• Kendo – Formation et passage de grade : Rishi Bundhoo décroche son premier dan
  • Callisto Protocol : prisonniers de l’horreur
  • Future Hope Maurice : quand les enfants chantent l’espoir
  • Collision entre une voiture et un camion : vacances meurtrières pour Dayaneebye Ganoo
  • Match de gala Maurice-Réunion : du football inclusif pour malentendants
  • Huawei Nova Y61 : de l’entrée de gamme sympa
  • Le diabète, un danger pour le cœur
  • Qatar : dans l’ambiance d’un pays en fête
  • FoodWise : des recettes gastronomiques, zéro gaspi et économiques
  • Le PM répond à leur lettre : les membres de la communauté rastafari «déçus» mais «le combat continue»

Josué Clair, 24 ans, meurt après une collision mortelle - Son épouse Nandini : «Nou kont lor la polis pou konn sirkonstans aksidan-la»

Frédéric Clair et sa belle-fille Nandini sont complètement effondrés depuis l’accident qui a coûté la vie à Josué (photo ci-contre).

Ce jeune habitant de Cité Richelieu était à moto avec un cousin lorsqu’ils ont été heurtés par une Toyota conduite par un collégien de 18 ans, habitant Pailles. Il n’a pas survécu. Son épouse Nandini, 19 ans, est inconsolable. D’autant que ce drame prive leur fils Nylan, âgé de sept mois seulement, de son papa à jamais.

Ce qui devait être un dimanche festif s’est transformé en véritable cauchemar pour les membres de la famille Clair. Josué Clair, 24 ans, est décédé suite à un accident de la route alors qu’il rentrait à la maison après une fête d’anniversaire dans la soirée du 30 octobre, vers 23 heures. Il était sur une moto que conduisait son cousin de 23 ans quand le deux-roues est entré en collision avec une voiture à Grande-Rivière-Nord-Ouest. Le jeune boutiquier a rendu l’âme peu après. Son cousin, un habitant de Cité Bétel, à Petite-Rivière, a, lui, été admis à l’hôpital Jeetoo avec plusieurs fractures. «Li ankor dan sok. Li ena loperasyon pou fer», confie Frédéric Clair, le père de Josué.

 

Depuis le drame, la famille Clair est inconsolable, surtout les parents de la victime, Frédéric et Sweety, et son épouse Nandini, 19 ans. La jeune femme est aussi révoltée car elle est en présence, dit-elle, de plusieurs informations troublantes sur les circonstances du drame. «Bann temwin dir nou ki zot ti pe roul dan zot gos kan aksidan-la inn arive. Bann dimounn laba inn ousi dir nou ki sofer loto-la inn bril feu rouz ek inn vir enn kout brit divan zot. Bann abitan laba inn dir nou ousi ki lambilans inn tarde pou vini. Nou kont lor la polis pou konn la verite», lâche Nandini, entre tristesse et colère.

 

Josué Clair et elle étaient ensemble depuis quatre ans et étaient mariés civilement depuis sept mois, soit depuis la venue au monde de leur fils Nylan. Ils avaient prévu de commencer la construction de leur maison bientôt et faisaient de leur mieux pour élever leur fils dans les meilleures conditions. Le jeune homme travaillait dur pour atteindre cet objectif. Depuis deux ans, il bossait dans la boutique de son père. «Li ti pe travay Cernol avan. Linn vinn travay ar mwa apre Covid», confie Frédéric Clair. Hélas, son aîné ne pourra pas réaliser les nombreux projets qu’il avait pour sa petite famille.

 

Le conducteur de la voiture, un collégien de 18 ans, habitant Pailles, a été placé en détention après l’accident, même si son alcotest s’est révélé négatif. Le jeune homme – qui est actuellement en période d’examens – fait l’objet d’une accusation provisoire d’homicide involontaire. Dans sa déposition, il explique qu’il n’a pu éviter la moto lorsque celle-ci aurait brusquement surgi devant lui à une intersection.

 

La police a également prélevé un échantillon de sang du cousin de Josué Clair pour savoir s’il avait de l’alcool dans le sang au moment de l’accident. Les deux jeunes hommes revenaient alors de Cité Vallijee. Plus tôt, ils étaient à une fête d’anniversaire chez un oncle à Gros-Cailloux. «Ti ena laniverser garson mo frer ki ti gagn 10 an», explique Frédéric. C’est par un ami de son fils que sa famille et lui ont appris la triste nouvelle aux alentours de 23h30. Depuis, leur monde s’est effondré et leurs larmes n’arrêtent pas de couler.