• Fans Voicies : Mon frère, mon rival
  • Liverpool vs Manchester Utd : le pays retient son souffle
  • Ces (gros) bras tendus à Sawmynaden !
  • Soleil : huit conseils pour se protéger
  • Shamima Peer, Sales & Marketing Manager : «Le digital a révolutionné notre façon d’agir, de penser et de faire des affaires»
  • Tennis de table : Nikhil Desscann, l’étoile montante du ping-pong
  • Kebab Street, une nouvelle adresse «miam» dans le paysage de Grand-Baie
  • Jean Alex Augustin, mortellement agressé à la plage | Son épouse : «Nous avons gardé l’espoir jusqu’au bout qu’il s’en sorte»
  • Giantee Dhunnoo, 80 ans, sauvagement tuée à son domicile | Un proche : «Aidez-nous à retrouver son assassin»
  • Annick Lafleur, poignardée par son ex-conjoint | Naomi Aglaé, sa fille : «La police est tout aussi responsable de sa mort»

Le président de la République promet d’apporter son soutien au père de Dilan Eléonore

Elvis Eléonore en compagnie du président de la République et de l’ambassadrice de Maurice à Madagascar.

Elvis Eléonore a eu une rencontre avec Prithviraj Roopun et Françoise Labelle, le lundi 7 septembre. Le président de la République lui aurait notamment promis de l’aider à voir où en sont les démarches pour la mutual legal assistance en vue de permettre à la police malgache et celle de Maurice de collaborer dans l’affaire de la mort suspecte de son fils Dilan.

Il garde espoir de pouvoir enfin faire son deuil après le décès tragique de son fils. Le lundi 7 septembre, Elvis Eléonore a eu une rencontre avec Prithviraj Roopun, président de la République, et Françoise Labelle, nouvelle ambassadrice de Maurice à Madagascar. «J’ai été très bien accueilli par le président. Il a été très attentif et a pris tout son temps pour m’écouter. Nous nous sommes parlé pendant plus de 30 minutes. Je lui ai montré tous les documents qui sont en ma possession. Il y avait, entre autres, les rapports médicaux. Il m’a alors fait comprendre qu’il allait faire de son mieux pour que la vérité éclate», confie Elvis Eléonore dont le fils a été tué à Madagascar en 2017 (voir hors-texte).

 

Le père de famille avait rencontré Prithviraj Roopun lors des funérailles de Lindsay Plassan, un des marins décédés après le naufrage du Sir Gaëtan, à Poudre-d’Or. Une rencontre a alors été fixée. «J’espère que la vérité va triompher cette fois. Françoise Labelle m’a promis qu’elle va personnellement s’occuper de cette affaire lorsqu’elle prendra officiellement ses fonctions dans la Grande Île. Le président de la République m’a également rassuré en me disant qu’il allait aborder le sujet avec le Premier ministre et l’Attorney General pour avoir un compte-rendu de l’affaire. J’espère qu’il va respecter son engagement. Il m’avait promis que le gouvernement allait chercher une mutual legal assistance pour permettre à la police malgache et celle de Maurice de collaborer dans cette affaire.»

 

Il y a plus d’un mois, Elvis Eléonore a également rencontré le nouveau commissaire de police, Khemraj Servansigh, ainsi que le Deputy Commissioner of Police, Hemant Jangi, responsable du Central Criminal Investigation Department. Ce dernier est à la tête d’une nouvelle équipe qui a pour mission d’élucider l’affaire Dilan Eléonore. «Je remercie le nouveau commissaire de police de m’avoir rencontré et écouté. Je tiens également à remercier le DCP Jangi. Ses hommes m’ont déjà appelé pour vérifier et confirmer plusieurs éléments importants dans le cadre de la nouvelle enquête initiée sur le décès troublant de mon fils. Je lance désormais un appel au Premier ministre et à l’Attorney General. Je les invite à prendre ma souffrance en considération. Je n’arrive toujours pas à faire le deuil de mon fils. Cela fera bientôt trois ans que je me bats sans relâche pour que justice soit faite. La mutual legal assistance entre les deux pays est une nécessité. Pourquoi cette affaire est-elle si difficile à résoudre ?» ne cesse de se demander Elvis Eléonore qui ne compte toutefois pas baisser les bras, malgré des ennuis de santé.

 

Il ajoute : «Il ne me reste plus qu’à rencontrer le PM. Je lui ai déjà demandé un rendez-vous via un courrier envoyé le 17 juillet. J’ai eu un avis de réception trois jours plus tard. J’en suis à ma seconde tentative après celle du 11 mai 2018. Je suis toujours en attente d’une réponse. J’attends également une réponse du ministre des Affaires étrangères. Je me suis déjà rendu à son bureau où j’ai rencontré sa secrétaire et un de ses Advisors. Le président Roopun m’a promis son aide. Je compte sur lui pour voir la lumière au bout du tunnel.»

 

Retour sur un décès troublant

 

Le fils d’Elvis Eléonore, Dilan, a été retrouvé mort à Antsirabe, Madagascar, le 24 novembre 2017. Le jeune homme de 23 ans était allé rendre visite à sa mère qui y travaille dans le secteur textile. Dans un premier temps, les autorités malgaches avaient déclaré que le jeune homme avait perdu la vie dans un accident. Mais aucune autopsie n’avait été pratiquée et la cause du décès sur le certificat officiel était une maladie non transmissible. Mais une autopsie, pratiquée à Maurice par le Dr Boolell, ancien médecin légiste de la police, indiquait que le jeune homme avait succombé à un coup violent à la tête. Il avait également d’autres blessures sur le corps.

 

Le 2 décembre 2019, l’affaire a connu un rebondissement lorsque l’ambassade de Madagascar à Maurice a adressé une correspondance au ministère des Affaires étrangères pour solliciter l’aide du gouvernement dans le cadre du procès de deux de nos compatriotes poursuivis pour homicide volontaire devant la justice malgache. L’arrestation de ces deux suspects avait eu lieu quelques semaines plus tôt.

 

Quelques mois auparavant, l’enquête a également été relancée quand la famille du jeune homme a eu vent de l’existence d’un rapport médico-légal établi par un médecin basé au Bureau municipal d’hygiène d’Antsirabe. Il avait examiné la dépouille de Dilan Eléonore au lendemain du drame et déduit qu’il était mort d’un traumatisme crânien grave. Les proches du jeune homme avaient alors fait pression sur la brigade criminelle de Tananarive, ce qui a mené à l’arrestation de deux Mauriciens qui travaillent pour une compagnie textile basée dans la Grande île. Ces derniers sont provisoirement accusés d’assassinat. Ce qu’ils nient. Trois autres suspects sont, eux, dans le collimateur des enquêteurs, à Maurice.