• Nouveau centenaire : Issac Jan Mahomed raconté par sa petite-fille
  • À Baie-du-Tombeau : un jeune trafiquant coffré avec Rs 29 M d’héroïne
  • Horizon Paris 2024 : les athlètes heureux de leur sélection
  • Marie-Kelly Somauroo ou l’art de créer des savons artisanaux
  • Allégations de complot contre Sherry Singh : quand le dernier «move» de Shameem One and Only «intrigue»
  • En cinq jours, il perd sa fille dans un accident et sa femme d’une maladie | Ignace Bothille, 80 ans : «Je suis effondré…»
  • Caroline Jodun dit «Merci» avec un troisième album
  • Arrestation de Bruneau Laurette : «Je serai un fighter jusqu’au bout»
  • Anaïs Lagrosse : ma toute nouvelle couronne de Miss University Africa Mauritius
  • Accusé de «Breach of ICTA» | Dhiren Moher : «Mo pann avoy okenn mesaz a karakter rasial»

Des mules britanniques arrêtées avec Rs 50 M d’héroïne | Les proches des suspects évoquent une embuscade au Kenya dans la presse britannique

Asa Garbutt, Ashley Tierney et Aaron Matthew James ont été interceptés à leur descente d’avion le lundi 18 novembre.

Avaient-ils prévu d’écouler la drogue sur notre territoire ou ont-ils été piégés après une embuscade au Kenya, comme ils l’ont affirmé à leurs proches ? Les enquêteurs n’ont pas encore été en mesure de déterminer le vrai du faux. Arrêtés dans le cadre de la saisie de Rs 50 millions d’héroïne, trois ressortissants britanniques sont actuellement en détention. L’enquête suit son cours…

Coupables ou victimes ? Le scénario est digne d’un film hollywoodien. Quel est le rôle des trois ressortissants britanniques appréhendés à l’aéroport Sir Seewoosagur Ramgoolam le lundi 18 novembre, des mules ayant ingéré l’équivalent de plus de Rs 50 millions d’héroïne ? Les autorités britanniques ont été informées de leur arrestation et, les trois hommes ont préféré garder le silence auprès des limiers de la brigade antidrogue. Cependant, l’un d’eux a pu avoir accès à un téléphone portable lorsqu’il était admis à l’hôpital Jawaharlal Nehru, où a été effectué l’exercice de purge. Ainsi, il a été en mesure de prendre contact avec ses proches à l’étranger. D’après les médias britanniques, lors d’une brève conversation téléphonique, ce suspect aurait expliqué à son frère qu’une embuscade leur avait été tendue au Kenya par un gang armé et qu’ils ont été contraints de transporter la drogue en question, au risque de voir leur domicile brûler.

 

Il était environ 18 heures lorsque les trois ressortissants britanniques – Aaron Matthew James, 42 ans, Ashley Tierney, 32 ans, et Asa Garbutt, 37 ans – ont foulé le sol mauricien, le lundi 18 novembre, après l’atterrissage du vol KQ 270, en provenance de Nairobi, Kenya. Ils s’étaient présentés comme des touristes ayant réservé un bungalow à Flic-en-Flac, où ils comptaient séjourner pendant neuf jours avant de rentrer en Angleterre. Vu que les trois individus avaient déjà un comportement louche lors de leur passage au comptoir des services de l’immigration, ils ont été interpellés alors qu’ils étaient sur le point de quitter le Green Channel. Le plus suspect des trois, Aaron Matthew James, a été interrogé séparément. Il a immédiatement avoué avoir ingurgité de la drogue et demandé à se rendre aux toilettes, où il a purgé 15 premières boulettes d’héroïne. Questionnés, ses amis sont également passés aux aveux.

 

Conduits à l’hôpital Jawaharlal Nehru, à Rose-Belle, Aaron Matthew James y a purgé 95 boulettes de drogue de plus, tandis qu’Ashley Tierney et Asa Gurbutt en ont restitué 26 et 148 respectivement. Au total, 3,3 kg de drogue, d’une valeur marchande d’environ Rs 50 millions, ont été saisis. Les enquêteurs de l’Anti- Drug and Smuggling Unit (ADSU) soupçonnent que la drogue provient de Thaïlande. Car Aaron Matthew James et Asa Gurbutt y avaient séjourné pendant quelques jours avant de rejoindre leur ami Ashley Tierney au Kenya. Leur interrogatoire devrait reprendre durant les jours à venir.

 

À savoir que, d’après la presse britannique, le suspect a indiqué à son frère qu’ils ont été victimes d’un enlèvement et séquestrés dans un hôtel au Kenya où, sous la menace d’une arme à feu, ils ont dû ingurgiter les boulettes de drogue. Les membres du gang qui les auraient enlevés leur auraient donné la preuve qu’ils détenaient leur adresse, en Angleterre, et les auraient menacés d’incendier leur maison s’ils ne suivaient pas les ordres. Le suspect a également été en mesure de faire parvenir à son frère des photos de ses amis et lui, durant leur séjour à l’hôpital Jawaharlal Nehru, se plaignant de ne pas avoir d’eau potable. Depuis, ils ont obtenu leur décharge et ont comparu en cour de district de Grand-Port sous une accusation provisoire d’importation de drogue. Ils sont actuellement en détention.