• Désir de maternité, problème de fertilité : comment faire face au mois de mai
  • Ebony Forest : protecteur de la nature
  • Un trentenaire agresse son épouse et leur fille de 4 ans au couteau - Ses beaux-parents : «Nou tifi inn pas boukou mizer depi linn marye»
  • Jasodah Boodhun, une centenaire bien dans sa peau
  • La flamme olympique en France : effervescence autour du feu sacré
  • Thyroïde : une petite glande, de grandes implications…
  • «Furiosa : une Saga Mad Max»  : encore de la fureur et de la ferraille
  • Enquête judiciaire au tribunal de Souillac - Rama Valayden : «Lapolis inn kwi vide ek lanket lor lamor Kanakiah»
  • Aurally Handicapped Persons Sports Federation : ne pas confondre athlètes sourds et para-athlètes
  • Journée internationale du thé : la Chartreuse, entre célébration et engagement pour une industrie équitable et durable

Décès de Kimberly Cornet, 20 ans, d’un cancer en Inde - Priscilla Capdor, sa belle-mère : «Nounn resi retourne ek ed tou Morisien»

Priscilla Capdor a pu rentrer au pays mardi dernier avec la dépouille de sa belle-fille.

Son pressant appel à la générosité des Mauriciens a été entendu. Priscilla Capdor est rentrée au pays le 5 septembre avec la dépouille de sa belle-fille Kimberly Cornet. Les funérailles de cette jeune maman de 20 ans ont eu lieu le lendemain. «Nounn resi retourne ek ed tou Morisien, ek nou dir zot enn gran mersi ! Mem si nou bien trist nounn perdi Kimberly, nou soulaze parski nounn resi fer so lekor retourn Moris pou ki nou kapav fer so funeray isi an prezans tou bann pros», souligne l’habitante d’Albion, très émue. 

Elle avait accompagné sa bru en Inde en juillet dernier pour que celle-ci se fasse soigner là-bas pour une tumeur cancéreuse à la tête. Hélas, malgré tous les soins qu’elle a reçus, notamment plusieurs interventions chirurgicales, la jeune femme n’a pas survécu à cette terrible maladie qui la rongeait depuis plusieurs mois. Elle est décédée le 31 août
dans une clinique de Bangalore, en Inde. Un véritable coup dur pour tous ses proches, notamment Priscilla et son époux Kursley qui considéraient Kimberly comme leur propre fille. Et encore plus pour leur fils Julien, dont c’était la compagne et la maman de leur fille Leyla, âgée d’un an. «Mon fils est très down ; il est encore sous le choc d’avoir perdu sa compagne et la mère de sa fille», confie Priscilla.

 

Et comme un malheur arrive rarement seul, voilà qu’en plus de pleurer amèrement le départ de Kimberly, la famille s’était retrouvée avec des frais de Rs 800 000 à payer à la clinique indienne. La direction n’autorisait pas la famille à récupérer la dépouille de la jeune femme jusqu’à ce que la somme due leur soit remboursée. Et comme le grant de Rs 800 000 accordé par le gouvernement mauricien pour les soins à l’étranger était déjà épuisé, ayant servi à payer les billets d’avion et une partie des frais de la clinique, les proches de Priscilla ne savaient plus à quel saint se vouer pour réunir la somme dont ils avaient besoin pour payer la clinique. Ils ont alors lancé un vibrant appel à l’aide à la population à travers notre édition du 3 septembre dernier. Appel qui a été bien entendu par les Mauriciens qui ont fait acte de générosité  et de solidarité envers la famille en les aidant à rassembler la somme due. Depuis leur départ pour l’Inde, Priscilla et Kimberly étaient également soutenues par l’association Enn Rev Enn Sourir à qui la famille tient à dire un grand merci.