• En cinq jours, il perd sa fille dans un accident et sa femme d’une maladie | Ignace Bothille, 80 ans : «Je suis effondré…»
  • Caroline Jodun dit «Merci» avec un troisième album
  • Arrestation de Bruneau Laurette : «Je serai un fighter jusqu’au bout»
  • Anaïs Lagrosse : ma toute nouvelle couronne de Miss University Africa Mauritius
  • Accusé de «Breach of ICTA» | Dhiren Moher : «Mo pann avoy okenn mesaz a karakter rasial»
  • Liverpool vs Arsenal : les Gunners à l’assaut d’Anfield
  • Ils ont été arrêtés pour vols avec violence à Floréal et Albion : Donovan et Noorina, un jeune couple à l’impressionnant «criminal record»
  • J’y suis, j’y reste !
  • Hippisme - 17e journée : Trippi’s Express gagne et Rameshwar Gujadhur repasse en tête
  • Hippisme - 18e journée : Rule The Night veut retenir la «princesse»

Lutte antidrogue : le CCID enquête sur un possible lien entre deux saisies de drogue

La mule sud-africaine a purgé 50 boulettes de drogue valant Rs 9,1 millions.

Elle a quitté l’hôpital Jawaharlal Nehru après avoir purgé 50 boulettes d’héroïne. Or, pendant le séjour de cette mule sud-africaine en ces lieux, de la drogue avait aussi été découverte dans les effets personnels d’un patient qui était de mèche avec un infirmier de l’établissement. Y aurait-il un lien entre ces deux affaires ? C’est ce que tentent de déterminer les enquêteurs de l’ADSU et du CCID. Récit…

Voilà une affaire qui risque de donner du fil à retordre aux enquêteurs de la brigade antidrogue. Elle concerne l’arrestation d’une mule sud-africaine, qui remonte au 8 janvier à l’aéroport, et celle d’un infirmier sur lequel a été saisie une boulette de drogue, le dimanche 19 janvier. À ce stade, tout porte à croire que ces deux cas sont liés. Du moins, c’est ce qu’estiment les limiers de l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU). Mais comment l’infirmier aurait-il pu agir comme un intermédiaire en présence des sentinelles ? Le Central Criminal Investigation Department (CCID) enquête.

 

L’arrestation de Jaco Johannes Els, la mule sud-africaine, remonte au 8 janvier à l’aéroport Sir Seewoosagur Ramgoolam. Ce jour-là, le trentenaire – un SDF de 30 ans – est arrivé à Maurice à bord du vol SA 190 en provenance de Johannesburg. Pendant qu’il traversait le Green Channel, il a attiré l’attention des officiers de la douane et de l’ADSU en raison de sa dégaine négligée et de son comportement louche. Le soupçonnant d’avoir de la drogue sur lui, ils l’ont soumis à une fouille mais celle-ci n’a rien donné. Ils l’ont donc conduit à l’hôpital Jawaharlal Nehru, à Rose-Belle, pour un examen radiologique afin d’en avoir le cœur net. Celle-ci a alors démontré la présence de corps étrangers dans son estomac. Le Sud-Africain a ensuite été admis en salle et placé sous surveillance policière, le temps pour lui de purger la totalité de la drogue.

 

Le dimanche 19 janvier, alors que Jaco Johannes Els était toujours admis à l’hôpital pour la purge de l’héroïne, une autre arrestation dans le sillage d’une affaire de drogue a eu lieu. L’infirmier Keshawlall Basant Roi, âgé de 24 ans, a été appréhendé en possession d’une boulette d’héroïne dans ce même établissement. Questionné sur sa provenance, il a indiqué que celle-ci appartiendrait à un patient – Liaquat Duymun, un habitant de Mahébourg âgé de 54 ans – admis en salle dans cet hôpital. Interrogé à son tour, le quinquagénaire a nié les faits qui lui étaient reprochés mais lors d’une fouille, de la drogue a été découverte dans ses effets personnels. Il a alors affirmé aux enquêteurs que la drogue en question appartiendrait à l’infirmier. Une accusation provisoire de trafic de drogue a été logée contre les deux individus.

 

Or, ce qui intrigue les enquêteurs, c’est que c’est dans cette même salle que se trouvait la mule sud-africaine au moment de la découverte. Ils soupçonnent donc l’infirmier d’avoir agi comme intermédiaire entre Jaco Johannes Els et Liaquat Duymun, qui pourrait être le contact local du Sud-Africain. L’infirmier a-t-il pu substiliser une boulette de drogue sans qu’aucune des sentinelles assignées à la surveillance de la mule ne s’en aperçoive ? Une enquête a été initiée au niveau du CCID afin de faire la lumière sur cette affaire.

 

Par ailleurs, la mule sud-africaine a obtenu la permission de sortir de l’hôpital la semaine dernière. Au vendredi 24 janvier, avait restitué en totalité 50 boulettes d’héroïne, dont la valeur marchande s’élève à Rs 9 165 000. Il a participé à un exercice de livraison contrôlée dans une villa à Mahébourg, où il devait loger, mais celle-ci n’a rien donné. Il a comparu devant la Bail & Remand Court le week-end dernier, avant d’être traduit devant le tribunal de Grand-Port ce lundi 27 janvier sous une accusation provisoire d’importation d’héroïne. Il est actuellement en détention. L’enquête suit son cours.

 


 

Un employé du port arrêté pour blanchiment d’argent allégué

 

Il se retrouve dans de sales draps. Didier Noah Bot, un employé de la Mauritius Ports Authority (MPA), a été appréhendé par les limiers de la brigade antidrogue ce mardi 28 janvier. Cet habitant de Résidence Vallijee, âgé de 33 ans, est soupçonné de blanchiment d’argent. Lors d’une perquisition de son domicile aux alentours de 9h30 ce matin-là, les limiers de la Division Ouest de l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU) ont découvert un coffre-fort dans lequel une forte somme d’argent avait été dissimulée : Rs 200 000, ainsi que 4 850 livres sterling. Un rouleau clingfilm, suspecté d’avoir servi à l’emballage de la drogue, a également été saisi. Des analyses ont même démontré que l’objet portait des traces d’héroïne. Conduit dans les locaux de l’ADSU, le trentenaire ne s’est pas encore expliqué sur la provenance de l’argent. Il a comparu en cour sous une accusation provisoire de blanchiment d’argent ; il a été ensuite placé en détention. Il devrait être soumis à un interrogatoire incessamment.