• Boxe thaï : première édition de «La Nuit des Nak Muay»
  • Badminton : les Internationaux de Maurice à Côte-d’Or
  • Trois univers artistiques à découvrir
  • Handicap et vie professionnelle : un pas de plus vers l’inclusion
  • Mayotte au rythme des crises
  • Une rare éclipse totale traverse l’Amérique du Nord : des Mauriciens au coeur d’un événement céleste spectaculaire 
  • World Thinking Day : les guides et la santé mentale
  • Mama Jaz - Sumrrà : prendre des risques musicaux avec le jazz
  • Karine Delaitre-Korimbocus : Kodel, une nouvelle adresse dans le paysage de Belle-Rose
  • Oodesh Gokool, le taximan attaqué au couteau : «Mo remersie piblik»

L’enquête sur l’assassinat de Manand Fakhoo non-résolu deux ans plus tard : ses proches entre révolte et incompréhension

Cela fait deux ans, aujourd'hui, qu'il a été tué par balles.

Ils veulent des éclaircissements. Ce 22 janvier, les proches de Manand Fakhoo commémorent un triste anniversaire. En effet, il y a deux ans, ce dernier a été assassiné. «Nou touzour pena okenn eklersisman lor sa case-la. Nou pa kone kot lanket inn arive. Kinn ariv sa bann polisie stasyon Beau-Bassin ki ti fer neglizans-la ? Ki aksyon inn pran kont zot pou ki enn lot sitwayen pa pas par enn sitiasyon parey ?» se demande son entourage.

Manand Fakhoo se trouvait dans sa voiture à la jonction des rues Martindale et Swami Dayanand, à Beau-Bassin, non loin de chez lui, lorsqu’il a pris une balle au visage et une autre à la nuque, tirées à bout portant dans la soirée du 21 janvier 2021. Le tireur était à moto en compagnie d’une autre personne. Saignant abondamment, il s’est d’abord dirigé au poste de police au volant de sa Hyundai, avant de se rendre à l’hôpital Victoria, où il a été opéré d’urgence. Mais 24 heures plus tard, cet homme de 56 ans est mort aux soins intensifs.

 

Pour la police, cet assassinat a pour toile de fond un règlement de comptes. D’ailleurs, plusieurs suspects ont été arrêtés avant d’être libérés sous caution. «Lapolis inn aret plis ki 10 dimounn pou sa cold murder case-la. Zame pa finn ariv enn ka koumsa dan Moris avan. Tou sispe inn fini gagn kosion alor ki lapolis ti met obzeksyon pou zot pa tamper ek bann prev. Ki sekirite ena pou nou fami ? Nou anvi kan mem remersie MCIT ek CID Beau-Bassin ki pa finn bes lebra», lâchent les proches de la victime.

 

Ajmal Aumeeruddy est le dernier suspect à avoir retrouvé la liberté sous caution. Ce jeune informaticien a dû fournir une caution de Rs 300 000 après sa comparution devant le tribunal de Rose-Hill, en octobre dernier. Le magistrat lui a accordé la liberté provisoire car la police n’avait aucune preuve concrète contre le jeune homme ainsi que les autres suspects, à savoir Yassin Meetoo, Bellal Meetoo, Muntasir Gokhool, Noorudhin Bholah, Ajum Beeharry, Multazam Sadullah, Saif Sadullah et Annas Sadullah.

 

La libération sous caution des suspects ne laisse toutefois pas insensibles les proches de Manand Fakhoo. Ces derniers s’interrogent toujours sur plusieurs éléments de l’enquête restés en suspens, notamment sur l’arme du crime que la police n’a toujours pas retrouvée…