• Heathy lunch box : cinq idées de repas à apporter à l’école et au boulot
  • L’enquête sur l’assassinat de Manand Fakhoo non-résolu deux ans plus tard : ses proches entre révolte et incompréhension
  • Boost Your English : la trouvaille linguistique du Dr Wedsha Appadoo-Ramsamy
  • Otite : aïe, pas touche aux oreilles !
  • Résultats du School Certificate : entre réjouissances et tristesse
  • Ilia’s Nails’, une belle adresse trendy dans le paysage de Curepipe
  • Linzy Bacbotte : L’apothéose mauricienne de ses 35 ans de carrière
  • Arianda Desmarais, 11 ans, se fracture le crâne en tombant d’un autobus - Ses parents : «Nous espérons qu’elle s’en sortira sans séquelles graves»
  • Stephan Steward Toussaint, 29 ans, tué pour «une affaire de moeurs» - Stephanie, sa compagne : «On le blâme injustement sans qu’il soit là pour se défendre»
  • Alertes météo : un vent nouveau souffle…

Assassinat de son fils Dilan à Madagascar en 2017 - Elvis Eleonore : «J’espère que ma rencontre avec le ministre Ganoo permettra de faire progresser l’enquête»

Le père de Dilan Eleonore a rencontré le ministre des Affaires étrangères ce mercredi 14 décembre.

Après trois années d’attente, il a enfin pu rencontrer le ministre des Affaires étrangères cette semaine. Elvis Eleonore, qui ne cesse de se battre pour un dénouement dans l’enquête sur la mort de son fils à Madagascar en 2017, espère vivement que leur rencontre relancera l’investigation… 

Il a longuement attendu un rendez-vous avec lui pour pouvoir lui faire part de ses souffrances. Ce mercredi 14 décembre, Elvis Eleonore a enfin pu rencontrer Alan Ganoo, ministre des Affaires étrangères. Une rencontre qu’il espérait depuis sa requête en 2019. «J’espère que ma rencontre avec le ministre Ganoo permettra de faire progresser l’enquête», confie-t-il. À ce stade, il y a eu de nombreuses interpellations depuis que son fils Dilan a été assassiné à Madagascar en 2017. Ainsi que l'arrestation de deux Mauriciens travaillant pour une compagnie de textile dans la Grande Île et niant toute participation dans ce crime, et d’autres suspects. Néanmoins, le père de famille ne semble pas plus avancé sur la tournure qu’a pu prendre l’enquête à ce jour. Son douloureux combat l’a d’ailleurs rendu malade.

 

Souffrant de divers problèmes de santé, Elvis Eleonore a perdu beaucoup de poids et n’arrive même plus à s’alimenter tant il est rongé par la douleur et les interrogations. Bien que tourmenté et très affaibli, il reste déterminé à faire progresser l’enquête sur la mort de son fils. «Li pa fasil ou grandi enn zanfan sa laz-la pou ou perdi li koumsa. Aussi longtemps que je serai en vie, je continuerai de me battre pour que la lumière soit faite sur cette affaire.» C’est d’ailleurs ce qui lui permet encore de rester debout, en attendant de pouvoir faire son deuil.

 

En quête de justice, Elvis Eleonore a frappé à plusieurs portes et s’est tourné vers plusieurs institutions, à Maurice comme à Madagascar, depuis le décès de Dilan. Mais bien souvent, il a eu l’impression que l’affaire avait été jetée aux oubliettes. D’autant que l’un des individus qu’il soupçonnait n’a jamais été interrogé. Au terme de sa rencontre avec le ministre Alan Ganoo, dit-il, «il m’a donné la garantie d’en parler au Premier ministre. J’espère qu’il me donnera la possibilité de le rencontrer très prochainement pour qu’il m’aide à faire bouger les choses». Une autre rencontre qu’il attend avec impatience, n’ayant eu aucun retour de la part du chef du gouvernement depuis qu’il lui a envoyé une correspondance en 2020.

 

Son fils Dilan était âgé de 22 ans lorsqu’il a été retrouvé mort à Antsirabe, à Madagascar, le 25 novembre 2017. Il s’y était rendu pour rendre visite à sa mère qui y travaillait. Au départ, les autorités malgaches avaient conclu à un accident, sans pratiquer d’autopsie. Autre élément intrigant : la cause du décès sur le certificat officiel avait fait mention d’une maladie non-transmissible. Lorsque le corps a été rapatrié à Maurice, la famille du jeune homme s’est alors tourné vers Satish Boolell, ancien médecin légiste de la police, pour une autopsie. Celle-ci a attribué son décès à un violent coup à la tête, ce qui a poussé son entourage à aller de l’avant avec cette affaire. D’autant que des traces de blessures ont été décelées sur le corps de Dilan Eleonore. Ayant eu vent de l’existence d’un rapport médico-légal établi par un médecin basé au Bureau municipal d’hygiène d’Antsirabe, l’enquête avait été relancée. Celui-ci avait établi que le jeune homme a succombé à un traumatisme crânien grave.

 

Alors qu’il a déjà obtenu une Mutual Legal Assistance de Madagascar avec l’aide des autorités mauriciennes et que la Major Crime Investigation Team s’est saisie de l’affaire, Elvis Eleonore ne sait toujours pas où en est le procès. Il lance aussi un appel à Françoise Labelle, haut-commissaire de Maurice à Antananarivo, capitale de Madagascar, afin de lui apporter son aide dans ses démarches.