (photo ci-contre) avec lui.

Le temps ne panse pas toutes les blessures. Elvis Eléonore le sait. Cela fait bientôt quatre ans qu’il attend que justice soit faite suite à l’assassinat de son fils Dilan, à Madagascar. 

Cet habitant de Plaisance, Rose-Hill, compte énormément sur la police mauricienne pour élucider cette affaire. Car malgré le temps qui passe, il ne faiblit pas dans sa quête de justice. Il est plus que jamais déterminé à faire éclater la vérité. «Je me prépare à célébrer un autre triste anniversaire. J’ai cru que j’allais obtenir justice très vite. J’espère que la vérité finira par éclater avant le prochain anniversaire marquant la mort de Dilan», confie Elvis Eléonore.

 

Son fils, 23 ans, a été retrouvé mort à Antsirabe, le 24 novembre 2017. Le jeune homme était allé rendre visite à sa mère qui y travaille. Dans un premier temps, les autorités malgaches avaient déclaré que le jeune homme était mort dans un accident. Mais aucune autopsie n’avait été pratiquée sur place et la cause du décès sur le certificat officiel était une maladie non transmissible.

 

Toutefois, à Maurice, une autopsie a été pratiquée par le Dr Boolell, ancien médecin légiste de la police, et a indiqué que le jeune homme avait succombé à un coup violent à la tête. Il portait également d’autres blessures sur le corps. L’enquête était, jusqu’à tout récemment, au point mort mais selon Elvis Eléonore, les autorités mauriciennes ont déjà obtenu une mutal legal assistance auprès des autorités de la Grande Île pour faire avancer l’enquête.

 

Une nouvelle équipe a également été constituée au sein du CCID. Elvis Eléonore a déjà rencontré l’ancien commissaire de police Khemraj Servansigh et le Deputy Commissionner of Police Hemant Jangi à cet effet. Dans sa quête de justice, il a aussi rencontré le président de la République, Prithviraj Roopun, ainsi que Françoise Labelle, la nouvelle ambassadrice de Maurice à Madagascar.

 

L’enquête dans le cadre du décès suspect de Dilan Eléonore avait connu un rebondissement le 2 décembre 2019, lorsque l’ambassade de Madagascar, à Maurice, avait adressé une correspondance au ministère des Affaires étrangères pour solliciter l’aide du gouvernement dans le cadre du procès de deux de nos compatriotes poursuivis pour homicide volontaire devant la justice malgache. L’arrestation de ces deux suspects avait eu lieu quelques semaines plus tôt.

 

L’enquête a également été relancée quand la famille Eléonore a eu vent de l’existence d’un rapport médico-légal établi par un médecin basé au Bureau municipal d’hygiène d’Antsirabe. Il avait examiné la dépouille de Dilan au lendemain du drame et déduit qu’il est mort d’un traumatisme crânien grave. Les proches avait fait pression sur la brigade criminelle de Tananarive, ce qui a mené à l’arrestation de deux Mauriciens qui travaillent pour une compagnie textile dans la Grande île. Ces derniers sont provisoirement accusés d’assassinat. Ce qu’ils nient.

 

Trois autres suspects sont, eux, dans le collimateur des enquêteurs, à Maurice. «Je place toute ma confiance dans la police mauricienne», soutient Elvis Eléonore.

 

Ce dernier a retenu les services de Me Assad Peeroo.