• Mario Ponen dessine «Kuler nu ti zil»
  • Chanel, 18 ans : mon aventure dans la construction
  • Stage à Sheffield Utd : Expérience enrichissante
  • Ketty Lim Ka Lan : une belle aventure nommée Moka'mwad !
  • Swaranjali Group Grand-Bois : une histoire d’engagement
  • Son cas entendu devant le Privy Council : La longue quête de justice de Premchandra Bissonauth
  • Mo’Zar Espace Artistic : leur musique au-delà des frontières
  • Chaleur et perte d’appétit : comment y remédier ?
  • Astérix – Le secret de la potion magique | Tombons dans la marmite
  • Art martial japonais : Une fédération de kendo voit le jour à Maurice

L’Escalier : Saylash Greedharry ne se relève pas de sa chute

Ce maçon est mort après plus de deux mois d’hospitalisation.

Il devait fêter ses 44 ans, le 3 décembre. Saylash Greedharry, un habitant de L’Escalier, a succombé à ses blessures après plus de deux mois d’hospitalisation à l’unité des soins intensifs à l’hôpital de Rose-Belle. Ce maçon a fait une chute qui s’est avérée fatale. 

 

Il est décédé le mardi 7 novembre. Une septicémie a eu raison de lui. Le drame s’est produit lorsque Saylash est descendu au rez-de-chaussée chez sa mère afin de récupérer des allumettes pour allumer sa cigarette lorsqu’il est tombé dans les escaliers, le 19 août.

 

 «C’était un samedi. On venait d’assister au tirage de la Lototech lorsqu’on a entendu un bruit mais on n’y a pas prêté attention sur le coup. C’est ma belle-sœur qui l’a retrouvé sur le parvis de l’autre côté du mur chez son oncle. Elle était descendue après avoir remarqué son absence», explique Roshan, frère aîné du défunt.

 

«Il avait déjà perdu connaissance. Il avait beaucoup saigné et avait également rejeté le contenu de son dîner. Il avait fait un scan à Candos et avait aussi subi une intervention chirurgicale à la tête dans la même soirée. On devait lui extraire des cailloux de sang», nous dit Roshan.

 

Dans un premier temps, Anju, 37 ans, pensait que son époux Saylash allait s’en tirer mais le médecin traitant de ce dernier avait déjà prédit le pire : «On ne peut rien reprocher au personnel soignant qui a été aux petits soins pour Saylash. Son état était très critique. Le médecin nous avait déjà dit de nous préparer au pire. Mon époux avait de graves blessures à la tête. Son foie avait également été perforé par la fracture de quelques côtes.»

 

Et de poursuivre : «Mo bien sagrin. Li pann resi ouver so lizie pou rakont nou kouma linn tonbe». Anju et Saylash ont deux fils qui sont toujours au collège. L’aîné a 16 ans alors que le cadet en a 12. 

 

La rentrée scolaire de 2018 s’annonce très dure pour Anju car le défunt était le seul gagne-pain de la famille. Anju, femme au foyer, va devoir se serrer la ceinture pour réaliser le rêve de son époux qui était de «fer ledikasion so bann zanfan».