• Boxe thaï : première édition de «La Nuit des Nak Muay»
  • Badminton : les Internationaux de Maurice à Côte-d’Or
  • Trois univers artistiques à découvrir
  • Handicap et vie professionnelle : un pas de plus vers l’inclusion
  • Mayotte au rythme des crises
  • Une rare éclipse totale traverse l’Amérique du Nord : des Mauriciens au coeur d’un événement céleste spectaculaire 
  • World Thinking Day : les guides et la santé mentale
  • Mama Jaz - Sumrrà : prendre des risques musicaux avec le jazz
  • Karine Delaitre-Korimbocus : Kodel, une nouvelle adresse dans le paysage de Belle-Rose
  • Oodesh Gokool, le taximan attaqué au couteau : «Mo remersie piblik»

Il meurt 13 jours après son agression - L’épouse de Shyam «Italien» : «Linn bien soufer, mo espere so bann agreser pa gagn kosion»

Reena Kissoondoyal digère très mal les circonstances entourant le décès tragique de son époux (photo ci-contre)

Il est resté pendant presque deux semaines entre la vie et la mort. Après l’agression dont il avait été victime le 21 avril, Jayraz Kissoondoyal, plus connu comme Shyam Italien, s’est battu pour survivre mais ses nombreuses blessures ont eu raison de lui. Cet homme de 52 ans est décédé après 13 jours d’hospitalisation. Sa famille se confie. 

Sa virée nocturne lui a été fatale. Jayraz Kissoondoyal, plus connu comme Shyam Italien, a poussé son dernier soupir le jeudi 4 mai, aux alentours de 6h45. Le rapport d’autopsie indique que cet homme de 52 ans, habitant Poudre-d’Or, est mort suite à une «intracerebral haemorrhage». Il avait été admis à l’unité des soins intensifs de l’hôpital SSRN 13 jours plus tôt suivant une agression lors d’une partie de beuverie le vendredi 21 avril.

 

Ce jour-là, suivant une requête, les policiers de sa localité se sont rendus à une boutique du coin vers 22h17. Sur place, ils ont retrouvé Jayraz Kissoondoyal allongé en bordure de route, inconscient et avec des blessures au visage. Il sentait aussi fortement l’alcool. Les policiers ont recueilli un couteau d’environ 25 cm à un mètre de lui. Sur place, les policiers ont également rencontré Dayanand Dandylall, 38 ans, et Nidesh Bankay, 31 ans, deux autres habitants de la région. Ils portaient plusieurs blessures sur le corps et ont allégué que Jayraz Kissoondoyal les avait agressés.

 

Jayraz Kissoondoyal a, par la suite, été transporté à l’hôpital SSRN où il a été admis aux soins intensifs. Son état inspirait déjà de vives inquiétudes ce jour-là. Dayanand Dandylall et Nidesh Bankay se sont, eux, rendus au poste de police de leur localité pour se procurer un Form 58 avant de se rendre à l’hôpital de Pamplemousses où ils ont également reçu des soins. Hélas, Jayraz Kissoondoyal a, lui, succombé à ses blessures 13 jours plus tard.

 

La police avait déjà arrêté trois suspects dans cette affaire : Dayanand Dandylall, 38 ans, plus connu sous le sobriquet de Bond, Kavishsing Nobin, 26 ans, et Akshayduth Boyjoonauth, 29 ans. Le premier nommé fait l’objet d’une accusation provisoire d’«assault with aggravating circumstances» alors que les deux autres sont, eux, provisoirement accusé de «serious assault». La police avance qu’aucun témoin indépendant ne s’est présenté. Les enquêteurs ont toutefois pu voir sur les images Safe City qu’une bagarre avait bien eu lieu à proximité de la boutique en question le soir fatidique.

 

Dispute banale

 

Nilesh, le fils de la victime, âgé de 17 ans, a pu, lui aussi, voir les images CCTV de l’agression. «Mo trouv bannla pe blok mo papa. Ti ena plizier dimounn. Enn ti tap li kout helmet. Enn lot inn donn li kout pwin lor so latet. Enn lot ti pe donn li kout pie. Zot ti pe defoul zot lor li. Linn esay defann li me li ti difisil pou li fer fas. Zot inn ousi pil enn sez feray lor so lestoma. Mo papa ti amen mwa lekol so gramatin pou al pran kour mekanik. Si nou ti kone li pou al perdi so lavi nou pa ti pou les li sorti sa aswar-la», explique l’adolescent. Sa famille et lui ont appris la terrible nouvelle vers 4 heures du matin. «Nounn aprann ki nou papa inn gagn bate», dixit Nikita, 23 ans, la fille de Jayraz Kissoondoyal. Ce dernier se trouvait déjà aux soins intensifs sous assistance respiratoire avec le crâne fracturé.

 

L’origine de la bagarre qui a coûté la vie à Jayraz Kissoondoyal serait banale, disent ses proches. «Mo papa ti pe bwar enn labier kot laboutik kan enn van la polis inn pase pou fer patrouy. Sa bann zen kinn bat li la ti pe bwar zot ousi dan mem baz. Zot inn dir li kasiet so labier parski ti fini 22 zer. Zot ti per tansion zot gagn problem ek la polis. Enn ladan inn insilte mo papa lerla. Lager-la inn koumanse koumsa», explique Nilesh. Reena, l’épouse de Jayraz Kissoondoyal, récuse les accusations selon lesquelles c’est lui qui a agressé le groupe de jeunes avec un couteau : «Linn touzour respekte tou dimounn. Li ti bien dou. Zame li pa ti enn move dimounn.»

 

Le jour fatidique, Reena est rentrée à la maison vers 13h30. Le couple s’est ensuite assis pour bavarder. Vers 16h30, Jayraz est allé «lav so linz». «Li enn dimounn ki ti pran swin so bann zafer. Linn pran so bin apre linn sorti lor so motosiklet. Mo ti deza lor lili kan linn rantre ver 22 zer. Mo pann trouv li resorti. Mo pa konpran kifer zot inn bizin bat li pou tir so lavi. Si ti enn simp diskision zot ti kapav telefonn la polis. Kifer zot inn fer lalwa zot mem ?» s’insurge Reena.

 

Le couple a vécu en Italie pendant plusieurs années avant de rentrer au pays. «Nounn kontan laba mem. Linn res laba 15 an ek mwa 10 an. Akoz sa mem dimounn ti pe apel li Shyam Italien. Nou ti vinn marye Maurice apre nounn retourn Italie. Li ti rev pou ena so prop fami. Apre 8 an mariaz nounn retourn Maurice ek nounn gagn nou 2 zanfan. Fer 23 an nou ansam. Mo misie ti ena proze al Canada. Li ti fini fer so bann papye. Li ti ousi fini gagn so papye moralite. Li ti anvi nou fami al imigre Canada. Nou tou ti kontan. Linn bien soufer avan li mor. Li pa fasil. Mo espere sa bann dimounn kinn bat li la pa gagn kosion», confie Reena.

 

Le couple venait de marier sa fille religieusement en mars dernier. Et Jayraz, qui était tôlier, devait souffler ses 53 bougies le 19 juillet. «Li bien dir. Monn koz ek mo papa lavey par videocall. Mo ti pe dir li prepar li pou laniverser 2 an so ti zanfan. Olie fet, se lamor kinn fer. Mo papa ti bien pros ek mo garson. Sa bann-la inn bat li kouma zanimo. Zanimo mem pa gagn bate koumsa. Li pa ti merit sa. Nou ki kone ki nounn perdi», se lamente Nikita.

 

Jean Marie Gangaram et Stephanie Domingue