• Kursley Favory, 43 ans, commet un autre viol après quatre ans - Ginette*, 80 ans : «Monn res fer lapriyer pou ki sa kosmar-la arete...»
  • Décès de Pankaj Udhas : cette voix d’or qui a marqué les Mauriciens
  • Manchester City vs Manchester United : règlement de comptes entre voisins
  • Quand Bruno Raya raconte Morgan Heritage et son chanteur décédé
  • Serge Moorjee : l’homme qui respirait le foot
  • Taekwondo : Sheldon Yan Too Sang aux Jeux d’Afrique
  • Huawei Matebook D16 : tout du bon côté
  • Mouvement pour le Progrès de Roche-Bois : l’agroécologie, un levier pour une meilleure intégration sociale
  • François Lindemann et sa rencontre musicale où «Tou korek»
  • Ishfaaq Mudhawo : politique, social et... chevaux

Négligence médicale alléguée à l’hôpital de Mahébourg - Emilie : «Nou ti kapav perdi nou tifi 4 an akoz enn serom expire»

La fillette nous montrant la main ou le personnel soignant lui a fait une perfusion pour lui administrer du sérum lors de son hospitalisation. Photo publiée avec l’autorisation de ses parents.

Une Ward Manager et une Charge Nurse affectées à l’hôpital de Mahébourg ont été transférées vers un autre établissement de santé suivant les premiers éléments d’une enquête interne initiée après une plainte pour négligence alléguée consignée à la police par une jeune femme de 36 ans. Cette habitante de Résidence La Chaux les accuse d’avoir administré du sérum expiré à sa fille de 4 ans, qui a, par la suite, dû se rendre dans une clinique privée pour y recevoir les soins appropriés. Récit…

Elle goûte aux saveurs du fruit de la passion avec une petite cuillère. Assise dans le salon familial en ce jeudi après-midi, la petite Camelyn, 4 ans, se barbote un peu le visage avec les pépins et le jus que contient le fruit pendant que ses parents la regardent avec tendresse. Cette famille de Résidence La Chaux a vécu des moments incroyables quelques jours plus tôt qui auraient pu avoir des répercussions très graves sur la santé de la petite dernière. Le ton monte à chaque fois que le sujet est évoqué. «Nou ti kapav perdi nou tifi 4 an akoz enn serom expire», s’insurge Emilie, 36 ans, la mère de la fillette. Son époux Linley est également très remonté. «Erezman pa ti enn lot zafer sa», souligne ce charpentier de 36 ans.

 

Le calvaire de cette famille commence dans la soirée du 13 janvier. La petite Camelyn est très énergique de nature. Ses parents en savent quelque chose. Son frère et sa sœur aînés, âgés de 15 et 13 ans, ont toujours un œil sur elle, de même que leur petit frère de 7 ans. Ce jour-là, la fillette se comportait bizarrement, se souvient sa mère : «Nou ti pe dine ver 8 er. Linn koumans dormi dan lasiet. Pa ti dan so labitid sa. Li ti pe paret feb ousi alor ki li pa kapav res anplas. Monn donn li enn bin zis apre me li pann preske reazir mem. Li pa ti ena lafiev me li ti fre. Lerla mem mo mari ek mwa desid pou al lopital. Noun ariv laba vers 8h15 parla. Noun pas ek dokter zis apre. Li pann mem examinn mon tifi apar dir li tir lalang.»

 

«Lili andezord»

 

Selon le diagnostic du médecin, Camelyn souffre de déshydratation et doit être mise une perfusion au plus vite. «Dokter-la ti ousi dir bizin met sipozitwar ek mo tifi. Monn dir li mo pa dakor ek koumans poz li enn ta kestion parski mo pa tro dakor ek seki apel medikaman-la mwa ek ousi bann vaksin. Linn koz brit ek mwa lerla ek dir mwa si mo konn plis so travay ki li. Monn amenn mo tifi dan lasam madam zis apre pou met enn drip. Noun gagn problem ankor laba. Bann madam ki ti pe travay-la inn rod fer mo tifi asiz lor enn lili andezord. Monn obliz zot sanz dra apre. Ti ena zis 2 pasian dan lasal sa ler-la. Ti ena trwa ners ek 1 madam attendant ki ti pe travay», se souvient Emilie.

 

Ce n’est toutefois pas là que le bât blesse. «Monn fer mo tifi asiz lor mwa lor lili. Bann ners-la inn pik 1 kote lame. Zot inn fer li mari dimal me pann resi met drip-la. Inn bizin sanz lame pou kapav met serom ek li. Enn ti moman apre mo tann 1 ners dir bann lezot ners ki bizin sanz serom-la. Mo tann li dir dokter inn dir met seki etiket ver, bann-la inn met seki rouz zot. Zot inn sanz serom-la lerla. Monn gagn enn mari sok zis apre kan pe chek etiket boutey-la. Li ti fini expire depi mwa novam. Dan panik monn apel bann ners-la. Zot dir mwa inposib. Zot inn verifie etiket-la zis apre sa ek fer nou repas par casualty. Dokter-la ti oule met lot serom ankor ek nou tifi me noun refize. Noun al dan enn klinik apre sa. Laba ousi inn donn li serom par vwa oral. Noun pas lapolis pou met enn plint zis avan», souligne Emilie.

 

Le pays était déjà sous la menace du cyclone Belal à ce moment-là. «Noun retourn lakaz apre. Dokter klinik ti bien explik nou kouma pou donn tretman nou tifi. Seki finn arive dan lopital ankor ronz mwa. Kouma enn zafer koumsa inn kapav arive. Serom expire-la dan lopital sa. Pa fer linvanter ki sa ? Kouma personn pann remark sa. Lapolis inn sezi boutey serom-la pou so lanket. Nou pou avoy enn let sirintandan lopital Rose-Belle pou sa-la. Nou pa pou les sa zafer-la koumsa mem. Nou tifi ti kapav mor», a martelé Linley. Le ministère de la Santé prend cette affaire très au sérieux. La Ward Manager et la Charge Nurse en poste ce soir-là ont déjà été transférées vers un autre établissement de santé suivant les premiers éléments d’une enquête interne qui est toujours en cours.