Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Premier League : Manchester City règne sur l’Angleterre
  • Déconfinement et déconfiture
  • Coup d’envoi de la saison hippique hier : chutes en série… et décès du jockey Nooresh Juglall
  • Les trois frères Gurroby arrêtés après la saisie record de Rs 3,7 milliards de drogue - Anna, leur mère : «C’est dur de voir mes enfants accusés à tort»
  • Aidons à sauver le Musée de la Petite Collection
  • Se divertir malgré les restrictions : comme une envie de prendre l’air
  • Autonomisation des personnes en situation de handicap : Vibhesh Santoo, 22 ans, s’engage
  • Crime à Grand-Gaube : la version de Michelle Ropa intrigue les enquêteurs
  • Covid-19 : plusieurs personnes coincées à l'étranger depuis plus d’un an - La Mauricienne Ranini Cundasawmy, en Thaïlande avec son époux : «Comment nous nous sommes retrouvés bloqués là-bas»
  • Mon expérience de la quarantaine

Mort subite de son bébé de deux mois - Elisa : «J’ai l’impression d’avoir perdu une partie de moi»

Le petit Beau a succombé à un œdème pulmonaire aigu.

Beau Bryant Elias Kyler avait deux mois. Depuis sa naissance, le 7 mai, il faisait la joie de ses parents Elisa et Jordan, et de ses frères Oliver, 6 ans, Tyler, 4 ans, et Kaiser, 3 ans. Pour eux, il était un «bébé bonheur». Mais le 19 juillet, aux petites heures du matin, le nourrisson est décédé subitement. C’est avec beaucoup de chagrin qu’Elisa, 24 ans, revient sur les heures qui ont précédé la mort subite de son enfant. Elle avait passé la journée et la soirée avec son bébé. «Je l’ai tenu dans mes bras. On est sortis prendre un bain de soleil à l’extérieur à un certain moment. Il semblait apprécier la caresse des rayons du soleil sur sa peau», confie-t-elle.

 

Vers 19h40, la jeune femme raconte avoir allaité son fils et lui avoir fait faire son rot avant de le coucher à côté d’elle, dans sa chambre, alors qu’elle regardait la télé. Vers 1h30, elle lui a de nouveau donné à boire et peu après, elle s’est endormie. Sauf qu’aux environs de 4 heures, son époux Jordan, 27 ans, remarque que Beau ne bouge pas. Le couple embarque alors dans la voiture d’un proche en direction de l’hôpital de Flacq. Mais le décès du nourrisson est constaté sur place. Une autopsie a été pratiquée et le rapport indique que Beau Bryant Elias Kyler a succombé à un œdème pulmonaire aigu. «Ziska ler, mo ankor krwar ki monn fer enn move rev ek ki seki finn ariv nou fos», lâche Elisa, en larmes. «Le décès d’un enfant avant les parents va contre le sens même de la vie. On est tous désemparés. J’ai l’impression d’avoir perdu une partie de moi, de ma joie de vivre. Je suis blessée au plus profond de moi. Comment vivre après une telle perte ? Comment faire le deuil ?» se demande cette habitante d’Olivia qui regrette que des membres de la famille n’aient pas eu la chance de voir Beau avant sa mort. «Sa wikenn-la, nou ti pou al kot mo belmer Jocelyne. Li pa ti ankor trouv ti baba ditou akoz konfinnman. Li mem kinn habiy li pou lanterman.»

 

Aussi dure que soit cette épreuve, Elisa essaie de s’accrocher aux souvenirs des beaux moments passés avec lui. «Mo garson ti bien gayar. Li ti kontan lev latet get partou kan li dan lebra. Pourtan, mo ti panse mo pou gagn enn tifi kan monn kone mo ansint mo katriem zanfan. Ziska dernie ler nou ti panse tifi mem. Pa ti trouv nanye kan ti fer ekografi. Mem si mo gagn enn lot baba ankor, li pa pou parey. Mo pa swet personn viv seki mo fami pe viv.»

 

Les funérailles du nourrisson ont eu lieu en l’église du Saint-Esprit, à Bel-Air.