• Fans Voicies : Mon frère, mon rival
  • Liverpool vs Manchester Utd : le pays retient son souffle
  • Ces (gros) bras tendus à Sawmynaden !
  • Soleil : huit conseils pour se protéger
  • Shamima Peer, Sales & Marketing Manager : «Le digital a révolutionné notre façon d’agir, de penser et de faire des affaires»
  • Tennis de table : Nikhil Desscann, l’étoile montante du ping-pong
  • Kebab Street, une nouvelle adresse «miam» dans le paysage de Grand-Baie
  • Jean Alex Augustin, mortellement agressé à la plage | Son épouse : «Nous avons gardé l’espoir jusqu’au bout qu’il s’en sorte»
  • Giantee Dhunnoo, 80 ans, sauvagement tuée à son domicile | Un proche : «Aidez-nous à retrouver son assassin»
  • Annick Lafleur, poignardée par son ex-conjoint | Naomi Aglaé, sa fille : «La police est tout aussi responsable de sa mort»

Mike Perrine succombe à ses blessures onze jours après son accident : les interrogations de sa compagne Queency

Mike Perrine (à l’extrême droite) avait de nombreux projets pour sa femme et son fils Mason.

Cet habitant de Pointe-aux-Sables, âgé de 27 ans, était sur le point de concrétiser de nombreux projets lorsqu’il a perdu la vie dans un drame routier. Depuis, sa compagne Queency est plongée dans une profonde tristesse. Et à son chagrin s’ajoutent de nombreuses questions quant aux circonstances de l’accident. Elle témoigne.

Il avait des rêves plein la tête. Il souhaitait se marier en mars prochain et avait déjà entamé les démarches pour obtenir un prêt bancaire en vue de construire sa maison. Malheureusement, le père de famille ne pourra pas concrétiser ses nombreux projets.

 

Le jeudi 10 septembre, Mike Perrine a succombé à ses blessures après avoir passé plusieurs jours dans le coma. Il avait été admis aux soins intensifs de l’hôpital Jeetoo suivant un accident de la route le 30 août. Une autopsie a attribué son décès à une fracture du crâne. Pour Queency Telcide, sa compagne, certaines zones d’ombre entourent les circonstances du drame. La jeune femme de 25 ans espère ainsi que la police lui permettra de visionner les images des caméras situées à proximité du lieu de l’accident dans l’espoir de trouver les réponses à ses questions.

 

L’accident de Mike Perrine s’est produit aux abords de La Tour Koenig Link Road. Le jeune homme de 27 ans, un habitant de Pointe-aux-Sables, était à moto lorsqu’il a perdu le contrôle de son véhicule et heurté deux ressortissants bangladais. «J’ai été informée de l’accident par mon frère qui était avec lui. Je me suis dit que Mike avait dû avoir des égratignures ou un bras cassé mais je ne pensais pas que c’était aussi grave», se souvient Queency. Mike Perrine saignait du nez et avait perdu connaissance. Son beau-frère a alors immédiatement alerté les premiers secours. «Mon frère a patienté pendant 30 minutes mais vu que le Samu n’était toujours pas arrivé, c’est un volontaire qui les a conduits à l’hôpital.»

 

Durant son hospitalisation, Mike Perrine est resté inconscient. «Il avait plusieurs fractures et avait été placé sous respiration artificielle. J’espérais de tout cœur qu’il finirait par guérir, qu’il serait à nouveau parmi nous, mais il n’a pas survécu», se désole la jeune femme. Elle revient sur leur histoire et les épreuves qu’ils ont traversées ensemble.

 

Le jeune homme, dont elle a fait la connaissance il y a 11 ans, avait été délaissé par sa famille, raconte Queency. «Quand je l’ai connu, il vivait dans les bois situés derrière ma maison. Sa situation difficile ne m’a pas empêchée de m’attacher à lui. Mo ti pe kokin manze dan mo lakaz pou al kit avek li.» Si au départ, son entourage avait du mal à accepter leur relation, les parents de Queency ont fini par autoriser Mike Perrine à s’installer chez eux lorsqu’elle est devenue majeure. «Il est devenu un membre à part entière de notre famille.» L’arrivée de leur fils Mason, il y a trois ans, a été une nouvelle épreuve pour le jeune couple. «Il est né avec une paralysie cérébrale et ne peut ni marcher, ni parler. Bien qu’il bénéficie d’une pension, c’est difficile au quotidien. Mais Mike m’aidait beaucoup et travaillait dur pour que nous ne manquions de rien», se remémore Queency qui se retrouve aujourd’hui sans compagnon à ses côtés.

 

À sa tristesse s’ajoutent de nombreuses interrogations. «Les personnes qu’il a percutées le jour de l’accident ont déclaré à la police que l’accident s’est produit parce que Mike avait essayé de les voler. Mais mon frère ainsi qu’un témoin m’ont garanti que les choses ne se sont pas passées ainsi. Mike a toujours été quelqu’un de débrouillard et évitait les problèmes», assure-t-elle. Qui plus est, les effets personnels et l’argent que Mike Perrine avait sur lui la victime ont disparu.

 

Queency s’est alors rendue au poste de police de La Tour Koenig afin de demander à visionner les caméras de Safe City situées à proximité. «Mais les policiers m’ont indiqué qu’elles ne fonctionnaient pas. Pour pouvoir enfin avoir l’esprit tranquille, j’aurais souhaité que d’autres témoins de l’accident viennent de l’avant afin d’apporter des éclaircissements sur les circonstances de l’accident.»

 

Les funérailles de Mike Perrine ont eu lieu le vendredi 11 septembre. C’est avec le coeur lourd et l’esprit inondé d’interrogations que Queency Telcide a accompagné son «homme parfait» jusqu’à sa dernière demeure.

 


Deux autres victimes sur nos routes

 

La route a fait deux autres morts cette semaine. Clifford Naidu, aussi connu sous le nom de Solo, âgé de 55 ans, a perdu la vie dans un accident survenu le dimanche 6 septembre, aux petites heures du matin, aux abords de l’autoroute M1, à proximité du Caudan Waterfront. Cet habitant de Cité Briqueterie, Sainte-Croix, propriétaire d’un cold storage, circulait à moto lorsqu’il a fait une sortie de route et heurté un pylône électrique. Il est mort sur le coup.

 

La deuxième victime est Nicklaus Somorowa, aussi connu sous le nom de Manoj. Le lundi 7 septembre, ce boutiquier de 49 ans, très connu dans la région d’Eau-Coulée, était au volant de sa fourgonnette lorsque son véhicule est entré en collision avec une voiture sur l’autoroute de Wooton. Grièvement blessé, il a été admis aux soins intensifs de l’hôpital Jawaharlal Nehru, à Rose-Belle, avant de rendre l’âme deux jours plus tard. Une autopsie a attribué son décès à une acute renal failure suite à des lower limbs injuries.

 

Lors de l’accident, son épouse de 41 ans, qui se trouvait également dans le véhicule, a été blessée. Elle a pu rentrer chez elle après avoir reçu des soins. Quant au conducteur de la voiture impliquée dans ce drame routier, il a été arrêté le mercredi 9 septembre. Cet habitant de Bois-Chéri de 21 ans, qui a été testé négatif à l’alcotest, a dû passer la nuit en détention, avant de comparaître devant le tribunal de Curepipe le lendemain sous une accusation provisoire d’homicide involontaire. Il a été libéré après avoir fourni une caution de Rs 15 000 et signé une reconnaissance de dette de Rs 100 000.

 

Avec trois victimes de plus depuis le dimanche 6 septembre, le nombre de morts sur nos routes passe à 82 depuis le début de l’année.