• En cinq jours, il perd sa fille dans un accident et sa femme d’une maladie | Ignace Bothille, 80 ans : «Je suis effondré…»
  • Caroline Jodun dit «Merci» avec un troisième album
  • Arrestation de Bruneau Laurette : «Je serai un fighter jusqu’au bout»
  • Anaïs Lagrosse : ma toute nouvelle couronne de Miss University Africa Mauritius
  • Accusé de «Breach of ICTA» | Dhiren Moher : «Mo pann avoy okenn mesaz a karakter rasial»
  • Liverpool vs Arsenal : les Gunners à l’assaut d’Anfield
  • Ils ont été arrêtés pour vols avec violence à Floréal et Albion : Donovan et Noorina, un jeune couple à l’impressionnant «criminal record»
  • J’y suis, j’y reste !
  • Hippisme - 17e journée : Trippi’s Express gagne et Rameshwar Gujadhur repasse en tête
  • Hippisme - 18e journée : Rule The Night veut retenir la «princesse»

Noyade : le cauchemar se rejoue quatre ans après pour la famille Jugurnath

C’est une famille qui se relevait à peine du choc d’une terrible noyade et qui est frappée de nouveau par la tragédie. Après le grand frère, Rohit Jugurnath, mort noyé à Belle-Mare en janvier 2016, c’est au tour de Danraj Jugurnath, 52 ans, de périr asphyxié après une probable chute dans un bassin situé à Alma. Sailen, le fils de Danraj, témoigne.

Chez les Jugurnath de Ripailles, c’est l’incompréhension et le choc. En l’espace de quatre ans, c’est le deuxième membre de la famille qui décède tragiquement par noyade. Ce dimanche 12 janvier, Danraj Jugurnath, 52 ans, a péri en allant puiser de l’eau d’un bassin, à Alma. Sailen, le fils de Danraj Jugurnath, explique que son père a quitté la maison familiale vers 18h30. Il se rendait sur son lieu de travail lorsque l’impensable s’est produit.

 

Tout semble indiquer qu’il s’est noyé en puisant de l’eau du bassin d’Alma qui se trouve non loin de son lieu de travail. Ce n’est toutefois que le lendemain que ses proches ont appris la terrible nouvelle par le biais de la police. «La police a facilement pu l’identifier. Il avait son sac et son permis de conduire sur lui. Il travaillait comme chauffeur. Le rapport d’autopsie indique qu’il a succombé à une asphyxie due à la noyade. L’enquête policière se poursuit pour savoir comment il s’est noyé. L’hypothèse d’un acte malveillant est écartée», explique Sailen. Le fils de la victime avance que les policiers lui auraient également demandé si son père était parti pêcher ce jour-là car ils avaient recueilli un équipement de pêche sur place. Ce qu’ignore Sailen : «Mo papa travay sofer kamion Premix. Ti ena so bann zouti dan so sak travay. Nou anvi kone kouma linn nwaye vremem parski so sak ti maye ek li.» Les funérailles de Danraj Jugurnath ont eu lieu le mardi 14 janvier.

 

Sailen se confie : «Pa fasil sa. Mo tonton osi ti mor an zanvie.» Quatre ans de cela, soit le 31 janvier 2016, le frère aîné de Danraj et Rohit Jugurnath, âgé de 57 ans, avait également péri en se noyant. Le jeune homme relate que des officiers de la National Coast Guard avaient repêché la dépouille de son oncle dans le lagon de Belle-Mare. Rohit Jugurnath était également chauffeur et conduisait des autobus. Le jour du drame, toute la famille avait fait le déplacement dans un minibus loué pour l’occasion afin de profiter d’un long week-end.

 

Rohit était végétarien et n’avait pas déjeuné ce jour-là. En revanche, il avait consommé des amuse-gueules à plusieurs reprises. Et, c’est lors d’une baignade qu’il s’est retrouvé en difficulté et a succombé. Sailen confie que toute la famille en avait été ébranlée et que celle-ci doit à présent pleurer le décès tragique de son père dans des circonstances similaires.