• Groupe Jeunes Solidaires : Pour redonner espoir à La Valette
  • Des enfants de la balle sur les pas de leur père
  • Hippisme 31e journée | Henry Tudor résiste à Big Mistake
  • Quand la campagne se vit en famille
  • Naziha Mestaoui : «La nature n’est pas extérieure à nous, on en fait intégralement partie»
  • Femmes candidates : le prix de l’engagement
  • Elle aurait été battue à mort par son compagnon : l’enfer de Sorenza René raconté par sa grand-mère
  • Lal Kaptaan : Saif Ali Khan dans la peau d’un saint
  • Nazmah Rummun tuée par son fils : Leur entourage entre choc et interrogations
  • Joker : immonde et acclamé

Pascal Lisette, 22 ans, poignarde mortellement son père | Miguel, son frère aîné : «Ils n’en étaient jamais venus aux mains auparavant»

La victime a reçu plusieurs coups de couteau à l’abdomen.

Ils avaient le même caractère, d’après leurs proches. Et c’est la raison pour laquelle ils s’étaient toujours bien entendus. Pourtant, les choses ont dégénéré entre Pascal Lisette, 22 ans, et son père Tony Lisette, 51 ans, le lundi 2 septembre. Dans un accès de colère, le jeune homme a assené plusieurs coups de couteau à son père qui n’a pas survécu. Miguel, son frère aîné, témoigne…

 

Choc, tristesse et incompréhension. Ceux qui connaissaient Pascal Lisette, 22 ans, et son père Tony Lisette, 51 ans, n’en reviennent toujours pas du drame qui s’est joué à Sheka Lane, Madame Lolo, Rose-Belle, le lundi 2 septembre. Ce jour-là, le jeune homme a poignardé son père en plein cœur dans un accès de colère avant de se livrer à la police de sa localité. Mais comment ont-ils pu en arriver là alors que, d’après leur entourage, père et fils se sont toujours bien entendus ?

 

La terrible nouvelle a fait l’effet d’une bombe dans le village de Rose-Belle ce jour-là. Il était environ 14h30 lorsque Pascal s’est présenté au poste de police de la localité, l’air troublé et paniqué, pour avouer le crime qu’il venait de commettre. Il avait tué son père en lui assenant plusieurs coups de couteau à l’abdomen. En se rendant à son domicile, les enquêteurs ont trouvé le quinquagénaire gisant sur un matelas dans la chambre à coucher, au premier étage de la maison. Des vêtements maculés de sang et l’arme du crime se trouvait à quelques mètres. Il avait déjà rendu l’âme. Une autopsie a attribué son décès à un stab wound to the heart.

 

Pascal travaillait comme danseur à l’hôtel et vivait seul à Rose-Belle. Mais il lui arrivait souvent de se rendre chez sa mère, à Mahébourg, ou chez son père et son frère aîné Miguel, à Eau-Coulée. Ce jour-là, cependant, c’est son père qui avait fait le déplacement jusque chez lui. Interrogé par les enquêteurs, Pascal leur a déclaré qu’il est entré dans une colère noire quand son père lui a fait des reproches. Il a alors commis l’irréparable. Il a été placé en détention après qu’une accusation provisoire de meurtre a été logée contre lui devant la Bail and Remand Court, ce mardi 3 septembre. Pourtant, d’après Miguel, «ils se sont toujours très bien entendus. Ils n’en étaient jamais venus aux mains auparavant. Vu qu’ils étaient seuls, nous ignorons comment cela a pu dégénérer».

 

L’entourage de Pascal déclare avoir constaté un changement dans son comportement depuis fin juillet. «Il avait toujours été quelqu’un d’amical, d’honnête, exactement comme notre père. Même s’il était plus jeune, il était un modèle pour moi. Je l’admirais car il s’exprimait avec beaucoup de facilité. Mais nous avions tous constaté qu’il n’était plus le même, et nous ignorons ce qui a pu provoquer cela. Il avait donné l’impression d’aller mieux pendant un certain moment mais cela n’a pas duré. Nous voulions qu’il consulte un psychologue mais il a commis l’irréparable avant même que cela puisse se faire. Nous ne nous étions jamais imaginé qu’une telle chose puisse se produire», se désole Miguel.

 

Ce mercredi 4 septembre, Pascal Lisette, qui a retenu les services de Me Neeven Moneesamy et de l’avoué Kaviraj Bokhoree, a à nouveau comparu en cour. Ces derniers ont expliqué au magistrat que leur client est troublé et confus et ont demandé à ce qu’il soit examiné par un psychiatre. Le suspect comparaîtra à nouveau en cour ce mardi 10 septembre.