• United Colors : Zulu annonce la couleur
  • Shotokan Martial Arts Federation (SMAF) : Couvre-feu sur les compétitions à l’étranger
  • Meurtre de Ritesh Gobin, 11 ans, en 2018 : le meurtrier présumé Sachin Tetree sur le banc des Assises
  • Kesweena Tacoorpersand et Uzma Peeroo : des femmes au cœur des chantiers
  • Manan Fakoo tué par balles : la terrible fin d’un homme au passé tumultueux
  • Zones d'ombre autour de la mort de Kanakiah et Kistnen : deux veuves à la recherche de la vérité sur la mort de leur mari
  • Décès du triathlète Jayrajsing Hazareesing au Morne | Son épouse : «C’était un homme exemplaire»
  • FA Cup | Man Utd vs Liverpool : dans l’oeil du cyclone
  • Lupin sur Netflix : Omar, voleur aimé et mal-aimé
  • Des mots et des manigances…

Battu à mort par le concubin de sa mère : Ayaan, 2 ans, diagnostiqué d’un traumatisme à l’épaule en septembre

Le ministre de la Santé a fait une révélation de taille lors des travaux parlementaires du mardi 24 novembre. Kailesh Jagutpal a révélé que le personnel soignant de l’hôpital de Rose-Belle avait diagnostiqué un traumatisme à l’épaule du petit Ayaan Ramdoo, 2 ans, le 23 septembre. Il répondait à une question de la députée rouge Stéphanie Anquetil qui l’avait interpellé à ce sujet. 

Le garçonnet avait été transporté au Casualty Room ce jour-là car il avait des douleurs à l’épaule. D’après son rapport médical, il n’avait pas de blessure à l’os. Toutefois, il devait être conduit au service orthopédique de cet établissement hospitalier, le lendemain, pour des examens avancés mais il n’est jamais venu à son rendez-vous. Le ministre est également revenu sur les événements du jeudi 12 novembre.

 

Kailesh Jagutpal confirme que le garçonnet est arrivé aux urgences vers 20h15. Sa mère, Nawsheen Beeharry, et le concubin de cette dernière, Azhar Sobratee, ont alors expliqué qu’Ayaan s’était asphyxié dans son sommeil après le dîner. Le ministre de la Santé avance que le médecin de service ce soir-là avait exigé que ce cas soit transmis au médecin légiste de la police après avoir constaté le décès du garçonnet et soutient que le personnel médical a respecté toutes les procédures ce jour-là. Il précise que le Medical Council doit être alerté lorsqu’un médecin du privé examine une dépouille dans l’enceinte d’un hôpital.

 

Nawsheen Beeharry et Azhar Sobratee sont toujours en détention dans le cadre de cette affaire. Le couple fait l’objet d’une accusation provisoire d’assassinat. La doctoresse Nesha Soobhug et le caporal Emmamboccus sont, eux, accusés de complot.