• Championnats d'Afrique : l'athlétisme mauricien en quête de rachat
  • Vidushi Haulooman et sa poésie dans «Afflatus» 
  • Modigadu Govinden, 59 ans, renversé mortellement par une voiture - Ses proches : «Lalwa bizin pli sever»
  • Luchmeeparsad Bhowaneedin, 43 ans, décède après avoir été percuté par le métro - Son entourage : «Il voulait changer de vie et se stabiliser financièrement»
  • Mystère autour du décès de Kevin Sreeneebus, 33 ans, après une sortie de route - Ses proches et amis pleurent «un homme jovial et plein d'ambition»
  • Acquitté dans l’affaire du double drame de Sept-Cascades en 2012 - L’inspecteur Sookur : «Mo pli gran regre se ki mo pann resi sap lavi Nanon ek Binda»
  • Nula Groove et l’après «Mama mo tresor»
  • La lecture partisane et l’indestructible culture politique !
  • Post-Budget : ces espoirs tombés à l’eau
  • Dévoilement d’une statue de sir Anerood Jugnauth : hommage à «enn gran dimounn»

Il retrouve la liberté après presque 14 mois de détention - Raquel Jolicoeur : «Sa enn an-la ti enn martir»

Le chanteur du groupe 666 Armada heureux de retrouver les siens.

Vous avez été nombreux à suivre la libération de Raquel Jolicoeur de la prison en temps réel sur les sites d’information en ligne. Le chanteur du groupe 666 Armada a dû s’acquitter d’un montant total de Rs 720 000 pour ses cautions. Lors de son arrestation il y a un plus plus d’un an, le 2 mai 2022, la police avait saisi une arme à feu, des balles, deux explosifs et de l’héroïne chez lui à Roche-Bois. Juste après sa libération, à Melrose, il a répondu à quelques questions de la presse avant de s’en aller précipitamment. Il ne s’est pas présenté ensuite à la conférence de presse programmé au bureau de son avocat, Me Sanjeev Teeluckdharry, arguant qu’il craint toujours pour sa sécurité. 

Il fait profil bas. Après sa sortie de prison, le jeudi 29 juin, Raquel Jolicoeur ne s’est pas beaucoup exprimé. Il a même fait faux bond aux journalistes ainsi qu’à son avocat Me Sanjeev Teeluckdharry qui l’attendaient tous pour une conférence de presse juste après. Joint au téléphone, le chanteur du groupe 666 Armada a justifié son attitude en disant qu’il craint pour sa sécurité depuis qu’il a quitté la prison de Melrose. Il a retrouvé la liberté après avoir été détenu pendant presque 14 mois. Une libération qui a été vécue en live par les Mauriciens sur les sites d’information en ligne et a fait un gros buzz. À sa sortie de la prison de Melrose, Raquel Jolicoeur a répondu à quelques questions de la presse avant de s’en aller précipitamment. «Sa enn an-la ti enn martir», a-t-il, notamment, déclaré à nos confrères de TelePlus concernant sa détention.

 

Pour retrouver la liberté conditionnelle, Raquel Jolicoeur a dû fournir des cautions s’élevant à Rs 720 000 au total et signer une reconnaissance de dettes de Rs 5 millions. Parmi les autres conditions de cette libération, l’obligation pour lui de se présenter tous les jours au poste de police de Roche-Bois et de respecter un couvre-feu entre 21 heures et 5 heures du matin. Il fait toujours l’objet de cinq accusations provisoires : «threatening to do an act of terrorism» ; «drug dealing» ; «illegal possession of arms with intent and ammunitions» ; «illegal possession of explosives» et «money laundering».

 

L’habitant de Roche-Bois, de son côté, continue de clamer son innocence et d’affirme qu’il a été «piégé». «Mo pena nanie pou fer ek tousala», avait-il déclaré aux enquêteurs de la Major Crime Investigation Team lorsque ces derniers l’avaient interrogé après la saisie d’une arme, de balles, de deux explosifs et d’une quantité d’héroïne à son domicile, à Roche-Bois, le 2 mai 2022. À sa sortie de prison cette semaine, Raquel Jolicoeur a d’ailleurs lancé un appel à ceux qui l’auraient piégé. «Fer kouma dir zot pa trouv mwa. Zot pa tann mwa. Pitie mwa. Pa remet ladrog ankor ar mwa. Pardonn mwa. Mo pann fer zot nanie. Zot pa pou tann mwa ousi. Monn ase ar sa mwa. Zot ousi tourn paz ar mwa.» Il a également déclaré : «Mo kontan monn gagn mo liberte. Mo ti a voudre dir bann dimounn ki met ladrog ar lot dimounn : aret met ladrog ar dimounn. Pitie mwa. Pa refer planting ankor. Mo ena fami.» Raquel Jolicoeur ne souhaite visiblement plus entendre parler de l’ASP Jagai et de toute cette affaire où il s’est retrouvé. En revanche, il promet la sortie prochaine d’au moins cinq albums pour ses fans. Les 13 mois passés en prison lui ont également permis de travailler et d’obtenir Rs 500, a-t-il dit en brandissant fièrement son argent. Il compte bientôt reprendre son métier de «marsan legim», comme plusieurs autres membres de sa famille. Pour le faire libérer, ses proches ont d’ailleurs dû contracter des emprunts, en sus des dons reçus, pour arriver à la somme demandée pour les cautions.

 

Victime d’un complot

 

Quelques jours avant, Raquel Jolicoeur avait tenu à remercier Vimen Sabapati car les extraits qui figurent sur les bandes sonores rendues publiques par ce dernier sont venus soutenir la version des faits du chanteur du groupe Armada 666 selon laquelle il est victime d’un complot. Dans un des extraits de ces bandes sonores, un policier affirme que le révolver retrouvé chez Raquel Jolicoeur a été planté chez lui. L’arme aurait, au préalable, été retrouvée sur la berge d’une rivière à Beaux-Songes. C’est aussi pour cette raison que les avocats de Raquel Jolicoeur jugent l’arrestation de leur client arbitraire et illégale.

 

Sanjeev Teeluckdharry et Akil Bissessur réclament d’ailleurs la radiation des charges qui pèsent sur leur client. «Lapolis inn atas lake ferblan ek li, pena okenn tras so ADN lor bann exhibits ki ti sezi kot li. So version korobor ek rapor Forensic Scientific Laboratory. Raquel Jolicoeur inn touzour deny tou bann sarz ki ena kont li. Linn res consistent dans tou so bann depozision», précise Me Teeluckdharry. L’avocat soutient que son client est devenu une cible après plusieurs live sur les réseaux sociaux en janvier et février 2022. Sa sœur Belle et lui avaient aussi porté plainte à l’Independant Police Complaints Commission en mars 2022 après avoir reçu des menaces.

 

La police a débarqué chez lui le 2 mai de la même année, lors d’une opération dirigée par le Commissaire de police lui-même. Les limiers ont recueilli sur place un revolver fabriqué au Brésil, 40 balles de calibre 0,22 mm, 6 cartouches pour «shot gun», deux explosifs et de l’héroïne valant Rs 10 millions. Selon la police, le suspect prévoyait de faire exploser le Parlement et les Casernes centrales avec les membres de son groupe connu comme 666 Armada. Ce qu’il a toujours nié, ainsi que les autres accusations portées contre lui. Il estime avoir été piégé par la police après le buzz provoqué par sa chanson Poliko Krapo sur TikTok.

 

Lors de son arrestation, les limiers l’avaient confronté à une vidéo où il aurait déclaré qu’il comptait assassiner des policiers mais il a fait valoir son droit au silence. A l’époque, les proches de l’habitant de Roches-Bois étaient également très remontés contre les policiers qui avaient fait la perquisition. Selon leurs dires, les policiers avaient «vir bann kamera dan pozision kot pa trouv zot» et emporté les DVR par la suite. L’entourage de Raquel Jolicoeur était persuadé qu’il avait été «piégé» suite à ses dénonciations contre un haut-gradé de la police. Le membre de 666 Armada avait fait une vidéo dans laquelle il alléguait que ce policier avait l’habitude de «kokin kas trafikan» lors de ses descentes avec son équipe.