• Kursley Favory, 43 ans, commet un autre viol après quatre ans - Ginette*, 80 ans : «Monn res fer lapriyer pou ki sa kosmar-la arete...»
  • Décès de Pankaj Udhas : cette voix d’or qui a marqué les Mauriciens
  • Manchester City vs Manchester United : règlement de comptes entre voisins
  • Quand Bruno Raya raconte Morgan Heritage et son chanteur décédé
  • Serge Moorjee : l’homme qui respirait le foot
  • Taekwondo : Sheldon Yan Too Sang aux Jeux d’Afrique
  • Huawei Matebook D16 : tout du bon côté
  • Mouvement pour le Progrès de Roche-Bois : l’agroécologie, un levier pour une meilleure intégration sociale
  • François Lindemann et sa rencontre musicale où «Tou korek»
  • Ishfaaq Mudhawo : politique, social et... chevaux

Drame à Pistache, Rodrigues : Sharonne Philippe, 20 ans, poignardée par son compagnon sur des soupçons d’infidélité

Sharonne Philippe s’est écroulée sous les coups de couteau de son compagnon.

C’est une tragédie qui a plongé le petit village de Pistache, situé au nord-ouest de Rodrigues, dans le choc et l’incompréhension. Dans l’après-midi du mercredi 27 décembre, un terrible drame s’est produit dans la maisonnette en béton et en tôle qu’occupait Jean Stelio Lerace. Ce dernier, âgé de 29 ans, s’est rendu de son plein gré au poste de police de La Ferme où il a déclaré aux officiers avoir agressé sa compagne Sharonne Philippe, 20 ans, avec un couteau. Lorsque ces derniers se sont rendus sur les lieux, ils ont constaté que la jeune femme, qui est également une habitante de la localité, avait déjà rendu l’âme. Placé en état d’arrestation, Stelio Lerace a passé la nuit en détention au poste de police de Grande-Montagne. 

D’après nos renseignements, les enquêteurs ont eu droit à une véritable vision d’horreur à leur arrivée sur place. Sharonne Philippe, apprend-on, gisait inerte sur le ventre, dans une mare de sang. L’arme du crime a été retrouvée sous sa poitrine. Elle a été conduite au Dr Christophe Prudence Health Centre où un médecin n’a pu que confirmer son décès. La nouvelle s’est  aussitôt répandue comme une traînée de poudre partout à travers l’île. Sur un live de toradio.tv, le père de la victime a raconté avoir appris le décès de sa fille alors qu’il se trouvait sur son lieu de travail. «Mo ti lwin, mo ti pe tay lerb. Enn garson inn sinial mwa, inn dir mwa kit masinn ale (...) Tou le de ti bann dimoun ki ti korek. Dernye fwa monn trouv mo tifi se gramatin», a-t-il confié au journaliste Jean-François Collet, encore sous le choc. La mère du suspect, également très accablée, est dans l’incompréhension la plus totale, car son fils, dit-elle, a toujours été «enn bon garson».

 

Après avoir passé la nuit en détention policière, Stelio Lerace a comparu devant le tribunal de Port-Mathurin le jeudi 28 décembre où une accusation provisoire de meurtre a été logée contre lui. Il a ensuite été reconduit en cellule, la police ayant objecté à sa remise en liberté. Le même jour, il a été interrogé par les limiers de la Criminal Investigation Division (CID) de Rodrigues.

 

Il a expliqué que son couple battait de l’aile depuis plusieurs mois, car il soupçonnait sa compagne de lui être infidèle. Le jour fatidique, une énième dispute a éclaté entre eux et a pris une tournure dramatique. La jeune femme, dit-il, aurait tenté de l’agresser et c’est à ce moment-là qu’il se serait emparé de l’arme blanche pour lui infliger plusieurs coups jusqu’à ce qu’elle s’effondre. Il devra participer à un exercice de reconstitution des faits incessamment.

 

Par ailleurs, un médecin légiste est attendu dans l’île pour pratiquer une autopsie sur le corps de Sharonne Philippe. À l’heure où nous mettions sous presse, celle-ci n’avait pas encore eu lieu à cause de l’indisponibilité des sièges sur les vols en cette période festive. Les funérailles de la jeune femme ne pourront avoir lieu qu’après cet exercice.