• Heathy lunch box : cinq idées de repas à apporter à l’école et au boulot
  • L’enquête sur l’assassinat de Manand Fakhoo non-résolu deux ans plus tard : ses proches entre révolte et incompréhension
  • Boost Your English : la trouvaille linguistique du Dr Wedsha Appadoo-Ramsamy
  • Otite : aïe, pas touche aux oreilles !
  • Résultats du School Certificate : entre réjouissances et tristesse
  • Ilia’s Nails’, une belle adresse trendy dans le paysage de Curepipe
  • Linzy Bacbotte : L’apothéose mauricienne de ses 35 ans de carrière
  • Arianda Desmarais, 11 ans, se fracture le crâne en tombant d’un autobus - Ses parents : «Nous espérons qu’elle s’en sortira sans séquelles graves»
  • Stephan Steward Toussaint, 29 ans, tué pour «une affaire de moeurs» - Stephanie, sa compagne : «On le blâme injustement sans qu’il soit là pour se défendre»
  • Alertes météo : un vent nouveau souffle…

Prakash Bangarigadu avoue avoir poussé sa concubine Reshma dans les escaliers - Mala, la sœur de la victime : «Li ti pou ankor vivan si li ti ekout mwa»

Reshma Bissessur et son concubin Prakash Bangarigadu louaient le deuxième étage d’une maison à la route Bassin, Quatre-Bornes.

Il est passé aux aveux lors de son interrogatoire par les limiers de la Criminal Investigation Division (CID) de Quatre-Bornes. Prakash Bangarigadu leur a raconté comment il aurait poussé sa concubine, Reshma Bissessur, dans les escaliers à leur domicile, à la route Bassin, Quatre-Bornes, lors d’une dispute. Cette Cleaner de 42 ans a succombé à une septicémie quelques jours après sa chute alléguée. Mala, la sœur de la victime, témoigne…

Il a fini par cracher le morceau. Pressé de questions par les enquêteurs de la CID de Quatre-Bornes, Prakash Bangarigadu, un Security Officer de 37 ans, a avoué avoir poussé sa concubine Reshma Bissessur dans les escaliers à leur domicile, à la route Bassin, Quatre-Bornes, lors d’une dispute conjugale survenue le 31 octobre. Cette dernière, une Cleaner de 42 ans, était admise à l’hôpital Victoria, Candos, dans un état grave. Elle est morte d’une septicémie quelques jours plus tard, soit le 6 novembre.

 

Mala, sa sœur, a toujours eu des soupçons. Elle avait d’ailleurs consigné une déposition à la police pour soupçons de meurtre après la chute alléguée de Reshma. Elle pointait du doigt le concubin de cette dernière, qui a déjà écopé d’une amende dans le passé pour violences conjugales. De son côté, le Chief Police Medical Officer avait également invité la police à enquêter sur les circonstances exactes de ce drame. Le Dr Gungadin voulait notamment savoir si la quadragénaire est vraiment tombée accidentellement car elle avait, entre autres, des bleus sur une main.

 

Durant la semaine écoulée, Prakash Bangarigadu est finalement passé aux aveux. Il raconte qu’il aurait eu une énième dispute avec sa concubine lorsque celle-ci serait rentrée d’une virée, seule. Des pompiers ont alors été sollicités pour venir en aide à Reshma mais voyant que son état était grave, ils ont fait appel au Samu pour la transporter à l’hôpital où elle est décédée quelques jours plus tard.

 

Aujourd’hui, Mala et les siens remercient la police de n’avoir pas lâché l’affaire. «Nous avons eu des soupçons car il y avait des versions contradictoires concernant la chute alléguée de ma sœur», confie notre interlocutrice, la voix lourde de regrets. «Mo ser ti pou ankor vivan si li ti ekout mwa. Sa boug-la bat li souvan. Linn deza mord li ek bril li ek sigaret. Akoz sa mem mo pann krwar sa zistwar tonbe-la. Mo les lazistis fer so travay aster.»

 

Sunil, leur frère aîné, abonde dans son sens. Cet habitant de Bois-Chéri peine toujours à croire que sa petite sœur n’est plus de ce monde. «Reshma a connu un destin tragique. Elle a été très malheureuse en amour», avoue-t-il. C’est le 16 novembre qu’il a vu sa sœur pour la dernière fois. «Li ti la, dan servis lamor nou mama. Sa boug-la ti ek li. Li ti paret korek. Apre ki monn al kone ki li abitie bat mo ser. Personn pann dir mwa nanye avan», lâche Sunil. Il poursuit : «An 2020, mo ser ti dir mwa linn kit so mari akoz li ti pe subir bann violans. Li ti res Rivière-du-Poste. Mo pa ti mem kone kot sa li ti al reste apre. Mo ti zis kone ki linn bizin sove ale parski li ti nepli kapav.»

 

Selon notre interlocuteur, Reshma Bissessur «inn fer boukou det pou ranz lakaz ek aste meb ek lezot kitsoz. Li ti aste bann zafer-la lor kredi. Sipaki zour la bann magazin inn telefonn lakaz isi pou rod kas ki mo ser dwa zot. Apre lamor mo ser ki monn aprann enn ta zafer ankor». Reshma Bissessur aurait alors vendu plusieurs de ses bijoux personnels, ajoute-t-il, pour éponger une partie de ses dettes, avant de se mettre en couple avec Prakash Bangarigadu. «Monn tann dir zot inn zwenn dan travay», dit-il.

 

Sunil dit alors avoir cru que sa sœur avait enfin trouvé l’amour de sa vie mais tel n’a pas été le cas. «Apre ki monn al kone ki mo ser ti pe gagn bate ek sa boug-la ousi. Bann fami inn resi al get mo ser lopital. Enn zafer inn mari fatig nou. Dokter ti dimann mwa lopital si mo ser abitie gagn bate», confie le frère de la victime.

 

Mala est la seule à avoir parlé à Reshma après sa chute alléguée. «Li ti dir mwa linn tonbe. Sipoze rakor dilo masinn lave inn sorti alor ki li ti an mars. Lerla linn glis lor dilo-la linn tonbe. Mo pa ti krwar sa selma. Mo ser divorse. Mo nepli konte komie kout linn kit li akoz li violan», allègue-t-elle. «Boug-la anbet li sak fwa pou li retourn ek li.» D’après Mala, Prakash Bangarigadu aurait déjà grièvement blessé sa sœur aux yeux : «Li ti bizin al lopital Moka tou. Boug-la ti pey lamann pou sa.»

 

Après sa chute alléguée, Reshma a subi deux interventions. Puis, elle a sombré dans le coma. Selon Mala, c’est le compagnon de sa sœur qui lui aurait dit que cette dernière serait tombée dans les escaliers. «Enn zafer inn sok mwa kan linn koz ar mwa. Mo ti resi gagn li lor telefonn. Lerla ki nounn kone mo ser dan koma. Li dir mwa pa bizin ankoler. Mo pa kone kifer linn dir mwa sa. Mo ser inn desede so dimans apre. Apre ki monn konpran kifer li ti dir mwa sa», lâche Mala.

 

Depuis, Prakash Bangarigadu, qui vivait avec Reshma Bissessur au deuxième étage d’une maison, n’aurait plus répondu à ses appels. «Linn aret pran mo bann call apre. Bien apre ki monn aprann ki li ti admet lopital Candos ek enn chest pain», souligne Mala qui apprend, de son côté, que sa soeur avait des plaies qui saignaient lors de son admission à l’hôpital. La requête du Dr Gungadin à la police pour une enquête minutieuse afin de déterminer les circonstances de cette chute alléguée n’a fait que confirmer un acte pour lequel Prakash Bangarigadu est finalement passé aux aveux.

 

De leur côté, bien que leurs soupçons se soient avérés, Mala et les siens ne cessent de pleurer Reshma…