• Championnats d'Afrique : l'athlétisme mauricien en quête de rachat
  • Vidushi Haulooman et sa poésie dans «Afflatus» 
  • Modigadu Govinden, 59 ans, renversé mortellement par une voiture - Ses proches : «Lalwa bizin pli sever»
  • Luchmeeparsad Bhowaneedin, 43 ans, décède après avoir été percuté par le métro - Son entourage : «Il voulait changer de vie et se stabiliser financièrement»
  • Mystère autour du décès de Kevin Sreeneebus, 33 ans, après une sortie de route - Ses proches et amis pleurent «un homme jovial et plein d'ambition»
  • Acquitté dans l’affaire du double drame de Sept-Cascades en 2012 - L’inspecteur Sookur : «Mo pli gran regre se ki mo pann resi sap lavi Nanon ek Binda»
  • Nula Groove et l’après «Mama mo tresor»
  • La lecture partisane et l’indestructible culture politique !
  • Post-Budget : ces espoirs tombés à l’eau
  • Dévoilement d’une statue de sir Anerood Jugnauth : hommage à «enn gran dimounn»

Porté manquant depuis le 24 juillet dernier : les proches d’Arnaud Victorine face à un mur d’interrogations

Cela fera bientôt un mois qu’ils vivent dans l’angoisse et l’inquiétude. Alors que l’enquête pour retrouver l’un des leurs semble piétiner, les membres de cette famille ne savent plus vers qui se tourner pour obtenir de l’aide. 

La disparition de Jean-Paul Arnaud Victorine, un habitant de La Sourdine, L’Escalier, âgé de 45 ans, remonte au 24 juillet dernier. Sa soeur Geneviève explique que ce jour-là, sa compagne l’avait eu au bout du fil une première fois aux alentours de 15h30. «Il lui avait dit qu’il s’était rendu au bureau de la CIM Finance de Mahébourg mais qu’il devait s’y rendre à nouveau parce qu’il avait oublié sa carte d’identité.» Le quadragénaire avait rappelé sa compagne une deuxième fois vers 16h20 pour lui dire qu’il se trouvait à la gare de Mahébourg et qu’il prenait l’autobus pour rentrer à la maison. Mais après cela, il n’a plus donné signe de vie. «Son épouse a essayé de le joindre à nouveau vers 17h45 mais son cellulaire était déjà éteint.»

 

N’ayant eu aucune nouvelle d’Arnaud Victorine, son entourage s’est rendu au poste de police de L’Escalier dès le lendemain pour signaler sa disparition. «Nous avons commencé à nous inquiéter car ce n’est pas dans ses habitudes de s’absenter aussi longtemps sans nous prévenir. Lorsqu’il a un empêchement, il informe toujours son épouse au téléphone», avance Geneviève. Il n’aurait pas voulu, non plus, que ses trois enfants, âgés de 20, 19 et 16 ans, s’inquiètent pour lui.

 

À ce stade, l’enquête, qui est à présent menée par la brigade criminelle de Plaine-Magnien, a révélé que le quadragénaire s’était bel et bien rendu à la CIM de Mahébourg. Sur les images des caméras de surveillance, Arnaud Victorine est aperçu accompagné d’une autre personne. «Nous avons demandé aux enquêteurs l’identité de cette personne mais ils n’ont pas voulu nous communiquer d’autres informations au téléphone», confie notre interlocutrice. Son épouse s’est donc rendue sur place, ce mardi 22 août, pour avoir des éclaircissements. «Les officiers lui ont demandé de repasser deux jours plus tard, mais lorsqu’elle s’y est rendue, ce jeudi, le bureau était fermé.» Depuis, dit Geneviève, les enquêteurs n’ont pas encore repris contact avec eux.

 

Arnaud Victorine est de corpulence moyenne, de teint brun, porte des dreadlocks et mesure environ 1m62. Il est sain d’esprit. «Il n’avait pas de problème avec qui que ce soit. Je l’ai vu quelques jours avant sa disparition ; il ne semblait pas avoir de problèmes. Nou tou ti pe koze, riye ansam. Nou zis anvi retrouv li parski seki nou pe viv pa fasil ditou. Nou leker fermal», confie sa soeur. Elle demande à tous ceux ayant des informations à leur communiquer de les contacter sur le 5933 7104 ou de se rendre au poste de police le plus proche.