• Le bal des congrès du MSM ouvert : Pravind Jugnauth tire sur ses adversaires et se défend
  • Lettre anonyme qu’un Senior Advisor du PM aurait envoyée contre elle - Ameenah Gurib-Fakim : «C’est inacceptable qu’on m’ait mis tout ça sur le dos»
  • Accord PTr-MMM-PMSD : des observateurs entre espoir et scepticisme
  • Accord PTr-MMM-PMSD : les nouvelles cartes de l'opposition…
  • L’infini duel Jugnauth-Ramgoolam !
  • Laal Singh Chaddha : «Forrest Gump», aux saveurs de Bollywood
  • La Vierge Marie, la «mère douce et protectrice» au coeur des familles mauriciennes
  • Fête de l’Assomption : quand l’APEIM fait briller les couleurs de Marie
  • Chelsea vs Tottenham : nouvelle saison nouvelle ambition
  • 14e journée : Colour My fate sous 54.58s !

Marguetson Legentil, 63 ans, meurt étranglé à Ti Rodrig, Cité La Cure - Rachel Collet, sa nièce : «Ziska ler, nou pa kone kinn arive»

A-t-il été victime d’un règlement de comptes ? C’est ce que veulent savoir les proches de Marguetson Legentil, 63 ans. Ce dernier a été retrouvé sans vie à son domicile, à Ti Rodrig, Cité La Cure, le mardi 7 juin. 

C’est sa sœur, Fleurette Collet, qui a fait la découverte macabre. Elle a expliqué à la police qu’elle a retrouvé son frère aîné inconscient, allongé sur le dos, avec un tuyau d’arrosage autour du cou et l’autre extrémité attachée à une structure en bois au plafond. Les enquêteurs soupçonnent qu’il s’agit d’une agression mortelle que le/les suspect/s a/ont tenté de maquiller en suicide. D’autant que le rapport d’autopsie indique que Marguetson Legentil a rendu l’âme suite à un étranglement.

 

À ce jour, la police a déjà arrêté deux suspects : Yolan Henriette, 19 ans, et Désiré Perrine, 49 ans et déjà fiché à la police. Tous deux, des habitants de la localité, font l’objet d’une charge provisoire de «murder». Ce qu’ils nient. Les enquêteurs ont également interpellé un jeune homme de 17 ans. Ce dernier nie également les faits. La police l’a autorisé à rentrer chez lui mais il doit rester à la disposition des enquêteurs pour les besoins de l’enquête.

 

Les deux arrestations et l’interpellation font suite à la déposition de Fleurette Collet. Cette dernière habite une bicoque en tôle attenante à celle de son frère. Elle raconte qu’elle se trouvait chez elle, vers 1 heure, lorsqu’elle aurait vu quatre individus qui se rendaient chez son frère. Ces derniers auraient commencé à jeter de gros cailloux sur la maison de Marguetson Legentil.

 

Selon la quinquagénaire, les quatre personnes auraient pris la fuite lorsque son gendre serait sorti avec une torche pour voir ce qui se passait. C’est de cette façon qu’elle dit avoir pu voir l’un d’eux, soit Yolan Henriette qui habite le quartier. Toute la famille serait allée se coucher peu après lorsque Fleurette Collet a entendu du bruit chez son frère, vers 3 heures. Comme il était un peu porté sur la bouteille, d’après ses dires, elle se serait rendormie. Mais vers 9 heures, ne le voyant pas, elle explique s’être rendue chez lui, où elle a découvert l’horreur.

 

«Ziska ler, nou pa kone kinn arive», se désole Rachel, la fille de Fleurette Collet. Elle confie que son oncle, papa d’une jeune femme de 33 ans qui habite à Rodrigues, vivait seul. Marguetson Legentil serait venu à Maurice à la demande de sa mère qui voulait le voir avoir de mourir. À l’époque, il vivait à Terre-Rouge, avant de s’installer à Ti Rodrig à sa sortie de prison.

 

En effet, le sexagénaire avait été condamné à huit ans de prison, en 2018, dans une affaire de «wounds and blows causing incapacity more than 21 days». Il a toutefois retrouvé la liberté en 2020, après le premier confinement. «Linn deza gagn problem ek enn bann sispe-la. Misie-la ti lager ek li ek bat li», affirme Rachel qui compte sur la police pour élucider cette affaire.