Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Covid-19, la récidive
  • New Children’s Act : ce qui change pour les enfants
  • Obituaire : France Jonas raconté par Tony François
  • Agression mortelle à Bambous : Nicolas Manooveloo meurt après un violent coup de couteau à la cuisse
  • Yushi Ramah, 17 ans, meurt à l’hôpital ENT - Son oncle Anil : «Nou res bet kouma linn gagn sa infeksion poumon-la alor ki so kat test Covid ti negatif !»
  • Décès de Rajah Madhewoo, Samuel Wong et Ismet Abdoolah : l’adieu à des citoyens engagés
  • IBA Act : amendements et mécontentements
  • Honte aux assassins de la démocratie !
  • Covid-19 : une nouvelle semaine sous haute tension
  • Suspension des vols avec l’Afrique du Sud : Incompréhension et affolement chez les Mauriciens de là-bas

Meurtre de Sabilla Taroo, 55 ans, lors d'un cambriolage chez ses employeurs : le suspect Shane Hosseny revient sur les lieux du drame

Le suspect a expliqué aux enquêteurs comment il a commis son crime.

Cet exercice s’est tenu le lundi 1er novembre. Ce matin-là, Shane Josh Hosseny a été conduit à l’avenue de la Pureté, Morcellement Dookhun, Candos, Quatre-Bornes, où il a expliqué aux enquêteurs comment il est entré dans la maison où travaillait Sabilla Taroo, une femme de ménage de 55 ans, et l’a tuée. 

L’opération, qui a duré un peu plus d’une heure, a eu lieu en présence des officiers du Scene of Crime Office (SOCO) et de la brigade criminelle de Quatre-Bornes, sous le regard attentif de nombreux voisins. 

 

Durant son interrogatoire, Shane Hosseny – un habitant de Quatre-Bornes, âgé de 22 ans – avait déjà expliqué aux enquêteurs qu’il travaillait comme vigile non loin du lieu du crime. Il a alors ciblé la maison où travaillait Sabilla Taroo, qu’il pensait abandonnée, pour un cambriolage. Il a décidé de passer à l’action le mardi 26 octobre.

 

Lors de l’exercice de reconstitution des faits, il a montré aux officiers comment il s’est introduit dans la cour avant d’accéder au balcon, situé au premier étage, en s’agrippant à un tuyau. Il a ensuite raconté avoir forcé une porte coulissante pour s’introduire dans la maison. Une fois à l’intérieur, a-t-il déclaré, il a entendu la quinquagénaire arriver. Il s’est caché sur le balcon et l’a attendue sortir pour pouvoir commettre son forfait. À ce moment-là, Sabilla Taroo s’était rendue chez une voisine où elle travaille également.

 

Quand Shane Hosseny s’est à nouveau introduit dans la maison, il n’a pas entendu la quinquagénaire rentrer et c’est là que celle-ci l’a surpris. Le suspect a expliqué qu’au moment où Sabilla Taroo s’est mise à hurler et s’apprêtait à sortir chercher de l’aide, il l’a agressée au cou avec une paire de ciseaux, avant de l’étrangler. Il a ensuite pris la fuite avec des câbles électriques ainsi que le portefeuille et le cellulaire de la victime.

 

Ce jour-là, intrigués par le retard inhabituel de Sabilla Taroo, son époux et son fils aîné se sont allés sur son lieu de travail. Sur place, ils l’ont découverte gisant dans une mare de sang sur le sol. Ils ont aussitôt alerté la police.

 

Les empreintes de Shane Hosseny, déjà fiché à la police pour vol, ont permis aux enquêteurs de remonter jusqu’à lui. Il a été appréhendé à Stanley, ayant déserté sa localité après avoir appris que la police était à ses trousses. Il est en détention.